1 février - 18 février: De Katikati à Auckland - Cycling 235km (+1658)

1 février : Riverstone farm glamping - Bistrot The Falls Retreat (by car) – Thames (51km +325m)

Le jour suivant, Karyn nous emmène visiter son coin. Nous passons d'abord chez sa voisine car elle souhaite nous faire découvrir à quoi peut ressembler un endroit quand on y vit pendant 40 ans. C'est une magnifique forêt-verger, une belle maison hollandaise en bois aux dimensions incroyables et de vieilles scènes dans le verger datant de l'époque où ils tenaient des festivals de musique et d'art. On peut encore ressentir les échos de ces moments extraordinaires dans cette forêt de kaki silencieuse à présent, c'est comme de marche dans une bulle hors de ce temps et de cette planète. Nous sommes impressionnés.

The next day, Karyn takes us for a ride to visit the area. We visit her neighbour because she would like to show us what you can do with a place when you stay there for 40 years. There is an amazing forest-orchard there, a beautiful dutch house all wooden and huge in dimensions and old stages dating from the times when they use to hold music and art festivals. You can still imagine by resonance the amazing times that this quiet kaki forest has seen, it is like walking inside a bubble out of this time and out this planet. We are truly impressed.  


Karyn nous emmène ensuite visiter Bowen et plus en avant encore avec nos vélos et notre chargement jusqu'à « The Falls Retreat », un restaurant très mignon avec son grand potager qui fait d'excellentes pizzas et nourriture. Il a une ambiance rustique très agréable et nous apprécions beaucoup ce dernier repas avec Karyn qui nous quitte un peu en catastrophe pour être à l'heure à son rdv d'achat d'une caravane, le début d'une vie nomade qui commence. Elle nous a emmené pas mal en avant sur notre chemin et nous continuons le long de la rivière sur un sentier cycliste très agréable. Nous traversons un incroyable tunnel creusé dans la montagne et nous nous sentons d'un coup comme dans un film. Le monde extérieur s'éteint ne laissant qu'une petite lumière à l'autre bout du tunnel, l'écho de nos voix transforme nos chansons chantées à tue-tête. On a envie de chanter dans un espace qui ressemble à celui d'une cathédrale plongée dans l'obscurité. Dehors, le soleil nous éblouie une seconde et nous réalisons que nous traversons un vieux pont de chemin de fer. Le reste du sentier est très ec, nous n'avons presque plus d'eau à un moment mais nous suivons cette super voie cycliste sur du gravier fin à travers des près emplis de vaches ou d'herbes folles. Nous apprécions beaucoup cette étape bien que nous soyons très fatigués et avons très soif à la fin de la journée quand nous arrivons finalement à Thames.

Karyn takes us then to visit Bowen and onwards with our bikes and luggage to « The Falls Retreat », a very cute restaurant with a big veggie patch which makes excellent pizzas and food, it has a nice countryside feeling to it and we enjoy very much this last meal with Karyn who then has to rush to get to her appointment to purchase a caravan and enter a new nomadic life. She brought us forward quite a lot this way and we continue onwards along the river on a very nice cycle trail. We go through an amazing tunnel within the moutain and suddenly feel like in a movie, the world outside extinguishes to a little light at the end of the tunnel, the echos of our voices distort our loud singing. We felt like singing in such a cathedral like space. Out the sun blinds us a second and we realise we are crossing an old railway bridge. The rest of the way is very dry, we have near to no water left at some point, but follows an amazing cycle trail on fine gravels that goes through fields and fields full of cows and wild grass. We enjoy this ride very much though we are extremely tired and thirsty when we finally get to Thames.  


2 février : Thames – Doc (14km +157m)

Une étape courte mais difficile sous une lourde pluie pour atteindre le camping. Heureusement la pluie s'est arrêtée juste avant que nous montions la tente. Une superbe réserve naturelle.

A short ride but quite difficult ride under heavy rain to get to a campsite. Luckily the rain stopped a bit before we set up camp. A beautiful natural area.


3 février : Doc – Pakaraka -Thames (14km) – Whitianga (by bus 63km)

Après une nuit calme au camping, nous retournons sur nos pas et tournons à gauche sur un chemin de terre pour Pakaraka. Nous traversons une rivière et arrivons sur un terrain tout en collines avec de la forêt et des pâturages. C'est ici, niché au milieu d'un verger en cours de croissance, que nous découvrons Yotam,sa famille et ses jardins. Vous apprendrez plus sur cette belle rencontre et cet endroit magique dans un article publié ICI.

After a quiet night at the campsite, we go back where we came from and on the way turn left onto the unsealed road to Pakaraka. We cross a river and arrive on a hilly land with both forest and pastures. This is where nestled in the middle of a growing orchard we discover Yotam, his family and his gardens. Soon you will learn more about this beautiful encounter and this magical place in a special article HERE.


Après cette visite nous quittons Pakaraka le cœur léger et retournons à Thames où nous espérons attraper un bus pour nous transporter par delà les hautes collines de l'autre côté de la péninsule de Coromandel. Le bus est en fait un mini-bus donc il ne pourra peut-être pas nous prendre avec nos vélos. Mais la journée a si bien commencé que rien ne peut aller de travers ! Et d'ailleurs c'est bien le cas, il n'y a que quatre passagers en sus de nous donc nous pouvons facilement mettre nos vélos démontés à l'arrière.

Arrivés à Whitianga, nous commençons à cherche un lieu pour dormir, en voyant le signe « Pop Inn », on se dit pourquoi pas et on « pop in ». Quel choix parfait ! Une superbe fin à une journée parfaite ! Nos hôtes sont supers sympas ; la chambre très confortable et le prix très raisonnable. Bonne pioche !

After this visit, we leave light hearted back to Thames where we hope to catch a bus to carry us over the high hills that are in the middle of the Coromandel peninsula. The bus is actually a mini-bus so we know there is a chance we get denied boarding with our bikes. However, the day started so nicely, nothing can go wrong ! And it doesn't indeed, there are only four passengers in addition to us so we are able to fit our bikes nicely in the back.

Getting to Whitianga, we start to look for accomodation, seeing a little sign « Pop Inn », we think « why not ? Let's pop in ! ». What a nice choice ! A great ending to a perfect day ! Our hosts are really nice, the room is super comfy and the rate is pretty reasonnable. Nice pick !


4février : Whitianga – Hot Water Beach and Cathedral Cove – Whitianga (40km)

Après l'échec d'un réveil tôt le matin dû sans aucun doute au confort de notre lit, nous traversons avec les vélos sur un petit ferry pour aller voir Hot Water Beach et Cathedral Cove, deux attractions touristiques du coin. Nous apprécions beaucoup Cathedral Cove mais trouvons Hot Water Beach un peu surfait avec ses touristiques qui creusent des trous partout comme des lapins devenus fous, s'asseyant dans de l'eau même pas chaude juste histoire de le faire car il faut creuser assez profond en réalité pour atteindre l'eau chaude et au bon endroit, l'eau de la source est très chaude – trop chaude pour s'assoir dedans confortablement en fait. L'idée est de la mélanger à l'eau de mer, donc il faut un seau et d'autres efforts pour obtenir une mare confortable, ce que personne ne fait finalement.

Failing to start early in the morning due to the bed comfiness, we take our bikes across with a short ferry ride to go and visit Hot Water Beach and Cathedral Cove, two very touristy locations. We enjoy very much Cathedral Cove and find hot water beach a little too much with tourists digging holes everywhere like crazy rabbits, seating in not even warm water just for the sake of it as it requires quite a deep hole a the correct location to get some of this very hot – too hot for seating in comfortably in fact – water from the spring. The idea is to then mix this water to the sea water nearby which requires a bucket and some further efforts to get to a comfortable temperature, which nobody we see is actually doing.


5 février : Whitianga – Coromandel (32km +437m)

Nous quittons les bons soins de nos hôtes de la Pop Inn et commençons une longue journée de vélo. La 309 est une route de gravier tout en courbe qui traverse la péninsule jusque Coromandel, en montant d'abord. Certains virages sont tellement pentus pour les voitures que la route a été goudronnée pour plus de sécurité. Nous nous amusons bien à monter sauf quand Tom fait tomber son portable de sa poche et en retournant dessus regarde trois voitures rouler dessus avant de pouvoir le récupérer – écran encore un peu plus brisé mais toujours fonctionnelle, étonnamment.

En arrivant au sommet, nous décidons de nous arrêter pour déjeuner. Thon, pain de mie, tomate et une pomme, notre repas classique du midi à vélo. Tom qui a eu des soucis avec son drone décide de le sortir pour un petit vol test. Dès que le drone est en l'air, un petit chien noir bien costaud déboule en courant vers moi en aboyant. Toutefois, dès qu'il arrive près de moi, il commence à me lécher et réclamer des câlins. Puis un type se ramène depuis son pré entouré d'une clôture avec un fusil et nous dit « vous savez, on les tire nous ces trucs ici ! ». Sur le coup je me demande de quoi il parle et réalise ensuite qu'il s'agit du drone. Je commence à lui expliquer que Tom est entrain de le tester même si je pense qu'il s'en fiche complètement. De toutes façons dès que Tom pose son drone, le gars disparaît.  

We leave the care of the Pop Inn hosts to start on a big cycling day. The 309 is a winding gravel road going across to Coromandel, up we go. Some curves are so steep for the cars that they have been sealed for more security. We have a good time going up except when Tom loses his phone from his pocket and going back has to watch three cars running over it before he can get it back – screen furthermore broken but otherwise still functionning - surprisingly.

Arriving at the top, we decide to stop for a lunch break. Tuna, bread, tomato and an apple, our standard lunch meal when riding. Tom who had had issues with his drone decides to bring it up for a check. No sooner than the drone is out that a stout black dog comes running towards me, barking. As soon as it arrives though it starts licking and looking for a cuddle. Then a guy comes up from his field surrounded by a fence a rifle in his hand and says « you know we shoot those out there ». On the spot i wonder what he is speaking about and then realize he is speaking about the drone and i start to explain that Tom is ont trying it, even though i am pretty sure it is of utter disinterest to him. Anyhow, Tom brings it down and the guy disappears.

 


Nous remballons et commençons à descendre vers notre première visite, un bois de Kauri. Les Kauri sont d'énormes arbres très hauts et très larges, les sages de la forêt. Nous passons un bon moment sous leur canopée, appréciant l'ombre rafraîchissante après le montée sous le soleil. Notre stop suivant est une belle cascade et finalement une longue pente qui nous rafraîchit durant toute la descente. Nous terminons notre étape chez des hôtes warmshower très gentils qui nous accueillent chez eux. Ils ont un petit potager très abondant et nous emmènent nager à leur plage favorite.

We pack up and start down for our first visit, the Kauri grove. The Kauri are impressively huge and wide trees, the wise people of the forest, we have a great time under their grove, relishing in their shade after the hot ride. The next stop is a beautiful fall and finally a long slope down that refreshes us all the way down. We finish our ride at the home of very nice warmshower hosts who also have bountiful veggie patch and take us for a swim at their favourite beach.


6 février : Coromandel – 996 manaia road (20km +157m)

Le jour suivant, nous nous reposons sur une petite plage, si petite qu'elle nous semble presque privée. Ensuite nous devons rejoindre notre hôte suivant, pas loin, juste de l'autre côté d'une colline assez pentue. Après la redescente de l'autre côté, nous découvrons que la maison de notre hôte est en fait en haut d'une petite colline, nous devons pousser les vélos jusqu'en haut, en nous penchant tellement que nous sommes presque parallèle à la route. Toutefois, la vue d'en haut est assez incroyable.

The next day we have a rest on a little beach, so little it seems nearly private. After this we have to get to our next host, not far, just one the other side of pretty steep hill. After this, we arrive at the end of the slope down to find that our host house is on top a little hill, we have to push the bikes up, bent so low we are nearly parallel to the slope. However the view is pretty incredible up there.


7 février : Manaia – auckland 8,8km (+165)

Avant d'atteindre notre ferry, nous pédalons jusqu'à un fish & chips sur le bord de la route qui est aussi une petite entreprise de pêcheurs qui vend des poissons et des huîtres. Les huîtres sont assez laiteuses et chères mais la sole est délicieuse ! Et pour une raison inconnue, très peu chère ! Nous en profitons pour en manger plus !

Le soir à Auckland nous sommes super contents de retrouver Jennifer et Francis pour un agréable dîner. Ce sont des amis qui viennent de France, en chemin pour un voyage d'échange culturelle avec des Maoris. Nous passons une très bonne soirée ensemble, quel bonheur !

Before reaching our ferry, we ride to a fish&chips shop at the boarder of the road which is first a fishing company which sells fish and oysters. The oysters are quite milky and expensive but the flounder is an absolute delicacy ! And for some reason it is super cheap. We take the chance to get some more !

In the evening, in Auckland, we are so happy to have a very nice dinner with Jennifer and Francis, friends coming straight from France, on their way to a cultural exchange trip together with the Maoris. What a nice evening and a happy time ! 


8 février : Yoshi Experimental House – Kaiwaka - by bus from Auckland

Nous commençons tôt le matin par un bus qui nous emmène jusque Kaiwaka pour notre woofing suivant. Toutefois, dès que nous avons déposé nos vélos et bagages chez eux, ils nous amènent chez Yoshi, dans sa maison expérimentale, à 5km de là. Nous passons une super journée et une nuit avec Yoshi, 81 ans, qui a dédié près de la moitié de sa vie à trouver des solutions pour capter le pouvoir du soleil sans panneau solaire afin de chauffer ou refroidir la maison, cuisiner ou cuire au four. Il fait aussi pousser du riz ce qui est rare en Nouvelle-Zélande – probablement pour des raisons culturelles car il ne semble pas y avoir d'obstacles à en faire pousser dans la région. Pour en apprendre plus sur cet inventeur génial, c'est ICI. Le jour suivant nous marchons vers Valley Vista et retrouvons nos hôtes sur le point de partir pour le marché local, ils nous embarquent et nous apprécions de la délicieuse nourriture là bas pour bien commencer la journée.

We start early in the morning with a bus that takes us over to Kaiwaka's area for our next woofing. However as soon as we leave our luggage with them, they drop us at Yoshi Experimental House, 5km away. We spend a very nice day and night there speaking with Yoshi, 81 years old, who dedicated the second half of his life to finding ways of harnessing the power of the sun without solar pannels for all sorts of usage from cooling and heating the house to cooking and baking. He also grows a rice paddy which is rare in New Zealand – for cultural reasons probably because there seems to be no obstacle to growing it in this region. To find out more about this amazing inventor, click HERE. The next day we walk back to Valley Vista and meet our new hosts coming out of there place, they take us for a ride straight to the local market, where we have delicious food to start the day.  


9 février – 16 fevrier : Valley Vista – Kaiwaka

Nous passons environ une semaine à Valley Vista à travailler avec Beth et Barry. Ils ont un beau terrain qui était avant un pré pour les vaches et qu'ils ont transformé en camping, glamping et petits gîtes. Leur maison est la bleue en haut de la colline. Quand nous y passons, la plupart des autres résidents temporaires sont des travailleurs saisonniers à la nursery de plantes du coin et ils sont presque tous français ! Nous sommes surpris de trouver une communauté comme ça ici mais apparemment c'est parce que la nursery ne veut embaucher que des Français car ils ont eu une bonne expérience avec eux. Ca en fait une petite troupe joyeuse d'une douzaine de français et nous passons un bon moment en leur compagnie ainsi qu'avec Beth et Barry qui nous cuisinent de la bonne nourriture et sont aussi très sympathiques et accueillants.

Nous passons nos journées à jardiner et à ramener les différents potagers à la vie en désherbant et en préparant le sol. Nous semons également et sommes là juste assez longtemps pour voir les premiers radis sortir de terre, on espère que la sécheresse du moment n'affectera pas trop le reste. Pour en découvrir plus sur ce petit bout de terre où il fait bon vivre, cliquez ICI.

We spend about a week at Valley Vista, working with Beth and Barry. They have a beautiful land which use to be a pasture for cows and that they turned into camping, glamping, self-contained units lodging. Their house is the blue one on top of the hill. When we are here, most of the other temporary residents there are seasonal workers at the nearby nursery and they are mostly all French ! We are quite surprised to find such a community there but it appears that this is because the nursery only wants to employ French people as they've had good experiences with them. Anyhow, that makes for a happy group of about a dozen people and we have a very good time in their company as well as with Beth and Barry who cook delicious food and are very nice and friendly hosts.

We spend our days gardening and bringing the veggie patches back to life through weeding and soil preparation. We sow seeds and are just there long enough to see the first radishes come out of the earth, we hope that the drought won't affect too much the rest. To find out more about this beautiful part of earth where it is nice to simply live, click HERE.  


Non ce n'est pas une nuit étoilée! C'est une glow worm cave! Quand Beth et Barry nous sortent voir la région ça donne ça :) / No it is not a starlit sky, it is a glow worm cave! That's what happens when Beth and Barry take us out on a tour to see the area
Non ce n'est pas une nuit étoilée! C'est une glow worm cave! Quand Beth et Barry nous sortent voir la région ça donne ça :) / No it is not a starlit sky, it is a glow worm cave! That's what happens when Beth and Barry take us out on a tour to see the area

Nous aidons également à préparer la nourriture pour le vernissage d'une exposition d'une artiste amie de Barry et Beth. Pour un après-midi nous devenons traiteurs et préparons des petites bouchées crues et cuites pour environ 30 personnes. On aime bien ce moment et la cuisine de Barry et Beth est parfaite pour ce que nous avions à faire. Après le vernissage, nous filons en douce pour une petit dîner sympa dans un restaurant comme c'est déjà la Saint-Valentin. Le restaurant est sympa quoique pas aussi exotique qu'il y a deux ans, au milieu de la jungle costaricaine, où nous avions trouvé un restaurant gastronomique niché dans un petit village au milieu des montagnes.

Les jours passent vite et chacun est rempli de sourires et de joie. Finalement il est temps de partir et d'attraper notre bus du retour. Euriel et Caro, déjà de bonnes amies, Euriel partageant des rêves de ferme comme nous, m'emmènent en voiture avec les vélos et Beth et Barry prennent Thomas et les bagages jusqu'à l'arrêt de bus. Nous nous quittons avec l'espoir, comme d'habitude, de se revoir en France et de pouvoir tous les inviter dans notre future ferme. Après un moment, alors que le bus n'arrive pas, nous commençons à nous inquiéter. Heureusement, Beth et Barry revenant d'une petite pause brunch nous voient sur le bord de la route et s'arrêtent. Nous vérifions ensemble nos emails sur son portable et il se trouve que la société de bus nous a envoyé un petit email une heure avant pour nous dire que finalement ils ne pourraient pas passer nous prendre avec nos vélos aujourd'hui ! Beth et Barry ont alors la grande gentillesse de nous amener nous, nos bagages et nos vélos jusqu'à Auckland, en s'arrêtant même au point de vue qui surplombe toute la région. Plus d'une heure de trajet allé à travers une série de collines pentues sur des autoroutes très fréquentées, nous sommes plus que reconnaissants à Beth et Barry de nous avoir sorti de ce mauvais pas !

We also help prepare food for the opening of an exhibition by an artist, Beth and Barry's friend. For an afternoon we experience full on catering, preparing cooked and called appetizers for 30 people. We have a good time about it and Beth and Barry's kichen is perfect for it. After the opening, we escape for a nice dinner in a restaurant seeing it is already Valentine's day. The restaurant is nice though not as exotic as two years ago, in the middle of the Costa Rican jungle where we had found a gastronomic restaurant nestled in a little village surrounded by the moutains.

The days go by really fast and each is full of smiles and happiness. Finally it is time to go and catch our return bus. Euriel and Caro, fast friends, Euriel sharing similar dreams of farming with us, in one car take me and the bikes and Beth and Barry take Tom and the luggage to the bus stop. We say goodbye with as usual the hope to meet again soon in France and to invite them all to our future place. And we wait for the bus. After a while we start to worry as the bus isn't coming. Lucky for us, Beth and Barry return from a quick brunch run and seeing us, stop by, we check our emails on her phone, turns out the bus company said they won't be able to take our bikes today an hour ago. Beth and Barry have the great kindness to take us and our bikes and our luggage then all the way through to Auckland, even stopping for some scenic views of the area. More than an hour ride through a series of steep hills on very busy highways, we are more than grateful to them for helping us out of this predicament !  


16 février – 18 février : Auckland

Pour nos derniers jours en Nouvelle-Zélande, nous vivons chez Claire et Alex. Claire est une amie du collège du Japon, nous ne nous sommes pas vues depuis plus de 15 ans ! Et pourtant quand nous nous retrouvons enfin, l'amitié semble naturellement se raviver et nous passons de bons moments à rattraper le cours de nos vies et à découvrir comme nos vues sur le monde sont proches malgré les chemins différents entrepris. Nous les suivons au plus grand marché d'Auckland et sommes surpris par la grande variété de légumes, dont pour la plupart nous nous demandons comment les cuisiner. Durant ces deux jours, nous essayons également de vendre nos vélos car il est temps de nous en séparer. Malheureusement nous n'y parvenons pas et Claire accepte gentiment de prendre le temps de les vendre pour nous ce qui enlève un gros poids sur nos épaules. On dirait qu'on n'arrête pas de le dire mais nous sommes sincèrement reconnaissants pour leur accueil et leur aide, ils nous offrent même le luxe d'un lift jusqu'à l'aéroport ! La Nouvelle-Zélande semble remplie de gens gentils, prêts à aider les autres, nous sommes émerveillés de ces actes de gentillesse donnés spontanément à travers tout notre voyage ici, cela nous rend le cœur tout léger et notre opinion sur le futur plus optimiste !

For our last days in New-Zealand, we stay at Claire and Alex's place. Claire is a friend back from middle school in Japan, we haven't seen each other for 15 years ! Yet when we finally meet again, friendship flows naturally and we have a very nice time catching up and discovering how much our views are close even when we have followed separate paths for so long. We follow them to the big Auckland market where we see such a diversity of vegetables, most of which we wonder how to cook, that we are pretty amazed. During these two days, we also try to sell our bicycles as it is time for us to part. Unfortunately, we are not able to do so and Claire kindly accepts to take the time to sell them for us which is a big burden lift off our shoulders. Feels like we keep saying it but we truly are grateful for their welcome and their help, even giving us a lift to the airport ! New-Zealand seems to be full of helpful and kind people, we are amazed at the kindness given freely all through our trip there, it makes our hearts light and our opinion about the future more optimistic !


A ne pas manquer / Not to miss

Pakaraka: Pakaraka farm, planter des betteraves - planting beetroots, integration permaculture/market gardeningfaire pousser sur des pentes - growing on slope

 

Yoshi Experimental House: Yoshi Experimental House, Grenier Solaire - Suntrap, four solaire et cuisson solaire - solar oven and solar cooker, culture du riz - rice growing 

 

Valley Vista presentation

0 commentaires

17 Janvier - 31 Janvier: from New Plymouth to Katikati - Cycling 333km (+1308m)

17 Janvier – 20 Janvier : New Plymouth – Oakura (9km and 16km +160m)

Tom part en exploration dans la rue de l'hôtel car on y trouve un revendeur d'occasion et un magasin de vélos côte à côte ! Finalement on va voir ensemble l'occasion qu'il y a au magasin de vélo. Comme on s'y attendait, son vélo est réparable mais vu le prix et la probabilité que ça arrive à nouveau à cause de notre chargement, ça ne vaut pas vraiment le coup, il vaudrait mieux en changer. Hanni, qui travaille au magasin de vélo nous renseigne et attend patiemment notre décision.

Finalement, on lui achète le vélo d'occasion qui est quasiment neuf. Entre temps, on a un peu discuté et elle nous invite à venir domir chez elle ! On est émerveillé par son offre si gentille et spontannée. Ce sera bbq et légumes du jardin. On a tellement de chance d'être tombée sur elle, elle nous sort d'affaire avec le vélo et nous accueille chez elle. On y passe une super soirée à papoter et à bien manger. Le lendemain nous le passons sur New Plymouth à se balader et se reposer.

On a revu aussi Mathieu et Elea, le couple de français à vélo qui faisait la forgotten world highway avec nous, eux ils ont des soucis de chaîne. C'est bien on se sent moins seuls ! On recroise plus tard Elea avec qui on prend un verre, elle est pâtissière de formation et se verrait bien avec des poules derrière un lieu qui allierait gastronomie et sport. De là à l'autonomie, il n'y a qu'un pas, encore de belles personnes trouvées sur le chemin. Le soir on va au festival des lumières avec Hanni. Elle nous fait passer par les petits chemins de trek du parc, c'est superbe, la nuit on y voit des vers luisants ! On assiste à un super concert d'un duo, l'Alpaca Social Club, on vous recommande si vous avez l'occasion de les écouter, de la musique du monde entier et même une chanson bretonne !  

Tom leaves the next morning to explore the surroundings as there is on the same street a second-hand shop and a cycle shop next to it ! Finally we go see together the second-hand bike in the cycle shop. As we expected, Tom's bike can be repaired but really seeing the price and high probability that it happens again, we think it isn't really worth it and it is better to get another one. Hanni, who works at the cycle shop, advises us and then waits patiently for our decision.

Eventually we buy her the bike which is nearly new. In the meantime, we have talked a bit together and she invites us to sleep over at her place ! We are amazed at her kind and spontaneous offer !It'll be a bbq and garden vegetables tonight. We are so lucky to have met her by chance, she gets us out of our cycling mess and welcomes us to her place. We spend a great evening talking and eating well. The next day we spend in New Plymouth, walking around and resting.

We also meet again Mathieu and Elea, the french cycling couple who was on the forgotten world highway with us. They had chain issues. We feel less alone with our troubles ! We meet again Elea later with whom we have a drink, she is a pastry chef and would love to set up a place which would combine gastronomy and sport and have chickens in the backyard. From there to self-sufficiency, there is only one step, again beautiful people that we meet on the way. In the evening, we go to the light festival with Hanni. She takes us through the small trails of the park, beautiful, we even see glow worms ! We watch a very nice concert from the Alpaca Social Club duo, we recomme nd them if you have the chance to hear them, world music from everywhere and even one from French Brittany !


21 Janvier – 25 Janvier : Roebuck Farm (24km / jour et +200m / jour)

Ohura - sable noir volcanique - volcanic black sand
Ohura - sable noir volcanique - volcanic black sand

Nous quittons Hanni, heureux de l'avoir rencontré et plein d'espoir de se revoir bientôt. Direction notre camping à Ohura. C'est une route côtière et la distance est assez faible, on se dit que ça va être tout simple. Hmm. C'est sans compter l'âge de la Nouvelle-Zélande, toute neuve avec ses formations volcaniques qui font des collines plongeantes dans la mer bien sûr. C'est un vrai parc d'attraction, on monte et on redescend, on remonte et on redescend. Vous voyez l'image ?

Le tout avec un sacré vent de face qui nous ralentit et nous fait pousser des chapelets de jurons perdus bienheureusement dans ce mur d'air que nous traversons. Pour la première fois depuis le début du voyage à vélo, je sens mes muscles commencer à faiblir. J'ai bien eu des courbatures qui rigidifient les muscles avant bien sûr mais là, je sens que j'attaque l'usure des articulations. J'avance comme une tortue, au propre comme au figuré vu la tête de notre chargement.

Tom doit bien avoir 30kg+ de chargement entre le matériel photo et le reste et je dois bien avoir dans les 25kg à tirer aussi. Je tire avec le dos comme les jambes ne suivent plus, ça devient assez désagréable. Je jure à chaque fin de montée quand on aperçoit la colline suivante, « ça ne s'arrête donc jamais ! ». Heureusement, le supplice touche à sa fin et on monte notre tente, épuisés.

Notre tente fait un peu figure d'ovni parmi les autres campeurs. Une mini tente sur un vaste emplacement entouré de palaces en toile qui ont plusieurs pièces, des toilettes intégrées et même des cuisines équipées. Impressionnant.  

We leave Hanni, happy to have met her and hopeful to see her again soon. Destination, Ohura camping. It is on a coastal road and the distance is quite short, so we think it'll be pretty straightforward. Hmm. It is without taking into account NZ age, all brand new with its volcanic land which are making plunging hills into the ocean of course. It is a real theme parc, and up and down we go and up and down we go again. Do you picture it ?

The whole lot with an addition face front wind which slows us right down and have us shout strings of strong words luckily lost into the air wall we are going through. For the first time since the start of the bike trip, i feel my muscles failing. I did have heavy muscle aches which make them all rigid of course but this time i feel the wear attack on the joints. I move like a turtle, litterally and figuratively when thinking about our heavy load.

Tom has 30kg+ of load between the camera material and the rest and I probably have about 25kg to carry as well. I tract the whole lot with my back as my legs are not following anymore and it becomes quite uncomfortable. I swear every time as each slope finishes and we discover the next one, « it just never stops ! ». Luckily, the suffering soone ends and we put up our tent, exhausted. Our tent is little odd in the middle of the other campers. A tiny one on a big site surrounded by tent palaces which have several rooms and even integrated toilets or equipped kitchens. Impressive.


Le lendemain, il faut monter à nouveau, en rebroussant chemin qui plus est sur plusieurs kilomètres, sur une route sans espace pour les vélos au milieu des voitures qui passent à fond de train. Et on monte et on redescend, enfin on ne redescend pas beaucoup, on monte surtout. Heureusement, le vent est de notre côté, c'est déjà ça.

On arrive à la Roebuck Farm où Thomas commence une semaine d'apprentissage sur la façon de faire du fromage au lait cru. On vous invite à retrouver bientôt les vidéos avec David Asher sur notre site pour redécouvrir cet artisanat incroyable et menacé ! En attendant, je travaille en volontaire avec Linda, qui s'occupe de toute la nourriture et la logistique de la formation.

On prépare à manger de délicieux plats faits de nourriture fraîche et simple avec de bons produits de la ferme et des environs. On tranche, on râpe, on rôtit, on cuisson longue, on place sur la table, on débarrasse et on lave. Je travaille aussi un peu avec Jodi, dans le potager, un peu de récolte, un peu de préparation de légumes, un peu de nettoyage de planches, ça fait du bien de remettre les mains dans la terre un peu.

Le soir venu, nous repartons pour le camping sur nos vélos, le vent de face mais principalement en descente. Tom me raconte les leçons de la journée, de la joie dans la voix alors qu'il découvre la simplicité du processus et l'incroyable diversité qui en découle pourtant.

Tout y passe, du yaourt, les étudiants passent à la mozarella, en passant par le camembert et le brie ainsi que les fromages alpins et même les délicieux fromages bleus. Les journées passent vite, sans se ressembler.

The next day we have to go up again, going back several kilometres on a road without any space for the bikes in the middle of cars going really fast. We go up mostly. Lucky for us this time the wind is on our side.

We arrive at Roebuck Farm where Thomas starts a week of training about raw milk cheese making. We invite you to wath the videos made with David Asher our site to re-discover this incredible and threatened craft ! In the meantime i work as a volunteer with Linda who takes care of the food and all the logistics for the training.

We prepare delicious meals made with simple and fresh food from the farm and the surroundings. We cut, grate, roast, slow cook, we place on the table, take out the dishes and wash. I also work a bit with Jodi in the veggie garden, some harvest, some veggie prep and some veggie bed cleaning, it feels good to put my hands into the soil a little.

In the evening, we set out for our campsite on our bikes, the wind faces us again but we are mostly going down. Tom tells me about his day's lessons, joy in his voice while he discovers the simplicity of the process and the amazing diversity that still comes out of it.

Everything is tackled, from yoghurt, the students go to the mozarella, going through the camembert and the brie as well as the alpine cheeses and even the delicious blue cheeses. The days go by really fast, without being similar. 


Un soir, c'est la fête. Jodi met un agneau à rôtir sur une grande broche et invite des amis et des clients en plus pour participer au festin.

Avec Linda, on donne tout sur la préparation. Tout le monde y va de sa bouteille et un ami de Jodi s'occupe même de la musique. La fête au potager. Quel moment agréable ! Une invitée interroge Tom sur son t-shirt, «where did you get it ? My husband has the same. » . Le t-shirt en question ? Avec un logo de saint-malo, vendu dans une boutique malouine. Ils se trouvent qu'ils sont de saint-malo et habitent depuis plusieurs années à New Plymouth ! Que le monde est petit, à moins que ce ne soit que les Bretons plutôt s'exportent partout et notamment les malouins que l'appel de la mer ne cesse d'envoyer aux quatre coins du monde.

En fin de soirée on se retrouve tous dans la grange rénovée en centre de formation pour regarder « the cheese none », un documentaire sur une nonne américaine qui étudie les fromages traditionnels. Bien sûr une partie se passe en France au grand plaisir de Thomas qui ne cesse de chambrer une autre étudiante italienne dans une compétition amicale sur les meilleurs fromages tout en faisant rire la galerie. Le soir, Jodi demande à une de leurs amis qui part dans notre direction de nous ramener au camping et il passe nous chercher le lendemain en voiture en allant chercher le lait tout frais pour la journée de formation suivante.  

One evening, it is party time. Jodi puts up a lamb to roast on a spit and invites several friends and customers to participate to the feast.

With Linda, we give it all to the preparation of the rest of the food. Everyone brings a bottle and Jodi's friend even takes care of the music. Party time in the veggie garden. What a nice moment ! A guest questions Tom on his t-shirt « where did you get it ? My husband has the same. » The shirt has a Saint-Malo logo and is only sold there. As it happens they are from Saint-Malo and live in New Plymouth for several years ! The world is small, unless it's more that you find Bretons everywhere in the world, and notably people from Saint-Malo that the sea calls out to the four corners of the world.

At the end of the evening, we all gather into the renovated barn which is the training center to watch « the cheese nunn », a documentary about an american nunn who studies traditional cheese. Of course part of it is happening in France, to the great pleasure of Thomas who never ceases to tease another italian student in a friendly competition on the best cheeses while entertaining the others. Later this night, Jodi asks one of their friends to take us back to the camping and comes back the next morning to pick us up while he is on the milk ride to collect the fresh milk for the next training day.


J'apprends beaucoup en très peu de temps sur la ferme de Jodi. Son jardin d'un quart d'hectare est hyper productif, viable et l'ensemble est super bien organisé. Il a aussi beaucoup de temps de loisir, ce qui démontre bien la réussite de son projet. Jodi est aussi un expert en gestion des moutons et du pâturage, on découvre tout un nouveau domaine de connaissances. Retrouvez bientôt les vidéos de ce qu'on a pu effleurer avec Jodi et l'article sur cette incroyable ferme, ICI. Thomas termine son stage enchanté, la tête plein de nouvelles idées fromagères pour notre projet d'installation! Retrouvez quelques vidéos de David Asher sur le fromage fait maison et traditionnel, ICI (bientôt).

On finit cette semaine conquit par toutes ces personnes que nous avons rencontrées. De belles personnes, animées d'un vrai sens de la vie et du partage, convaincues qu'en faisant mieux et en montrant l'exemple et formant les autres, on peut changer le monde petit à petit vers le mieux. Totalement notre type de gens !

On repart un sac Roebuck chargé de bons légumes et d'un ou deux steaks provenant de la vache d'un ami de Jodi. Nous retournons chez Hanni pour une dernière nuit avant de quitter la région. Nous l'avons vu la veille alors qu'elle est passé nous chercher pour nous emmener découvrir la réserve d'oiseaux de Rotokare. Elle est volontaire là-bas alors grâce à son expertise, nous pouvons observer quelques oiseaux rares et d'autres plus communs mais très beaux. C'est une expérience géniale hors des sentiers battus. On entend, même sans les voir, des kiwis alors que la nuit est tombée.  

I learn a lot in such a little time on Jodi's farm. His garden of half an acre is super productive, economically viable and the whole thing is super well organised. He also has time for leisure which is a sure sign of success. Jodi is also an expert in managing sheeps and their grazing , we discover the existence of a whole new body of knowledge. Find soon the videos on our website where we were able to touch on some of these topics with him and the article about his place HERE. Thomas finishes his training very happy, his head full of new cheesy ideas for our future farm. To find more videos by David Asher about traditionnal cheesemaking, click HERE (soon).

We finish this week, charmed by the people we met. Beautiful people, animated by a real sense of living and sharing, convinced that it is by doing better and showing to the others and training others that we can change the world little by little for the better. Our type of peple through and through !

We leave with a Roebuck Farm bag full of good veggies and one or two steaks coming from Jodi's friend's cow. We go back to Hanni's for a last night before leaving the region. We had met with her the day before as she came to pick us up and bring us to the Rotokare bird reserve. She volunteers there so thanks to her expertise, we are able to observe some rare birds and some more common but really beautiful ones. It is an incredible experience, outside of the regular tracks. We even get to hear, without seeing them, the kiwis once the night has fallen down.


26 Janvier – 27 Janvier : Hamilton and Backyard Jem (4 km and 70km)

Tôt le matin, nous quittons les bons soins d'Hanni pour descendre au centre ville de New Plymouth et attraper un bus qui nous amène à Hamilton. Réveillés tôt et pas très frais, on débarque du bus dans cette nouvelle ville. Direction le centre, pour trouver l'office du tourisme, de quoi se restaurer et la librairie. Nous avons fait le tour de presque toutes les bibliothèques des villes sur l'île de Nord.

On y trouve des chaises confortables, une température agréable, des tables à la bonne hauteur pour travailler et internet gratuit. Nos articles et vidéos prennent principalement forment dans ces beaux bâtiments. Je repense souvent à la bibliothèque du 18e arrondissement de Paris où j'allais petite, on n'y trouvait rarement les dernières éditions et pas beaucoup de chaises, l'entrée ressemblait à celle d'une piscine et je me demande si il y a maintenant un accès internet ou si elle a carrément fermé.

En début d'après-midi nous nous dirigeons vers nos hôtes du réseau warmshower. Chemin faisant, nous croisons un cycliste qui s'arrête pour discuter, il est aussi sur le réseau warmshower, d'ailleurs Tom lui avait écrit mais il n'avait pas de temps ce jour là. Il nous invite à le recontacter le lendemain si on cherche un endroit par contre. Sympathique, il nous donne quelques conseils avant de repartir. Nous arrivons chez Bill et Jane. Ils nous accueillent chaleureusement et on passe de supers moments à discuter, à manger ou à jouer à Quibbler, un scrabble sur cartes.  

Early in the morning, we are leaving the good care of Hanni to get to the city center and catch a bus for Hamilton. Still half asleep we arrive in this new city. We aim straight for the center to find the i-site, something to eat and the library. We made a tour of the libraries of every city we visited in the North Island.

We find there comfy chairs, a nice temperature, tables with the right height to work and free internet. Our articles and videos take shape mainly in these beautiful buildings. I often think back to the 18th arrondissement of Paris library where i used to go when little. We rarely found the latest editions there and not many chairs, the entry hall looked like one of a swimming pool and I wonder if they finally installed internet access or if it just closed down.

Beginning of the afternoon, we start in the direction of our warmshower hosts. On our way we meet a cyclist who stops to chat. He is also on the warmshower network as a host, turns out Tom had written to him but he couldn't welcome us that day. He does invite us to contact him again the next day if we are looking for a place. Friendly, he gives us some additional advice before leaving. We get to Bill and Jane place. They warmly welcome us and we have great times chatting, eating and playing Quibbler, a card-based scrabble.  


Shannon's House Cow
Shannon's House Cow

Le lendemain, nous allons visiter Shannon, rencontrée lors de la formation chez Jodi, qui a aussi un market garden et a démarré avec deux amies, une délicieuse entreprise de fermentation. Retrouvez la lactofermentation et le portrait d'une femme accomplie et passionnante ICI et découvrez sa ferme ICI ! La route est longue mais relativement plate à vélo, toutefois, mes genoux commencent à fatiguer, je finis par en parler à Thomas. Il va falloir adapter les étapes suivantes parce que des journées à la Tongariro ne seront plus possible si je veux pouvoir continuer à pédaler dans la durée.

The day after, we are visiting Shannon. We met her during the training at Jodi's and also has a market garden and started with two friends, a delicious fermented products business. Find HERE an article about lactofermentation and the portrait of an accomplished and fascinating woman and discover her farm HERE ! The road is long but quite flat with the bikes but my knees are starting to be worn. Finally i speak to Thomas about it. We will need to adapt the following legs because days like the Tongariro's don't seem to be possible anymore if i want to be able to finish the trip cycling.


28 Janvier : Hamilton to Matamata (40km by car and 18km)

Le matin de notre départ, nous partons faire un tour dans le grand jardin d'Hamilton sur les conseils de nos hôtes. Il est divisé en plusieurs parties à thème et est absolument magnifique, on n'en revient pas ! On revient après déjeuner et on prépare nos affaires sous un soleil de plomb. On a plus d'une cinquantaine de km aujourd'hui donc quelques montées au début. Nos hôtes prennent mon genou en pitié et nous proposent de nous avancer un peu en voiture afin d'éviter les principales côtes. Je leur en suis infiniment reconnaissante ! Ils nous avancent à plus de la moitié du chemin carrément !

Nous nous quittons le sourire aux lèvres avec comme d'habitude, l'espérance de les revoir en France chez nous, dans notre futur ferme afin de leur retourner leur accueil. Nous arrivons plutôt frais à Matama, départ pour les visites de Hobbiton, le village des hobbits du seigneur des anneaux. L'office de tourisme est même en forme de maison de hobbit. Les hobbits de l'office du tourisme nous recommande de ne pas aller à Tauranga en vélo, la route est étroite, sans espace et toute en montée. Le bus coûte 15 dollars par personne. On le réserve. La personne à l'auberge du coin nous confirme que c'est le bon choix. Le camping était à une dizaine de kilomètres de plus et avec la chaleur et mon genou pas en forme, on décide de le reposer à l'auberge. On y rencontre Lyonel qui travaille à Hobbiton en tant qu'arroseur, histoire de se faire des sous pour continuer sa visite de la Nouvelle-Zélande. On parle destinations et raclette autour d'une bière dans la chaleur de la soirée.

The morning of our departure, we go to the big Hamilton garden following our hosts' advice. It is divided in several theme areas and is absolutely magnificent, we are totally surprised by it ! We come back after lunch and start preparing our gear under the very hot sun. We have more than 50km to ride today starting with some hills. Our hosts take pity over my worn knee and offer to take us forward a bit by car to avoid the main hills. I am so grateful ! And they end up advancing us more than half our way !

We leave them a smile on our face with as usual the hope to meet them back in France one day on our future farm to return the favour of this amazing stay. Hence we arrive rather in good shape in Matamata, the place to start the visits to Hobbiton, the hobbits village of Lord of the Rings. Even the i-site is in a hobbit house shape. The hobbits at the i-site highly advise us against not to go to Tauranga by bicycle, the road is narrow without any cycling lane and going up all the time. The bus is only 15 bucks per person. We book it. The hostel lady confirms that this was the right choice. The camping was about ten km further and my knee is definitely not in good shape, we decide to rest at the hostel. We meet there Lyonel who works at Hobbiton in the watering staff in order to earn some money to continue his visit of NZ. We talk destinations and raclette around a beer in the evening warmth.


29 Janvier : Matamata to Tauranga (by bus)

Le lendemain, départ en bus pour Tauranga, je masse mes genoux étirés tout en regardant le bord de la route sinueuse qui monte à travers la montagne. J'ai mis des patchs japonais que ma mère m'avait donné pour les muscles douloureux et ça a plutôt bien marché. Nous n'arrivons pas à contacter le warmshower qui aurait pu nous héberger alors nous nous dirigeons vers un camping qui a une hot pool et internet. Le relief pour y aller n'est pas plat mais ça reste correct.  

The next day, we leave by bus to Tauranga. I massage my knees while looking at the winding up slope through the mountain. I've put the japanese patches that my mum had given me for muscle pain and it worked quite well. We are not able to contact our warmshower host upon arrival so we go to a camping equipped with a hot pool and internet. The road isn't flat at all to go there but it is still ok.


30 janvier : Fernland spa – Abundant Backyard (15km +248m) – Omokora beach

On prend un bon bain chaud le lendemain matin avant de démarrer la journée. Direction Abundant Backyard, chez Silvio, un autre market gardener, recommandé par Jodi. Il n'y a pas beaucoup de kilomètres mais la route est terriblement fréquentée, c'est le grand axe pour aller vers Auckland. Elle monte et descend, on en a l'habitude même si ça ne rend pas les côtes plus faciles. On finit par quitter cet axe avec soulagement pour continuer à monter dans les collines environnantes. Silvio nous accueille avec de grands pots d'eau glacée et un grand sourire.

Nous passons une petite heure ensemble à discuter de son parcours enthousiasmant et de son système qui mérite bien son nom d'abundant backyard. Nous repartons avec des légumes frais et plein d'inspiration renouvelée grâce à sa bonne humeur contagieuse. Retrouvez ici l'article sur ce lieu plein de magie.

Nous retrouvons le grand axe et nous échappons vers une petite péninsule menant à Omokoa beach. A la recherche d'un camping nous poussons vers la pointe mais il n'y a qu'une petite plage aux abords d'un parc pour les enfants. Après un peu de repos nous revenons sur nos pas en prenant le chemin côtier bien plus plat et agréable que la route jusqu'au camping qui est lui aussi équipé de hot pools dont nous profiterons le matin.

We take a nice hot bath the next morning before starting the day. Going to Abundant Backyard, at Silvio's, another market gardener, recommended by Jodi. There aren't many km but the road is terribly busy, it is the highway to Auckland. It goes up and down but we are used to it even if it doesn't make them easier. We end up leaving this road with relief to continue within the surrounding hills. Silvio welcomes us with big pots of cold water and a big smile.

We spend a small hour chatting about his amazing journey and his system which deserves its name as Abundant Backyard. We leave again with fresh veggies and a lot of renewed inspiration thanks to his contagious happy mood. Find here the article on this place full of magic.

We get back on the highway and escape soon towards a small peninsula leading to Omokoa beach. Looking for a campsite we go to the very end but there is only a small beach close to a children playground. After some rest, we go back where we came from taking the coastal way which is flatter and much nicer than the road until the camping, also equipped with a hot pool which we'll enjoy in the morning.


31 janvier : Omokoroa beach - Riverstone Farm Glamping (14km +100m)

Petite journée qui nous mène chez Karen. Karen a fait la formation sur les fromages comme Thomas et nous a chaleureusement invité chez elle. Sa maison qu'elle a bien rénové est très agréable à vivre. Elle nous fait découvrir son lieu de vie puis nous emmène à une cascade non loin. Elle n'a pas de nom et est connue seulement des locaux. Elle est magnifique, nous passons un moment magique à profiter des eaux minérales fraîches qui dévalent des pierres polies par le temps et des rayons de soleil qui nous réchauffent gentiment entre deux bains. Eywa, son chien loup tout blanc, passe son temps à tourner autour de nous en essayant de nous regrouper et gémissant d'inquiétude quand l'un de nous plonge dans l'eau. La journée se termine agréablement sur un barbecue chez elle avec son amie et voisine. Un beau moi de janvier qui se termine tout en douceur.

A small day which leads us to Karen. Karen was one of the students of the cheese making training that Tom did. She invited us very kindly to pass by her place. Her house is well-renovated and very comfy to live in. She shows us around and then takes us to the nearby waterfall. The waterfall doesn't have a name and is only known by the locals. It is breathtaking, we spend a magical moment enjoying the fresh mineral waters which fall on polished rocks under the hot rays of sunshine that warm us through between two baths. Eywa, her white wolf-dog, spends its time running around us trying to keep us together as a group and whining with worry when one of us dives into the water. The day ends perfectly with a nice barbecue at her place with her friend and neighbour. A beautiful January month that ends in a soft cocoon.  


A ne pas manquer! Not to miss!

David: Faire du fromage (intro) - Making Cheese (intro), Faire du Camembert, Frigo et stérilisation - Fridge and sterelization, Mozarella tip 

 

Jodi: Roebuck farm, Holistic Grazing - Pâturage holistique, Market Garden, Organisation & marketing, the bubbler

 

Shannon: Good Bugs - Produits fermentés - Fermented products, Backyard Jem - market garden

 

Silvio: Abundant Backyard, Portrait Silvio, conseil sur la tomate - Advice on tomato, conseil aux débutants - advice for beginners

0 commentaires

2 Janvier - 17 Janvier: From Wellington to New Plymouth - Cycling 508km (+3835m)

2 Janvier – 3 Janvier : Wellington - Looking for bicycles

Nous débarquons par le ferry à Wellington et devons rejoindre un couchsurf à l'autre bout de la ville. Nous sommes accueilli par Alex, un homme d'une soixantaine d'années qui vit en coloc. Il accueille des couchsurfers depuis des années et continue à le faire. Nous sommes invités à diner. On dort dans le salon après avoir regarder un film romantique à la télé.

Le lendemain nous partons à la recherche de vélos. Wellington n'est définitivement pas le bon endroit pour ça, quelques boutiques de vélos certes mais tout y est hyper cher. On finit par trouver sur la marketplace de facebook un vélo d'occasion. Il est superbe, on prend. Reste à trouver un vélo pour Tom et à s'équiper.

 

Le jour d'après nous reprenons un petit bateau pour traverser la baie et aller voir Sarah, l'ex-femme de Will qui nous avait accueilli contre vidéos dans sa formation en autonomie en Angleterre. On trouve de l'autre côté un vélo pour Thomas et on s'équipe, l'addition est salée. Sarah, elle habite une super jolie petite maison en bord de mer et nous encourage à venir piquer une tête avec elle de l'autre côté de la rue avant de nous emmener en ville prendre un verre. On passe une super soirée en sa compagnie et elle a la gentillesse de nous emmener vélos inclus jusqu'à la gare pour attendre le bus qui nous emmènera plus au nord.

We arrive by ferry to Wellington and have to reach a couchsurfing host at the other end of the city. We are welcomed by Alex, a sixty-something man who lives with his housemate. He has been hosting couchsurfers for years and continues to do it. We are invited for dinner. We sleep in the living room after having watch altogether a romantic movie on the TV.

 

The next day we start looking for bicycles. Wellington is definitely not the right place for it, some cycle shops yes but everything is super expensive. We finally manage to find a second-hand bike on the facebook marketplace. It looks great, we take it. We are still one bike short for Tom and need to buy some equipment as well. The day after we take a small boat to go across the bay and meet Sarah, Will's ex-wife. Will has welcomed us in the UK trading technical videos for his course on self-sufficiency. We find a bike on the other side for Tom and some equimment. The whole operation is pretty expensive. Sarah, lives in a very nice little house on the sea shore and encourages us to dive into the sea with her before we go out for drinks in the city together. We spend a very nice enjoyable evening with her and she has the kindness to take us and our bikes to the bus station by car where we await the bus that will take us north.


4 Janvier – 6 Janvier : Let the cycle tour begin ! Rotorua – (24km - flat)

Nous arrivons en début de soirée en ville. Notre premier défi, mettre tout notre barda sur les vélos ! L'équilibre est assez somaire ! Mais ça marche et nous filons vers notre camping car il est déjà tard. Le camping a des bains thermaux. Et oui on est dans la région ! On en profite bien.

Le jour suivant, nous avons la chance d'être accueillis chez une famille, grâce au réseau des Warmshowers, un réseau dédié aux cyclistes. Eva, Pete et leurs enfants vivent à Rotorua dans une jolie petite maison avec un très beau jardin plein d'arbres fruitiers et agrémenté d'un très beau potager. Nous avons un picnic sur la pelouse du jardin ensemble puis prenons nos vélos pour aller à Whakarewarewa, un Maori village conservant la culture maori traditionnelle en vie et qui organise des tours guidés pour les touristes pour leur faire découvrir leur héritage culturel.

We arrive round the beginning of the evening in town. First challenge, putting everything on the bikes ! It is quite the balancing act ! But it works and we dash to the campground as it is already quite late. The campground has mineral hot pools. Normal for this well-reknown geothermal area ! We enjoy a bit of bathing.

The next day, we are very lucky to be welcomed into a family's home through the Warmshowers network, which is dedicated to cyclists. Eva and Pete and their children live in Rotorua, in a very nice little house with a beautiful garden full of fruit trees and a nice veggie patch. We have a very lawn picnic together and take our bikes to get to Whakarewarewa, a living Maori village which is also organised to guide tours for tourists through their cultural heritage.



Te Whakarewarewatangaoteopetauãawãhiao

C'est le nom entier de leur village. Les gens qui y vivent sont les Tuhuorangi Ngati Wahiao. Ce village est situé dans un domaine géothermal extrêmement actif. Il est construit autour de ces trous d'eau chaude et des geysers qui sont utilisés pour différentes choses, y compris cuisiner, se baigner et même, d'antan, pour l'embaumement. Les activités touristiques actuelles sont menées par les gens de cette tribu et le village est encore habité par eux. A la porte d'à côté, il y a une autre activité touristique basée aussi sur l'activité géothermale et la culture maori mais celui-ci est la propriété du gouvernement et personne n'y habite. Quelques années plus tôt, le gouvernement a essayé d'acheter la terre de ce village et de virer les Maoris qui y habitaient afin, et merci d'en noter l'ironie, de transformer le tout en une attraction touristique sur la culture maori. Heureusement, les gens qui habitaient là ont stoppé le projet et il y a maintenant deux organisations touristiques séparées qui font donc ces tours, même si l'une est clairement plus authentique que l'autre.

Nous sommes accueillis par un spectacle d'une des familles vivant dans le village, avec des chansons anciennes et des danses, des démonstrations de batons et de bolas traditionnelles ainsi que le fameux Haka. Même si cette performance est faite pour les touristes c'est aussi une bonne introduction dans la culture maori qu'il est difficile d'approcher autrement en tant qu'étranger. C'est un moment puissant et plein d'énergie avec beaucoup d'amour flottant dans l'air. Tous les muscles incluant ceux des yeux et de la langue sont utilisés et cela donne un sentiment incroyable de force et de vie. C'est assez émouvant.

That is the full name of this village. The people living there are the Tuhuorangi Ngati Wahiao. This village is located in an intense geothermal active area. It is built around the hot pools and geysers and uses them for a number of things including cooking, bathing and even, in days of old, embalment. The current touristic activities are lead by these people and the village is still inhabited by their people. Right next door is Te Puia, another touristic attraction based on the geothermal activities and the Maori culture, except it is owned by the government and no one lives there. A number of years ago, the government tried to buy the land of this village and evict the Maori living there, in order to, and please notice the irony of it, transform the whole thing into a Maori cultural touristic attraction. Luckily the people living there put a stop to it and there are now two separated businesses running the touristic tours, though one is obviousy more authentic than the other.

We were welcomed with a performance from one of the family living in the village with ancient songs and dances, as well as batons and traditional bolas performances and the world famous Haka. Though it is made for tourists, it is also a good introduction into actual Maori culture which you cannot experience as an outsider much differently. It is a powerful and energetic moment with lots of love floating in the air. All the muscles including those of the eyes and tongs are used to perform and it gives an incredible feeling of strength and life. It is quite touching.


Les tours guidés comme celui que nous faisons sont une longue tradition maori car ils commencent aux environs du XIXe siècle. Les femmes de cette tribu étaient et sont très expansives et à travers les contacts avec les pionniers, certaines ont appris l'anglais. Les Maoris qui pouvaient faire le lien entre les cultures et au-delà de la barrière de la langue étaient très recherchés à l'époque afin de mener des transactions entre les deux. Ces femmes sont devenues assez célèbres pour leur compétence de guide en menant des étrangers à travers la culture maori. Certaines ont même accueilli des personnalités royales lors de visites et sont même allées en Angleterre, emmenant des guerriers et des jeunes filles maoris afin d'y faire des démonstrations. Cette tradition a perduré depuis, même à travers les temps difficiles et malgré le gouvernement mettant des bâtons dans leurs roues, jusqu'à aujourd'hui.

Guiding tours such as these are a long tradition in the Maori culture as they start as early as the nineteenth century. Women from this tribe were and are very outspoken and through contact with the settlers, some learned English. Maori who could bridge the culture and language gap were really sought after in these times to lead transactions between settlers and the Maori. These women developped quite an international reknown for taking around the foreigners and guiding through the culture of the Maori. Some even welcomed British royalty on visits or went to England with warriors and maidens to perform for them there. This has continued ever since, even through the hardships and the government making it hard for them, until today.


Petite compilation de la Terre qui vous parle en direct de Waikite et Rotorua! A small compilation of the Earth speaking direct to you from Waikite and Rotorua!

Une des merveilles de ce monde est probablement le résultat de l'activité géothermale. Ces piscines naturelles d'un bleu translucide magnifique, bouillonnant doucement ou dangeureusement à 100°C sur la surface et plus en-dessous, venant des profondeurs à des kilomètres après avoir touché le magma liquide. Les piscines de boue avec le bruit des bulles qui éclatent mollement à la surface, un son étrangement satisfaisant à l'oreille, les couleurs incroyables des différents minéraux qui refroidissent doucement, ramenés par l'eau des profondeurs de la terre à la surface... On dirait que la Terre s'exprime là, directement à vous, elle vous parle à travers le son impétueux de l'eau puissante, le son de la bulle de boue qui éclate mollement, l'énergie bouillonnante et le brouillard qui tourbillonne au hasard...

One of the world's wonders is most probably the result of the geothermal activity. These absolutely magnificent translucid blue pools, boiling softly or murderously, at a 100°C on the surface and more down below, coming straight from kilometers in depth after having touched the liquid magma. The mud pools with their popping sounds, the multiple colors of the minerals slowly cooling down, brought up from way down below to the air... There it really seems the Earth is expressing itself directly to you, it speaks through the rushing sound of the water, the popping of the mud bubbles, the boiling energy and the midst swirling around randomly. It is an unforgettable experience and you can easily understand the reverence for the Earth and its incredible power, there.



Après cette expérience incroyable, nous retournons à vélo vers nos hôtes qui ont une petite soirée entre amis et un barbecue organisés. Nous sommes gentiment invités et passons une très belle soirée dans le jardin ? Nous dormons ensuite dans la cabane dans les arbres des enfants. Elle est juste assez grande pour y mettre un matelas double et a des airs de conte de fée tout en bois avec des petites guirlandes lumineuses. Des petits rideaux sur les fenêtres font de cette cabane une vraie petite maison miniature dans un arbre. Complètement surréel !

After this amazing experience, we bike back to our hosts which are having a get-together with their friends and a bbq dinner. We are kindly invited and spend a very good evening in the garden. We then sleep in the tree house of the kids. It is just wide enough to put in a double mattress and looks like a fairytale house, all wooden with little strings of blinking lights. Little curtains on the windows make it look like a real miniature house in a tree. Completely surreal !


7 Janvier : Rotorua – Waikite Valley – 30km (+380m)

Nous quittons Rotorua via la piste cyclable bien amenagée qui longe l'autoroute. Nous quittons la grand route pour nous enfoncer dans la campagne. Quelques collines, nos premières, permettent de nous tester un peu avant d'arriver à Waikite. Le camping donne accès aux hot pools pour se baigner et à la balade pour aller voir la source de cette eau chaude délicieuse pour nos muscles.malgré le grand soleil.

We leave Rotorua through a nice cycle way along the highway. We soon leave the big road to start forward into the countryside. Some hills, our firsts, let us test ourselves a little before we get to Waikite. The camping provides access to the hot pools to bathe and a stroll path to go see the hot water spring. Its hot water is delicious for our muscles even with the hot sun shining.


La source de Waikite est une hot pool qui gronde et bouillonne de bleu translucide entourée de couleurs ocres et vertes, c'est une peinture naturelle superbe. On reste longtemps à admirer ce petit tableau vivant.

The Waikite spring is a hot pool that growls and boils with a translucid blue water surrounded by ochre and green colors, it is a beautiful natural painting. We remain a long time admiring this small living painting.


Au camping nous croisons Fabien, un musicien français qui fait le tour du monde à vélo depuis deux ans déjà avec des pauses pour aller jouer au Maroc, renflouer un peu les caisses avant de reprendre. Il est carrément mieux équipé que nous et bien plus léger ! On sympathise bien.

At the camping, we meet Fabien, a french musician, who is touring the world on a bicycle, for about two years already, taking some breaks to go play in Maroco and earn some money before starting again. He is so much better equipped than us ! And way lighter too ! We have a nice friendly evening together.


8 Janvier : Waikite – Wai-o-Tapu – Kerosene Creek – Wai-o-Tapu – 16km (+140m)

Le matin du départ, nous sommes tous les trois fin prêt. Fabien nous distance rapidement, la première côte est hyper pentue ! Je finis par pousser et Tom doit m'attendre. Je me fais carrément mal aux bras à pousser le vélo qui dérape gentiment sur les graviers du bord de la route. Enfin heureusement le reste de la route est une longue descente agréable jusqu'au « Thermal Wonderland » de Wai-o-tapu. 

C'est organisé un peu comme un parc d'attraction alors on est un peu inquiet surtout vu le nombre de touristes. Rendez-vous au geyser, Lady Knox, à 10h pétante. On y retrouve Fabien et on se demande comment un geyser peut-être si précisemment au rdv tous les jours. Réponse quelques minutes après, un peu de savon est versé dedans et ça démarre le geyser ! Ce fait étrange a été accidentellement découvert par des prisonniers qui travaillaient dans le bois d'à côté et venaient régulièrement voir cette source pour se laver.

In the morning, we are ready and we are three. Fabien rapidly puts some miles between us, the first slope is pretty steep ! I end up pushing my bike and Tom has to wait for me. I even hurt my arm pushing the bike which gently skids on the gravel on the road side ; Luckily, the rest of the road is a nice soft slope down to the Waiotapu Thermal Wonderland.

It is organised like a theme park so we are a little worried especially when seeing the number of tourists. We gather at the Lady Knox geysere at 10 o'clock in the morning. We join with Fabien and wonder together how a natural geyser can be so precisely on-time everyday. The answer comes out several minutes later when a bit of soap is dropped inside and acts as a geyser starter ! This strange fact would have been discovered by prisonners working in the surrounding woods and coming regularly to this place to wash themselves.


Le parc géothermal en lui-même est magnifique. Je devrais arrêter d'écrire ce mot à tout bout de champs mais les qualificatifs manquent pour décrire toutes ces couleurs, ici à grande échelle, que l'on ne voit que rarement dans la nature, et qui sont d'une profondeur et d'une intensité qui semblent hors de ce monde. Il y a à la toute fin un lac acide qui est carrément vert-jaune fluo, impossible de rendre cette couleur en photo, il faudra y aller. Nous déposons nos affaires à la taverne du coin et partons légers pour Kerosene Creek, une rivière d'eau chaude. En chemin nous faisons le trail de mountain bike pour y aller, hyper sympa en pleine forêt. Mes roues ne s'y prêtent pas vraiment mais celles de Tom sont parfaites pour ça. A notre retour on se fait donc un autre trail plus haut celui-là, grade 4, la descente est plus difficile avec mon vélo qui dérape à tout va mais bon c'est quand même un super moment aussi, surtout pour une intro impromptue au mountain biking.

The geothermal park itself is absolutely magnificent. I probably should stop writing this word all the time but the qualifiers are missing to describe all these colours, displayed here at a grand scale, that we rarely see in the nature and that are here of a depth and intensity that seems totally out-of-worldly. Towards the end of the walk there is an acid lake which is entirely fluorescent green-yellow, difficult to render this bizarre colour on a picture, you'll have to go and see it. We leave our gear and bags at the local tavern after this visit and start lighter for Kerosene Creek, a hot water river. On the way we find a mountain bike trail to get there, super nice in the middle of the woods. My wheels aren't really adapted for it but those of Tom's are perfect for this kind of trail. Returning from the creek, we have a go at another trail, grade 4, going way up and steeper. The way down is more difficult with my bike which slides all the way but it is still a great moment and a very good introduction to mountain biking !


9 Janvier : Wai-o-tapu – Taupo – 58km (+214m)

Etape plutôt tranquille et plate. La ville est sympathique malgré ses quelques montées bien raides pour arriver au camping gratuit. Celui-ci est en bord de rivière et on apprécie un bon plongeon dans l'eau froide après une autre journée ensoleillée passée sur le vélo.  

A very flat and quiet ride. The town is nice even with its pretty steep roads to get to the free camp. It is on the edge of a river and we do appreciate a cold plunge after a sunny day spent riding.


10 Janvier : Taupo – Moturere – 38km (+256m)

Taupo est un très grand lac. On ne l'a pas particulièrement trouvé magnifique mais il a l'avantage d'avoir une voie de balade cyclable sur une bonne partie de son bord que nous suivons tranquillement. Notre carte offline, mapsme, nous envoie ensuite sur un trajet qui est barré par une barrière exigeant un permis pour passer. Nous sommes dans une zone d'exploitation forestière et plutôt que de se prendre un tronc sur la tête ou des remontrances, nous rebroussons chemin pour reprendre par la grande route. Elle monte plutôt raide mais surtout pendant un bout de temps.

Taupo is a veyr big lake. We didn't find it particularly beautiful but it does have a cycle way along a one side which allows us to move forward lazily. Our offline map, maps.me, sends us then on a way which is barred by a pole and a sign requiring a permit to go through this wood logging area. Not risking to receive a log on our heads or to be the target for rebukes along the way, we are going backwards and take instead the highway. It is rather steep and it goes for a long time.


Arrivés sur le plateau, nous nous arrêtons pour prendre quelques images de la vue. D'un côté, un terrain où les arbres ont été récoltés apparaît entièrement dévastés, un autre où de petits arbres ont été replantés au milieu des décombres et au fond de grands arbres qui le seront bientôt. L'immense monoculture de pins récoltée de façon industrielle crée bien sûr un certain nombre de problèmes environnementaux dont les plus spectaculaires sont les glissements de terrain qui créer des coulées de boue et de bois mort qui dévastent tout sur leur chemin car malheureusement beaucoup de ces forêts sont en NZ souvent situées sur des terrains en pente. Sur l'interminable descente, nous croisons dans l'autre sens un cycliste qui semble à bout de souffle et bien chargé aussi avec qui nous ne pouvons que compatir. Après une remontée tout en virages serrées sur une route très fréquentée, nous arrivons à notre camping où nous découvrons avec bonheur la présence d'un foodtruck qui nous permet de déjeuner agréablement.

Reaching the flat area at the top, we stop a moment to take in the view. On one side, a land where all the trees have been harvested looks like a war zone, another where small trees have been planted back in the middle of all the bits and pieces leftovers and in the back big trees that seem to be about ripe for harvest. This huge monoculture of pines harvested in an industrial manner creates of course a number of environmental problems of which the most spectactular ones are probably the landslides that create deadly waves of muck and dead wood that lays to waste everything in their path, especially because in NZ, unfortunatel, most of these woods are located on slopes. During the everlasting slope down, we then meet a heavy-loaded breathless cyclist going the other way, we can only empathise with what he is going through. After a sharp way up with narrow curves on a high-traffic road, we finally arrive at our camping where we discover with joy the presence of a foodtruck which makes for a very nice lunchtime.


11 Janvier : Moturere – Turangi – 20km (flat) + 13,6km of moutain bike trail

Cette journée devait être de repos mais finalement nous l'avons utilisée pour faire une petite étape afin de couper la route. Et comme en arrivant au camping, on n'avait pas eu notre content, nous avons déposé les affaires et sommes partis faire un petit trail de mountain bike, grade 2, très agréable tout le long d'une rivière. Celui-ci nous amène d'abord au centre national de la truite où nous découvrons des truites énormes ! L'eau à la bouche, nous nous poitons au comptoir et demandons si on peut en pêcher une ou en acheter. Il se trouve qu'en NZ, il faut une licence pour aller pêcher de la truite dans les rivières. Mais dans cette nursery, les adultes n'ont pas le droit de pêcher, seulement les enfants qui peuvent faire une initiation à la pêche dans une marre remplie de truites qui tournent en rond et peuvent ensuite ramener le poisson à la maison comme ça ou fumé au manuka dans les fumoirs du centre. On se regarde en se demandant si on ne pourrait pas louer un enfant à quelqu'un mais finalement on repart les mains vides !

That day was supposed to be a rest day but finally we used it to make a small leg in order to cut the long one on the next day. When getting to the camping that day, we still felt we didn't ride enough so we left our gear and went for a small mountain bike trail, grade 2, very nice along the river. It got us first to the National Trout Center where we saw enormous trouts. Mouth watering, we got to the counter and asked whether we could fish one or buy one. Turns out, to fish trouts in NZ you need a licence, then you can go fish in the rivers. However in this nursery center, adults are not allowed to fish, the children however can get a fishing course and fish in the pond where thousands of trouts are circling, they can then bring it back as is or have it smoked with manuka onsite. Looking at each other we wondered for a second whether we could rent a kid from someone but left empty handed !


12 Janvier : Turangi – Tongariro National Park Village – 58km (+914m)

lookout on the way up to the Tongariro - point de vue sur la région en chemin vers le Tongariro
lookout on the way up to the Tongariro - point de vue sur la région en chemin vers le Tongariro

Cette journée est mémorable par son intensité physique incroyable ! On la passe à monter. Ca commence par une pente bien raide quoique relativement courte par rapport aux suivantes qui nous coupe les jambes d'entrée de jeu. Il faut ensuite continuer sur de bonnes pentes qui n'en finissent plus. On y passe plusieurs heures à monter sous le soleil, sur les premiers plateaux de chaque côté. C'est un véritable exercice mental pour être patient et tenir l'effort à fournir. On retrouve sur un point de vue, Philippe, un suisse, qui fait le tour du monde depuis la Suisse depuis 15 mois à vélo. Il va à l'auberge du National Park Village. Bien lui en a pris parce que nous sommes dans un camping qui est à 7km du magasin le plus proche et nous n'avons rien à manger avec nous. Nous reprenons donc les vélos après cette grosse journée pour 14km supplémentaires aller-retour.

This is a memorable day for its incredibly high physical intensity ! We spend the day going up. It starts with a very steep slope, even if pretty short compared to the next ones, which cuts our legs right then. Then we still have to continue to go up on steep slopes that never seem to end. We spend several hours going up under the sun, using all first gears. It is truly a mental exercise to have the patience and continuously provide the effort. We meet Philippe again at a look-out, he is Swiss and has been on the road around the world on a bicycle for abour 15months. He is going to the hostel in the National Park Village. Good on him because we are at a campsite which is 7km from the closest shop and have nothing to eat. We therefore get back on our bikes for another 14km back and forther after this very hard day.


13 Janvier : Tongariro – Taumarunui – 50,1km (+101m)

Ce matin nous nous réveillons à 4:20 du matin dans notre tente, sous la pluie. Après un court débat de 10minutes sur l'utilité de se lever, on s'habille pour le trek – vêtements de pluie inclus. On se traîne jusqu'à la réception où nous nous regroupons misérablement sous un abris avec les autres randonneurs du jour pour le Tongariro. Notre chauffeur de bus nous fait monter dans le bus pour nous donner le briefin suivant : 70% de chance de pluie légère à drue et 90% de chance de visibilité nulle. Tom demande si demain la météo sera mieux. Pire, il y aura des orages. Bon bah ça c'est fait. Nous retournons nous coucher comme 80% des gens sans les quelques personnes supers motivées.

Today we woke up at 4:20 in our tent, under the rain. After debating about ten minutes whether we should get up at all, we dress up for a hike - raingear included. We take ourselves up to the reception where we miserably huddle with other would-be Tongariro hikers under the small sheltered space. The bus driver takes us all into the bus to give us a briefing. 70% chance of light rain to rain, 90% chance of zero visibility. Tom asks about tomorrow's weather. Worse, thunderstorms even. Well that is it for us. We go back to bed as does 80% of the other people minus a few extremely motivated people.


Quand nous nous réveillons finalement, on s'arrête 10km plus loin pour un petit déjeuner. Nous y rencontrons un voyageur australien avec qui nous finissons par parler pendant au moins deux heures de l'état du monde et de la nature humaine. Je lui donne mon bouquin, « Songlines », de Chatwin, sur les aborigènes en Australie, mais également sur la nature primaire nomade des hommes. C'est bien, maintenant que nous l'avons fini, qu'il retourne en Australie. Nous retrouvons ensuite un allemand, un des courageux qui étaient restés dans le bus. Nous discutons du Tongariro, c'est la deuxième année qu'il essaye de le faire, il y pleut très souvent. Il a eu quelques aperçus du lac mais pas de vue dégagée sinon. On n'a rien manqué. Nous les quittons tous les deux, avec quelques heures de retard sur notre planning mais d'autant plus heureux à propos du monde, comme on se sent toujours quand on rencontre des personnes sympas.

When we finally get on we stop 10km later to have a breakfast. That is where we meet an Aussie traveler with whom somehow we end up speaking for about two hours of the state of the world and human nature. I give him my book, "Songlines", by Chatwin, about aboriginals in Australia, but not only, also about human's primary nomadic nature. It's good that now we are finished with it, it goes back to Australia. Then we meet a German guy, one of the braves, who stayed in the bus. We discuss the Tongariro, second year he tried it so he had to go. It is always rainy anyway. Some views on the lake but no wider views. We didn't miss out. We leave both of their companies, some hours late on our schedule but that much happier about the world, as one always feels when meeting nice people.


La route est tout en colline mais loin d'être aussi dure que celle pour monter au Tongariro. Nous arrivons juste à temps pour le début de l'averse à Tamauranui. La tente est encore mouillée de la nuit dernière et on a beaucoup de trucs trempés et nous sommes fatigués. On décide deprendre une chambre. Nous choisissons par chance un motel qui, bien qu'un peu plus cher que notre budget est quand même moins cher que les autres. Peut-être que c'est parce que nous avons des vélos et que les proprios aiment bien en faire ou peut-être qu'il est juste tard dans la journée mais ils nous font un petit prix pour une chambre hyper spacieuse et confortable avec notre propre douche et 20min dans le jaccuzi d'à côté ! Nous complétons cela avec un délicieux repas thailandais dans un restaurant et avons une soirée parfaitement reposante !

The trail though hilly is nowhere near as tough as getting up to reach Tongariro. We arrive just in time for the rain to start again in Tamauranui. The tent is still wet from last night, a lot of our stuff is also pretty wet and we are quite tired. We decide to get a room. We chose by chance a motel which though way over our usual budget is probably less expensive than the others. Maybe it is because of our bicycles and that the owners cycle or maybe it is just late in the day but we get a slightly reduced price for a very spacious and comfortable room, with our own shower and a 20min access to the spa pool next door ! We top this with a delicious thai meal in a restaurant and we have a perfect restful evening !


14 Janvier – 17 Janvier : Forgotten World Highway – Taumarunui – Ohura (48km +400m) – Wangamomona (59km +520m) – Purangi (33km +450m) – via Inglewood & Bell's Block – New Plymouth (60km +460m)

Notre hôte au motel de Taumarunui a bien rigolé quand on lui a dit qu'on voulait faire la forgotten world highway avec tout notre barda. On a vite compris pourquoi quoique la première journée était super sympathique malgré des averses de-ci de-là. Vous connaissez Alice aux pays des merveilles, bon elle glisse dans un trou et paf, c'est un autre monde qui s'ouvre à elle. Et bien à peine sorti de Taumarunui, en suivant la vielle ligne de chemin de fer, on plonge dans un autre monde. Les bruits de la route se font étouffés et rares, on se retrouve entouré de collines de part et d'autre, d'un vert éclatant, on ne croise plus personnes à part des moutons et des vaches. C'est bien le monde oublié. A Ohura on rencontre un couple de français à vélo aussi, ils sont un peu comme nous, à l'arrache et bien chargés, pas trop expérimentés non plus. Ils viennent de se taper plus de 100km avec des routes en gravier, ils sont vannés. On découvre nous aussi au cours des jours suivants, les routes de gravier. Après l'expérience mountain biking, je sais que mes roues ne sont pas hyper adaptées mais mon vélo tient bon et en l'absence de coup de frein arrière, se comporte très bien.  

Our host at the Taumarunui motel laughed a lot when we said we wanted to do the forgotten world highway with all our gear. We quickly understood why though the first day was really nice even with rainshowers here and there. You know how Alice in Wonderland slides into a hole and finds herself in a new world. Well here, as soon as we get out of Taumarunui, following the old railway line, we dive into an other world as well. The noise of the road becomes muffled and scarce, we are surrounded by flashy green hills on every side, we see no one apart from sheeps and cows. It really is the forgotten world. In Ohura we meet another french couple also cycling ? They just did 100km on gravel roads, they are exhausted. We also discover the gravel roads on the next days. After the moutain biking experience, i know my wheels are not the best fit for this but my bike holds fast and without harsh rear breaking, it behaves quite alright in fact.


A Wongamomona, république indépendante, on se fait voler un tendeur et klaxonner par des motards paresseux alors qu'il n'y a pas un chat à l'horizon. L'accueil n'y est pas non plus hyper chaleureux, très différent de Ohura la nuit d'avant. On repart assez grognon. Encore quelques saddles, des cols aux multiples virages qui montent bien comme il faut. Quand arrive le choix de continuer vers Stratford sur une confortable route bitumée ou de tourner à droite vers les graviers, on hésite. On choisit l'aventure des graviers malgré les jambes déjà bien éprouvées.  

In Wongamomona, the independant republic, we are stolen a tie cable and horned by lazy moto bikers. The welcome isn't very warm and so very different than Ohura the day before. We leave from this place a bit grumpy. Again some saddles, steep passes with several curves. When we get to the choice between Stratford on a comfortable sealed road or to turn right towards the gravels, we hesitate. Finally we chose the gravel adventure even with our already-tired legs.


Lire la suite 3 commentaires

18 décembre - 2 Janvier: From Dunedin to Picton - New Zealand

A côté de Dunedin quand le brouillard se lève - Close to Dunedin when the fog lifts
A côté de Dunedin quand le brouillard se lève - Close to Dunedin when the fog lifts

18 Décembre - 19 Décembre - Dunedin

Nous arrivons au camping de Dunedin. Le temps est gris. On plante la tente et deux secondes après c'est le déluge. On part faire une balade et essayer de trouver un point de vue un peu dégagé mais on s'enfonce dans le brouillard. On trouve un super petit restaurant japonais. La cuisine est raffinée et faite vraiment à la japonaise. C'est un régal. Dehors la pluie continue de tomber drue. On n'est pas ravi par la perspective de dormir en tente. On en profite pour épuiser le forfait internet du camping, contacter la famille et enfin nous mettre à jour pour ce qui est des Alterculteurs. Comme la pluie tombe toujours et que Tom commence à être malade, on décide de dormir dans la voiture, ce sera toujours moins humide. Nuit courte, on est sensé aller voir une ferme laitière le matin, ils commencent à 6h du mat. Le lendemain, Tom est vraiment malade, on reporte la visite au lendemain et on prend une mini-cabine pour se mettre au sec et au chaud.

 

Grog gingembre citron miel pour tout le monde. Repos. Douche bien chaude. On va manger chez Papa Chou, un restaurant chinois qui sert des dim sum. On se régale ! On prend des trucs épicés pour que Tom se réchauffe bien, et ça marche ! On est complétement fan des radish cake et des dumplings en tout genre. Après ce bon repas, on va au musée des pionniers qui retrace l'histoire du coin (oui il pleut toujours un peu et il fait froid en plus), c'est très sympa.  

We arrive at the campground in Dunedin. Weather is grey. We set up the tent and two second later, the rain starts falling heavily. We go for a ride around and try to find a clear view but we are mostly going through fog. We do however find a very nice little Japanese restaurant. The cuisine is refined and really made the Japanese way. It is delicious. Outside the rain is still falling and we are not looking forward to a wet night tenting (that is the word in NZ for sleeping in a tent!). We take the chance to consume all of the campground internet data to contact the family and finally make ourselves up to date with all the Alterculteurs stuff. As the rain is still fallin and Tom is starting to get a cold, we decide to sleep in the car. It'll be less wet at the very least. Short night, we are supposed to see a dairy farm at 6am. The next day however, Tom is really sick so we postpone the visit to the next day and take a mini-cabin at the campground to get warm and dry.

 

 

Ginger, lemon and honey grogs for everyone today and some rest and nice and warm showers. We are going to Papa Chou for lunch, a chinese restaurant making dim sum. Again delicious ! We take spicy stuff in order that Tom warms up from his cold and it works ! We are totally fond of the radish cakes and the various kinds of dumplings. After this meal, we go to the pionneer's museum which retrace the history of the region (yes it is still raining a bit and on top it is now pretty cold too), it is a very nice visit.


20 décembre – Holy Cow

Après une bonne nuit de sommeil, réveil à 5h30 pour aller voir la ferme laitière. Nous y passerons deux bonnes heures très instructives dont quelques minutes angoissantes quand Tom pense avoir cassé un objectif photo. Retrouvez ICI l'article sur cette ferme laitière pas vraiment comme les autres.

After a good night sleep, we wake up at 5:30am to go see the dairy farm. We spend there about two very instructive hours including a few scared minutes when Tom thinks one of his lens is broken (turns out ok). Find the article on this unusual dairy farm HERE.


20 décembre - 21 décembre: Cromwell

Notre camping est loin de tout et on a l'impression de passer deux jours à marcher sans arrêt vu que nous avons rendu la voiture de location. On prend une petite demie-journée pour faire la seule attraction du coin : une balade de 8km pour visiter 4 vignobles, dégustations incluses bien sûr. C'est le pays du Pinot Noir et du Chardonnay également. On goûte aussi à du Blanc de Noir assez surprenant. Un après-midi très sympatique !

Our camping is far away from everything and we feel like we spend the next two days walking non stop to get anywhere as we have given back the rental car. We take a half-day to do the only thing there is to do there : an 8km walk around the vineyards across 4 different ones with tastings of course. It's Pinot Noir country and Chardonnay as well. We get to taste some Blanc De Noir, which is pretty suprising ! A nice little afternoon !


Lake Wanaka from Roy Peak
Lake Wanaka from Roy Peak

22 décembre - 25 décembre: Lac Wanaka

Pour Noël on s'offre le luxe de se poser quelques jours au même endroit. Deux nuits en camping puis dans le même endroit, deux nuits dans une chambre, histoire de passer une Noël comfortable ! Le 23 on se fait une longue balade plutôt pentue au Rob Roy Peak. On vous laisse découvrir la vue de là-haut. On arrive assez tôt là haut et on hésite à se faire les 24km pour aller jusqu'à l'autre parking mais l'incertitude de trouver quelqu'un pour nous ramener de l'autre côté nous limitera aux 16km aller-retour de ce versant superbe.  

For Christmas, we treat ourselves to a few days in the same spot. Two nights camping and then in the same park, two nights in a small cabin for a comfy Christmas ! O n the 23rd, we hike along the Rob Roy peak track. See the pictures for the great view from up there. We arrive quite early at the top and hesitate to make the 24km track which would enable us to reach the carpark on the other side but we don't know wether we'll find someone to bring us back over there so we'll limit ourselves to the 16km return of this beautiful mountain side.


On rentre en autostop bien content car nos jambes sont fatiguées. Heureusement qu'il y a un sauna au camping, qui me met complètement KO. La nuit est pluvieuse et fraîche malgré une belle journée. On ne dort pas bien. Pourtant le lendemain, 24 décembre, on remet ça ! Personnellement j'ai les jambes en bois, ça tire de partout et malgré la facilité de cette deuxième balade pour aller voir le glacier de Rob Roy, je galère. Tom bien sûr gambade sans problème ! Au retour, après avoir admiré la vue, je me sens mieux et on reprend un rythme normal. Le lendemain, c'est l'horreur, j'ai mal aux jambes même sans bouger du tout ! Par chance la température est remontée en flèche et c'est avec délice que nous profitons d'une baignade de Noël dans l'eau fraîche du lac Wanaka.

We get back hitchhiking, happy to be carried as our legs are very tired. Luckily there is a sauna at the camping. It knocks me out entirely. The night is rainy and cold, even when we just had a nice day. We don't sleep well. However, the next day, on the 24th, we do it again ! Personally, my legs are wooden and every muscle fiber is sore and even with the ease of this second hike to go and see the Rob Roy glacier, I really toil to get there. Tom of course trotts on without a worry ! On the way back, after having admired the view, i feel better and we get back to a normal walking rythm. The next day however, it is a disaster and my legs hurt even when i don't move them at all ! Fortunately, the temperature has soared and it is with great delight that we enjoy a Christmas dip inside the fresh waters of Lake Wanaka.


Rob Roy's Glacier - superb!
Rob Roy's Glacier - superb!
Fox Glacier
Fox Glacier

26 décembre - Fox Glacier

Pas grand chose à dire. 12Km depuis le village pour aller voir un glacier en total retrait. On ne peut pas s'approcher car trop dangereux, chutes de blocs de glace possibles. Le glacier avant devait être magnifique, on voit des marqueurs qui l'amène jusqu'au pied de la montagne. Apparemment c'est le seul glacier qui descend jusque dans la forêt tropicale, enfin c'était. Maintenant, il n'est plus accessible que pour les riches touristes qui se payent un tour en hélicoptère pour se faire déposer avec un guide. On les entend en permanence durant toute notre balade, l'immersion dans la nature pourtant tropical du chemin n'est pas très réussi. Le réchauffement climatique et l'absurdité de la société de consommation tout en un lieu, ça vaut le détour jusque pour en être témoin.

Heureusement, un couple américain nous prend en autostop pour revenir. Mes jambes sont encore fatiguées et je suis un peu remontée d'avoir fait tout ce chemin pour voir un bout de glace bleue au loin, même si le paysage autour est plutôt impressionnant.

 

Tom profite du couche de soleil pour pousser plus loin que notre camping et aller photographier un des 10 plus beaux lacs du monde, le lac Matheson et se fait également ramener en stop.

Not much to say really. 12Km from the village to go and see a glacier in full retrieval. Can't get too close because of ice blocks could fall. The glacier must have been magnificent some time ago, we can see the markers that put it right down until the foot of the mountain. Supposedly it is one of the only glacier to fall straight into rainforest, well it used to be at least. Now it is only accessible to the richest tourists who pay a helicopter ride to land on it with a guide. We can hear those permanently during our walk. Needless to say the immersion into the surrounding tropical nature isn't a success. Here global warming and the absurdity of the mass consumption society can be witnessed first hand, just for this, it's probably worth it anyway.

Fortunately, an American couple picks us up to get back. My legs are still sore and i'm a bit disappointed to have done all this hiking just to see from far away a little piece of blue ice, even when the landscape is quite impressive.

 

Tom takes advantage of the sunset to push his walk a bit further than our camping to go and take some pictures of one of the top 10 lakes in the world, Lake Matheson. He also manages to hitchhike back.


Lake Matheson - top 10 in the world!
Lake Matheson - top 10 in the world!

27 décembre – 28 décembre : West Coast Scenic Road and Nelson

Nous passons la journée du 27 dans des bus, toujours avec le même chauffeur, extrêmement talentueux à raconter des histoires sur les paysages que nous voyons. Nous apprenons avec lui le nom des plantes et des arbres les plus iconiques du bush. Le flax utilisé par les Maoris pour faire du tissage ; le nom des différents oiseaux comme le Héron Blanc dont il ne reste plus que 200 paires en Nouvelle-Zélande et qui semble lui porter bonheur à la loterie ; et un peu d'histoire comme cette super anecdote du Gold Nugget dans une région qui s'est développée d'abord sur la recherche de l'or.  

We spend the 27th in buses, always with the same driver who is a very good story-teller, with anecdotes about every landmark we pass by. We learn with him the names of the iconic plants of the native bush. The flax used by the Maoris to weave all kinds of daily use objects ; the names of various birds such as the White Heron of which only 200 remain in New-Zealand and which seems to be a good luck charm for him at the national lotery. He also mentions some historical facts like the story about the biggest gold nugget ever found in New Zealand, in a region which had developped primarily thanks to the search for gold.



The honorable Roddy nugget

L'histoire de notre chauffeur de bus est bien plus fun que l'histoire officielle donc Tom vous la retranscrit ici:

 

Un jour pendant la construction de la côté ouest néo zélandaise, dans la ville de Ross, rebaptisée depuis le village d'or, un homme déjà assez riche découvrit une grosse pépite d'or, qui s'avéra être la plus grosse jamais découverte en Nouvelle Zélande. 

 

Mais comme il n'avait pas besoin d'argent et que cette personne avait l'âme charitable et altruiste, 

il mit le morceau aux enchères pour construire un hôpital pour son village. 

 

Il vendit à l'époque le morceau pour 400 livres sterling à une autre personne riche du village qui voulait faire une bonne action tout en ayant la chance d'observer cette magnifique pièce, l'honorable Roddy.

 

Comme celui-ci qui possédait un hôtel dans le village ne savait pas quoi en faire, il finit par peindre le morceau en noir. Des centaines de voyageurs passaient ainsi devant l'accueil avec cette grosse pierre sans savoir qu'elle était de l'or.

 

Quand l'histoire commença à s'ébruiter et comme il ne voulait pas que des voleurs ou autres brigands viennent s'en emparer, il finit par, de manière originale, la donner à l'état néo zélandais. 

 

Drôle d'idée que de la donner aux politiciens, qui n'ont très clairement pas chercher à la protéger mais qui se sont empresser de la faire fondre. A l'époque sous protectorat anglais, le plus gros morceau d'or jamais découvert par un néo zélandais finit par devenir un service à thé d'une pureté en or inégalable (entre 94 et 98 % d'or) donné en cadeau au roi d'angleterre de l'époque, King Edward II.

 

Par transmission, ce plus gros nugget d'or découvert en Nouvelle Zelande réside donc aujourd'hui à Buckingham Palace, où la reine et sa suite peuvent profiter d'un thé exquis dans un service à thé qui fut sourcé un beau jour d'été dans le petit village de Ross.

The story provided by our bus driver is much more fun than the official story so Tom has related it here below:

 

One day during the development of the NZ west coast, in a city called Ross, renamed since the gold town, a rather already rich man discovered a big gold nugget which turned out to be the biggest ever discovered in New-Zealand.

 

As he didn't need the money and that this person has an altruist soul, he put the gold nugget up for auctions and built a hospital for his town with the money raised.

 

He sold the nugget 400 pounds at the time to another rich person of the town who also wanted to do good while getting the chance to observe this great piece, the honorable Roddy.

 

As he had a hotel in the town and didn't know what to do with that nugget, he ended up painting it black. Hundreds of travellers passed in front of the reception desk saw this stone without knowing it was made out of gold.

 

When the story started to get out and as he didn't want thieves or other bandits to take it, he ended up giving it to the state of New-Zealand.

 

What a funny idea to give it to politicians who clearly didn't look out for it but rather went straight to melting it down. At the time, still under the British protectorate, the biggest gold nugget ever found by a kiwi ended up as a tea service of incredible gold purity (between 94 and 98%) and was given as a gift to the king of England at the time, King Edward II.

 

From person to person, this big gold nugget is now residing in Buckingham Palaca where the queen and her suite can enjoy tea in a tea service that was discovered one summer day in the small Ross village.

 



Pancake Rocks
Pancake Rocks

Nous nous arrêtons en plusieurs endroits pour admirer des paysages à couper le souffle. D'après lui, la West Coast Highway, sur laquelle nous roulons est une des 10 plus belles autoroutes du monde. On veut bien le croire ! Les Pancakes Rocks où nous passerons une vingtaine de minutes, sont d'incroyables formations de pierre calcaire qui défient encore les scientifiques quand à leur formation.

We stop several times to admire breathtaking landscapres. Still according to our drivers, the West Coast Highway of the South Island on which we are driving is one of the top 10 most beautiful highways in the world. And we are incluined to believe it ! The Pancakes Rocks where we spend about 20 minutes are incredible lime stone formations that still defy the scientists as to how they've come about.


A Nelson, nous découvrons une ville sympathique et ensoleillée. La plus ensoleillée de Nouvelle-Zélande ! On dirait que dans cette ville, il y a plus de potagers que dans le sud de l'île. On achète un avocat dans un garage, sans y voir personne. Des légumes sont disposés là avec des prix et une boîte est posé sur un côté pour y mettre l'argent. La variété de légumes proposée est impressionnante.

 

Nous retrouvons à notre auberge un couple suisso-allemand que nous avions rencontré à Christchurch tout au début et qui parcourent l'île du sud en vélo et quelques bus parfois. De bons moments et de supers infos pour préparer notre voyage dans l'île du nord qui se fera à vélo également !

In Nelson, we are discovering a very friendly and sunny town. The sunniest of New-Zealand actually ! It looks like in this city there are more veggie gardens than in the south of the island. We buy some avocados in a garage, without meeting anyone. The veggetables are there for the taking with a price attached and a box is put there to collect the money. The range of veggetables offered is quite impressive !

 

 

At the hostel, we meet up with a Swiss-German couple we had previously met in Christchurch, right at the start of our journey, they are travelling around by bicycle and the odd buses. Good times and a lot of great info to prepare our trip in the North Island which will be done on bicycles !


29 décembre - 30 décembre: Abel Tasman

Une des choses à ne pas manquer dans la région est Abel Tasman. C'est à la fois un parc et une réserve marine. Nous avons pris un kayak pour deux jours dans ses belles eaux claires. Il est également possible de randonner dans le parc mais le kayak permet d'accéder à des plages et des îles qui ne le sont pas à pied. C'est aussi une super manière de profiter de la vie marine. Nous sommes déposés au Nord du parc par bateau avec notre kayak et nos affaires. Nous commençons par suivre des kiwi qui ont l'air de savoir où ils vont et remontent vers le Nord. On a bien fait! Nous remontons doucement autour d'incroyables formations rocheuses, de l'eau absolument cristalline et nous sommes seuls. L'eau est très peu profonde donc pas de bateau, et l'endroit ne peut être accéder à pied. C'est incroyablement beau - on est comme dans un film. Le reste du voyage sera de cette trempe. Nous passons presqu'une heure à regarder un petit pingouin bleu jouer dans les eaux clames d'une baie, nous le suivons, il plonge, réapparaît plus loin et recommence, vient tout près puis s'éloigne. Trop mignon! Même jeu avec un phoque qui plonge sous notre kayak, glissant avec grâce dans les eaux bleu-turquoise. Nous visitons des colonies de phoques and entendons les cries étranges des bébés phoques, nous les regardons de loin, émerveillés par ces superbes créatures et aussi impressionnés par leur forte odeur marine! Deux jours inoubliables qu'il est difficile de retransmettre à l'écrit, entre le soleil réchauffant notre peau, le sel qui se loge partout, le vent qui nous rafraîchit et notre kayak autonome qui nous emmène partout, c'est un sentiment incroyable de liberté.

One of the unavoidable things to see in this area is Abel Tasman. It is both a park and a marine reserve. We kayak two days in its pristine waters. It is possible to hike in this park but the kayak allows you to access beaches and islands which you wouldn't otherwise. It is also a great way to enjoy the marine life. We are dropped up north by a boat with our kayak and our stuff. We start off following a bunch of kiwis who seem to know the area and immediately head north. Good on us ! We get to wind our way slowly between incredible rock formation, crystal clear water and we are alone there. It is too shallow for boats and not accessible on foot. It is incredibly beautiful, movie-level beautiful. The rest of the trip stays on this note. We spend the most part of an hour enjoying a blue pinguin who is playing around in the calm waters of a bay, we follow, he dives, reappears, dives again, comes close and moves away. Super cute ! Same game with a seal who dives under our kayak, gracefully sliding through the blue emerald waters. We visit the seals colony and hears the strange cries of the baby seals, watch them from afar amazed by these beautiful creatures, and taken by their very strong marine smell ! Unforgettable two days which are difficult to express in writing, what with the sun shining on our skins, the salt permeating everything, the wind refreshing us and the self-sufficient kayak taking us everywhere, it is an incredible feeling of freedom.


bye bye 2018! welcome 2019!
bye bye 2018! welcome 2019!

31 décembre - 2 janvier: Picton

Nous arrivons à Picton vers midi, le 31. Déjà la fin de l'année 2018. Quelle année! Nous pensons débuter l'année 2019 avec panache en faisant un tour des vignobles du coin, ceux de la vallée de Malborough, fameux dans le monde entier. A l'office de tourisme, nous apprenons rapidement que le 1er tout le monde est fermé, les tours pour les touristes aussi bien sûr. Donc à la place, on décide de trinquer à 2018 et de commencer ce tour une heure après. Quatre vignobles. Quatre styles très différents. Nous aimons beaucoup le Framingham Vineyeard. D'abord parce qu'ils sont en bio, ce qui n'est pas très courant par ici, leur vignoble est magnifique avec des allées alternativement fleuries de fleurs sauvages qui donnent un effet magique à l'ensemble. Ensuite parce que ce sont des musiciens qui aiment l'art. Il y a une superbe expo photo dans leur cave de l'artiste Boudica, ainsi qu'une scène au bout pour faire des petits concerts de rock avec leur propre goupe. Enfin, car nous sommes sous le charme de leur Chardonnay qui explose de notes fruités dont une très forte de fruit de la passion dont nous sommes particulièrement fans.

We arrive in Picton around midday, on the 31st. Already, it is the end of the year 2018. What a year ! We think of starting the year 2019 in style with a vineyards tour in the world famous Malborough Valley. At the i-site, we soon learn that the 1st everyone is off, tourist tours included of course. So instead, we decide, let's give a cheer to 2018 and start off an hour later. Four vineyards. Four quite different styles. We are very fond of our first visit, the Framingham Vineyard. First because they are organic which isn't so common around here, their vineyard is beautiful and their alleys alternatively filled with wild flowers providing a truly magical effect. Second because they are into music and art, there is a beautiful photo exhibition in their cellar from Boudica, which also has a scene to make little rock music concert including for their very own band. Third, we fall in love with their Chardonnay which explodes with fruit notes including a very strong passion fruit one we are very fond of.  


Le truc cool avec ce tour c'est qu'il nous amène directement à notre airbnb, ce qui nous économise environ 3km à pied avec toutes nos affaires.

Nous sommes accueillis par Manu, notre hôte airbnb et une fière femme samoa. Elle est incroyable. On ne va pas refaire là notre commentaire airbnb ici mais son accueil est tellement chaleureux et joyeux que nous sommes tout de suite amis. Nous parlons tellement que nous manquons presque notre moment pour aller dîner au pub où nous avons une réservation pour le soir. Heureusement, nous faisons de l'auto-stop et sommes pris par deux vieux hommes qui déclarent bruyamment et tout sourire, qu'ils ont laissé femmes et enfants au camping pour aller se boire un coup en ville, l'ambiance du Nouvel An est déjà avec nous! Nous avons un dîner sympathique dans ce pub qui fait face à la baie et devient le centre des festivités après 10h du soir. Au décompte, nous sommes dehors avec tout le monde, écoutant de loin le concert qui bat son plein et regardant dans le ciel au-dessus de nous où soudainement le feu d'artifice remplit le ciel. C'est une façon parfaite de dire aurevoir à 2018!

 

La jour suivant, nous le passons à manger et discuter tranquillement et paresseusement chez Manu. Nous parlons de tout et sommes fascinés par ses histoires sur la culture samoa, sa vie en Australie, son emmenagement en Nouvelle-Zélande avec son mari et les histoires sur ses frères et soeurs et parents. Nous partageons à notre tour des histoires de nos vies. C'est une façon agréable d'accueillir la nouvelle année en célébrant la continuité en partageant les souvenirs et les histoires que nous avons sur nos proches. Déjà le jour suivant nous devons repartir et c'est en amis que nous nous quittons avec le profond espoir de se revoir en France.

Good thing with the tour, they drop us off at our Airbnb which saves us about 3km on foot with our backpacks. We are welcomed by Manu, our airbnb host and proud Samoan woman. She is an amazing host. We don't mean to write airbnb reviews on our blog but her welcome is so warm and embracing, we are instant friends. We talk so much we nearly miss our time to get to our pub dinner for the evening. Luckily we hitchhike and a couple of old men take us into town all the while loudly bragging they left their wives and children at the campsite to go in for a drink, the NYE feeling is already in the air ! We have a nice dinner in this seafront pub which becomes the center of the festivities after 10pm. At countdown, we are outside with everyone, listening from afar to the raging concert, and looking up into the sky above the bay where the fireworks suddenly fill the sky. What a perfect way to say goodbye to 2018 !

 

 

The next day, the first day of the year, we spend indulging and resting lazily with Manu. We talk about everything and we are fascinated by all her stories about the samoan culture, her life in Australia, her move to New Zealand with her husband, the stories about her siblings and parents. We in turn share also a lot of our lives. It is a nice way to welcome the new year and celebrate continuity by sharing the memories and stories we have about our loved ones. We drink beers and bubbles as the day goes on. Already the next day we have to leave and we part as friends with the deep hope to meet again in France.  


bye bye Picton
bye bye Picton

Ne pas manquer! / Don't miss it!

Fiche-Lieu / Venue article:

Holy Cow

1 commentaires

1 décembre - 17 décembre: From Christchurch to Nugget Point - New Zealand

1 décembre – 6 décembre – Christchurch

Nos premiers jours en NZ seront passés à Christchurch à travailler sur les vidéos et articles des dernières semaines en Australie que nous devons encore préparer. Finalement, en si peu de temps et dans un pays si grand, on a appris énormément de choses et été dans tellement d'endroits qu'on a plein d'images et d'expériences à traiter ! On essaye quand même de sortir chaque jour pour visiter un peu la ville. Nous sommes dans un airbnb basique qui est un peu loin du centre-ville. On prend note de penser aux frais de transport aller-retour dans la ville quand on choisit un endroit où dormir. Christchurch a vraiment une atmosphère étrange. De gros tremblements de terre en 2010 et 2011 ont détruit une bonne partie de la ville. Il y a encore beaucoup d'endroits qui sont encore en construction, d'autres qui sont entièrement neufs alors que certains sont transformés en lieux d'art éphémères ou en grands jardins plats. Certains bâtiments trop instables sont encore en attente de destruction. On voit beaucoup de rappels et d'hommages à travers la ville sur cette période. C'est bizarre cette ville plutôt moderne, avec ses galeries marchandes toutes neuves, encore entrain d'essayer de survivre. Nous ne voyons pas beaucoup de gens dans les rues non plus, comme s'ils n'étaient pas encore entièrement revenus depuis le dernier tremblement de terre.

Our first days in NZ are to be spent in Christchurch working on the videos and articles we still need to prepare about our last weeks in Australia. Turns out in such a short time and in such a big country we learned so many things and have been to so many places, we have a lot of great footage and experiences to use ! Anyhow, we still take the chance to go out everyday a little into town. We are in a basic airbnb accomodation which is a little far away from the city center. We take note for future references to include the cost of transportation in and out of the city center when selecting accomodation. Christchurch has a very bizarre atmosphere. Huge earthquakes destroyed major parts of the city in 2010 and 2011. A lot of the areas are still under constructions, others are entirely new, other transformed into temporary art shows or green flat areas and some buildings are still waiting destruction for being so unstable. There are a lot of reminders and memorials about this time. It is bizarre as it is a city quite modern, with brand new shopping malls, still looking like it is trying to survive. We don't see many people in the streets either as if the settling back hadn't happen entirely yet.  


Breathtaking Akaroa
Breathtaking Akaroa

7 décembre – 8 décembre – Akaroa

Tôt le matin nous arrivons à la gare routière centrale de Christchurch, nous sommes contents de bouger à nouveau après ces quelques jours studieux et curieux de découvrir les superbes paysages néo-zélandais dont on nous a parlé. Et nous sommes servis à Akaroa ! Le paysage vallonné vu du dessus ressemble à d'énormes coulées de lave qui seraient sorties d'un volcan et se seraient solidifiées sur place pour être ensuite recouvertes d'un magnifique vert brilliant. Le chauffeur du bus fait aussi les commentaires et nous apprend que les premiers pionniers ici étaient français. Ils sont arrivés en espérant créer ainsi un comptoir français mais les Anglais étaient déjà là. Du coup pratiques, ils ont juste basculés sous la souveraineté anglaise. Toutefois, les noms des rues sont en français et même le boucher nous parle en français. Nous passons un matin très agréable à randonner vers les hauteurs afin d'avoir une belle vue d'ensemble ainsi qu'un bon moment à barouder dans les prés des vaches à la recherche du drône perdu, emporté par le vent (merci l'inventeur du gps!). Après une heure de marche, on finit par le retrouver et descendons pour aller récupérer nos sacs et arriver à temps au bus qui nous ramène à Christchurch.

Early morning we arrive at the main bus station in Christchurch, we are happy to get moving again after these studious first days and eager to discover the grand landscapes we heard about New Zealand. And we are served with Akaroa ! The hilly landscape from above looks like a volcano erupted and gigantic lava flows went to sea and froze into place as is and then got covered in beautiful shiny green. The bus driver does the comment and we learn that the first settlers there were French, they arrived hoping to set up a French outpost but the English were already there so they just settled under English leadership. However, the names of the street are French and even the butcher there spoke to us in French. We spend a very nice morning hiking up to get a view and doing off track hiking through the cows field looking for the missing drone that the wind had blown away(thank you GPS inventor!). After more than an hour we are rewarded with the find and hike down to get our bags from the campinground and get back on time for the bus.


9 décembre – Christchurch

De retour à Christchurch pour une nuit, nous dormons dans un auberge. Nous rencontrons Roger, un maori de l'île du nord qui fait un long tour de l'île du sud. Il est très gentil et offre à Tom de lui envoyer plein d'information sur les endroits à voir de l'île du nord. Tom est impressionné car il reçoit le jour d'après une description super complète de tous ces endroits, nous sommes très reconnaissants.

Back in Christchurch for a night, we stay in a hostel. We meet Roger, a maori from the Northern Island who is on a slow tour of the Southern Island. He is very kind and offers Tom to send him a lot of information on the Northern Island places. Tom is impressed as he receives the next day a super complete description of all the places we could go to, we are so grateful.


Lake Tekapo
Lake Tekapo

10 décembre – 12 décembre – Tekapo

Tekapo est tout d'abord un lac magnifique entouré de paysages montagneux. L'eau est littéralement claire comme de l'eau de roche. Nous apprécions une petite baignade dans son eau glacée et une petite balade sur les hauteurs du coin où l'on trouve des observatoires d'étoile. On campe au camping sur les bords du lac et faisons connaissances de deux jeunes filles australiennes qui voyagent à vélo (courageuses!) et d'un Français qui voyage aussi pour un long moment et qui partagent des vues similaires du monde. Ca donne un dîner super sympa tous ensemble. Pour le reste, Tekapo est un village rempli uniquement de touristes et les gens qui y travaillent sont carrément peu agréables voir carrément désagréables parfois.

Tekapo is first and foremost a magnificent lake surrounded by moutainous scenery. The water is crystal clear. We enjoy an icy cold swim and a nice walk on the nearby hights where stars observatories are set up. We set-up camp at the on-shore holiday park and make friends with two Australian girls cycling around (courageous!) and a French guy also on a long term travel with similar views of the world. It makes for a very pleasant dinner together. For the rest Tekapo is a tourist-only village and the people working there are less than agreable to borderline rude sometimes.


Sur le chemin de Mont Cook en bus, nous passons un défilé infini de pâturages remplis densément de vaches ou de moutons. D'énormes structures d'irrigation sont installées sur des prairies vides à l'herbe vert fluo. Notre conducteur de bus commente en passant que les fermes sont devenues si énormes que les fermiers s'en occupent par hélicoptère ! Il ajoute aussi que toute cette région était plutôt désertique et arride avant et a été profondément transformée avec de gros efforts d'irrigation. Plus tard on nous expliquera que le troupeau est changé de prairie toutes les huit heures pour limiter les dommages sur le sol et la pollution. Est-ce que les fermiers ont assez de terre pour assurer des rotations suffisamment longues pour le sol récupère ? Est-ce que ça change grand chose à l'impact de pollution, sachant qu'une bonne partie est sous forme de gaz finalement ? On imagine que ça ne change pas grand chose au bien-être des vaches d'être serrées comme ça dans un petit pré en permanence. Qu'en est-il de l'eau utilisée pour élever des vaches dans un endroit qui ne l'aurait jamais supporté initialement ? Quelle source d'eau est empruntée pour cela ? Cela a-t-il un impact sur le futur ? Probablement.

On the way to Mont Cook aboard the bus, we cross endless pastures filled with highly densed cattle and others with sheeps. Huge irrigation rigs are set-up over empty fields with flashy light green color. Our bus driver comments passing by that the farms have got so big some farmers cater to them by helicopter ! He also adds that this all used to be desert-type land and it was thoroughly changed with huge irrigation efforts. Later we are told that the cattle is moved every 8h from field to field to limit the damage to the soil and the pollution. Do the farmers have enough land to ensure proper rotation for soil recovery ? Does it change much at the overall pollution impact, what with the gas one alone ? Doesn't change much to the cows well-being anyhow, we reckon, being packed like this is a small field. What about the amount of water used to raise cattle in an area which originally would never have supported it ? Which water supply are they borrowing from ? Does it have an impact on the future ? Probably.


Moutons au Lac Tekapo - ceux-là n'étaient pas parqués en élevage intensif! Sheeps at Lake Tekapo - these were not parked intensively together!
Moutons au Lac Tekapo - ceux-là n'étaient pas parqués en élevage intensif! Sheeps at Lake Tekapo - these were not parked intensively together!
Mont Cook
Mont Cook

12 décembre – 13 décembre – Mont Cook

Nous quittons le plancher des vaches pour le célèbre Mont Cook. Notre bus nous dépose à l'auberge en début d'après-midi. Elle est toute en bois, chalet de ski l'hiver et auberge de randonneur l'été, elle est très bien équippée, il y a même un sauna ! Comme nous ne restons qu'une après-midi, nous ne monterons pas là-haut. A la place, on fait une marche dans la vallée pour arriver au pied d'un glacier qui se déverse dans un lac où on peut voir des icebergs. Ambiance bizarre sur ce chemin de promenade où personne ne dit bonjour à personne alors que le chemin est blindé de monde. Tout ça pour voir un bout de glace flotter dans l'eau, pas top. Heureusement la session de sauna en rentrant nous redonne du poil de la bête !

We leave the valley planes for the famous Mont Cook. Our bus drops us at the hostel beginning of the afternoon. It's all wooden, ski chalet in winter and moutain hostel in summer, it is very well equipped, there is even a sauna ! As we stay only an afternoon, we are not going up the moutain. Instead, we are walking the valley track to reach the foot of a glacier which drops into a lake where we can see icebergs. Strange atmosphere on this promenade where no one says hello to anyone even when the track is realyl busy. All this just to see a piece of ice floating in the water, not really worth it. Luckily, the sauna session gives us our smile back !


Les bouts de glace donc... pour la postérité... The pieces of ice... for the memory...
Les bouts de glace donc... pour la postérité... The pieces of ice... for the memory...

13 décembre – 14 décembre – Queenstown

Nous arrivons à Queenstown en fin d'après-midi. L'endroit est rempli à craquer de boutiques qui vendent des packages d'aventure, tous au même prix, et d'auberges de jeunesse. La nourriture est chère et pas tellement bonne. Il y a une belle vue pour le coucher de soleil sur le lac. Nous envisageons d'aller faire du moutain bike mais les prix sont prohibitifs et le jour suivant, il pleut de toutes façons donc pas de regret. Nous récupérons une voiture de location le jour suivant et quittons les sentiers battus pour le sud de l'île du Sud.

We get to Queenstown on a late afternoon. The place is packed with shops selling adventure packages, all at the same prices, and with backpackers. The food is expensive and not that good. There is a nice view on the lake at sunset. We think about going mountain bike riding but the prices are quite prohibitive and the next day the weather is pretty rainy anyway so no regrets really. We pick up the car on the next day and leave the beaten paths for the south of the Southern Island.


Milford Sounds
Milford Sounds

14 décembre – 15 décembre – Milford Sounds

Nous arrivons à Te Anau, une ville touristique et point de départ pour les aventures dans les derniers 3% de forêt originelle de Nouvelle-Zélande (le reste est principalement exploité par les vaches).

 

Nous roulons jusqu'aux Milford Sounds. Impressionnantes cascades et glacier. Magnifique paysage. Sur le chemin du retour, nous récupérons un auto-stoppeur,

 

 

Pietro. Pietro est italien, il a été déjà plusieurs fois en NZ pour le travail et est aussi un super grimpeur de falaises, il est aussi convaincu que le système économique capitaliste a fait son temps. Lui vit avec peu dans un van en Italie, près des Dolomites, joyeuse et simple, sa vie est un bon exemple de sobriété heureuse, de solution aux problèmes du monde actuel à un niveau individuel. Nous parlons de Berlusconi et comment il est arrivé au pouvoir, de son intelligence incroyable même si dénuée semble-t-il de morale, nous parlons du mouvement cinq étoiles et de l'espoir qu'il apporte pour changer un pays encore bien corrompu par les anciennes relations mafieuses. Bonnes discussions !

We arrive at Te Anau, a touristic city and departure points for the adventure into the last 3% of wild native forest areas left in New Zealand (the rest has been « exploited » for cattle mainly). We drive to the Milford Sounds themselves. Impressive waterfalls and glaciers ice. Beautiful scenery.

 

 

On the way back we pick up a hitchhiker, Pietro. Pietro is italian, has been several times already here in New Zealand for work, he is also an expert rock climber and convinced too that the capitalist economy system has ran its course. He lives without much in a van in Italy, near the Dolomites, happy and simple, a very nice example of a solution to the world's problems at the individual level. We talk about Berlusconi and how he rose to power and his intelligence even when devoided of morals it seems, we talk about the new movement of the five stars which seems to give hope for change in a country still very corrupted by the old mafia ties. Good talks !


Le jour suivant nous démarrons en bateau-taxi pour le début de la Kepler track. C'est une des « Great Walks » ce qui signifie beaucoup de touristes mais aussi que c'est très beau. Nous commençons pendant quelques heures par une pente douce qui devient progressivement plus pentue au fur et à mesure que nous nous enfonçons dans la forêt.

 

Après 2h-2h30 dans la forêt, nous sommes plutôt content de se retrouver en terrain dégagé. La vue est assez limitée car nous ne voyons pas plus loin que les touffes d'herbes autour de nous avec le brouillard dense qui nous entoure.

 

The next day we start on a taxi boat to the start of the Kepler track. It is one of the « Great walks » which means it is pretty busy with tourists but also that it is beautiful. We start with a few hours on a gentle slope going steeper and steeper in the forest.

 

 

 

After 2h-2h30 of forest, we are pretty happy to come out onto open land. The views are pretty limited to the next bushes with the heavy fog surrounding us.


Belles vues hein? Beautiful views right?
Belles vues hein? Beautiful views right?

45 min plus tard, nous arrivons au refuge, à peu près une heure plus tôt que prévu, un bon moment pour s'arrêter déjeuner. Quelqu'un nous regarde par la fenêtre. Un Kea ! C'est le seul perroquet alpin du monde. Et comme vous le voyez c'est un bon mélange entre un perroquet et un aigle, même si son comportement rappelle plutôt celui du perroquet, mignon et rigolo, penchant sa tête deci-delà comme s'il nous écoutait, interagissant avec nous. Plus tard, nous rencontrons un gars qui nous dit qu'ils sont supers intelligents et peuvent même ouvrir des fermetures éclaires s'ils pensent pouvoir trouver de la nourriture dans le sac !

About 45min later we arrive at the hut, about 1h earlier than expected, good time to stop for lunch. Someone outside is watching us through the windows. A Kea ! The only Alpine parrot of the world. And as you can see it is a good mix of a parrot and an eagle though its behaviour resembles more that of a parrot, cute and funny, cocking its head listening to us, interacting. We later meet a guy who tells us they are super intelligent and can even open a zipper if they think there is food in the bag !  


Kea!
Kea!

Après un déjeuner rapide avec nos sandwichs faits maison, nous suivons un couple de marcheurs polonais qui décident de profiter du temps en plus pour monter en haut du Mont Luxmore avant de redescendre. Le brouillard et les nuages jouent à cache-cache avec le soleil et nous pouvons par moment profiter d'une vue dégagée du paysage. Gardant en tête l'histoire de ces deux pauvres jeunes Canadiens qui ont perdu la vie dans une avalanche sur ce même chemin durant l'hiver, nous remarquons les pierriers instables autour de nous.

 

 

En approchant du sommet du Mont Luxmore, nous rencontrons des randonneurs qui font la boucle de trois jours et nous disent de ne pas monter dans le brouillard mais plutôt de continuer encore quelques tournants pour avoir une belle vue vers le bas dans la vallée. Nous suivons leur conseil et nous sommes récompensés par une vue magnifique vers un lac en contrebas, la lumière traversante, les nuages embrassant les pierres et encadrant l'espace dégagé. C'est surréel, une des plus belles vues de notre voyage jusque là. Avec personne autour, nous respirons largement, poumons déployés.

After a quick lunch with our homemade sandwiches, we follow two Polish trekkers who decide to take advantage of the extra time and go up Mont Luxmore before going back down. The fog and clouds play a funny hide and seek game, we can sometimes enjoy a very nice cleared glimpse of the landscape. Having in mind the story of the two poor young Canadians who died under an avalanche, walking our path during snow time, we notice all the unstable rocks laying around.

 

 

Nearing Mont Luxmore summit, we meet some trekkers doing the three day long trek who tell us not to go up into the fog but rather to continue for a few twists in order to get a cleared view down into the valley below. We follow their advice and we are rewarded by an incredible view down on a lake, light shining through, clouds bracing the rocks and framing the cleared area. It is surreal, one of the most beautiful views we have seen so far, up there, with no one around, we breathe wide.  


Strawhat Gardens - Juste 3 mois depuis qu'ils ont commencé et regardez le résultat! Only 3 months running and look at the result!
Strawhat Gardens - Juste 3 mois depuis qu'ils ont commencé et regardez le résultat! Only 3 months running and look at the result!

Tom a contacté plusieurs fermes dans le sud en les trouvant sur le site des marchés du coin. L'une d'entre elles nous répond. Strawhat Gardens, petite surface, installé selon le système de JM Fortier, en market gardening. Quand nous y passons, ça ne fait que trois mois qu'ils ont commencé ! Et leur premier marché était la semaine dernière ! Incroyablement, ils sont déjà hyper productifs. On vous laisse découvrir Jennifer et Mike et leur jardin d'abondance ICI.

 

 

Après cette visite et un sac de légumes bien rempli, nous repartons le sourire aux lèvres. Ca fait du bien de reprendre les visites de ferme et l'exploration pour les Alterculteurs après une semaine de tourisme.

Tom has contacted several farms in the South, finding them on the local markets' websites. One of them answers. Strawhat Gardens, small scale, set up according the JM Fortier market gardening system. When we pass by, they have only started for three months ! And their first market was the week before ! Incredibly, they are already very productive. We let you discover Jennifer and Mike and their bountiful garden, HERE.

 

 

After this visit and a bag full of vegetables, we leave a big smile on our face. It feels good to take up the farm visits again and the exploration for the Alterculteurs after a week of tourism.


Waipapa Lighthouse
Waipapa Lighthouse

On se pointe dans une ferme pas loin de Slope Point. On voit qu'on est dans le sud du sud et que c'est moins touristique. Il y a de la place ! Et en plus c'est deux fois moins cher que dans les autres zones que nous avions visités ! Nous dormons dans une chambre tout à fait confortable, à côté des moutons. La cuisine est sympa et super équipée pour changer, on va pouvoir se faire plaisir dans la cuisine avec nos légumes tout frais !

 

 

On repart faire le coucher de soleil à Waipapa. Il y a là-bas un phare et... des otaries à fourrure qui jouent au bord de l'eau et un énorme lion de mer qui se prélasse sur la plage. On passe une petite heure à les observer. Derniers à quitter la plage, nous nous retournons au moment où le plus gros des deux otaries déboule sur la plage. Impressionnant !

We are stopping in a farm not too far from Slope Point that offers accomodation. We see right away we are in the south of the south and that it is less touristy. There is vacancy first and then it is two times less expensive than the previous areas we have been to. We sleep in a comfortable room close to the sheeps. The kitchen is nice and super well equiped for a change, we are going to enjoy cooking our fresh vegetables there !

 

 

We drive to Waipapa for the sunset. There is a lighthouse there and... fur seals playing in the shallow waters and an enormous sea lion laying lazily on the beach. We spend a little hour watching them. Last to leave the beach, we are looking back at the moment when the biggest of the fur seals comes onto the beach. Impressive !


Sea Lion - en français une otarie apparemment même si nous on aurait dit un lion de mer non? Confusing! (voir seals et phoque et fur seals... c'est pire!)
Sea Lion - en français une otarie apparemment même si nous on aurait dit un lion de mer non? Confusing! (voir seals et phoque et fur seals... c'est pire!)
Curio Bay
Curio Bay

16 décembre – Curio Bay

A Curio Bay, nous allons à la rencontre des petits dauphins bleus Hector. Très rares et relativement timides d'après les informations que nous recueillons.

 

Sur la plage, il fait grand soleil mais un vent frais souffle. En face, à travers l'océan, c'est le pôle Sud. Un sentiment curieux de bout du monde.

 

Soudain, trois touristes chinois nous disent en passant : « Dolphins ! ». Effectivement, à bien y regarder, on voit bien trois ailerons qui font surface irrégulièrement, pas très loin du bord de la mer.

 

Tom m'encourage. « Allez en maillot de bain, à l'eau, va voir les dauphins, tu es moins frileuse que moi ! ». Bon on a vécu en Bretagne à Saint-Malo alors l'eau du pôle... bah c'est froid quand même !

 

Un pied, deux pieds, trois jurons. J'avance doucement. Personne d'autre dans l'eau pour le moment. On nous a aussi dit qu'il ne fallait pas aller vers les dauphins, c'est eux qui viennent à nous s'ils ont envie de jouer. Alors j'attends pendant que peu à peu je perds toute sensation dans les membres inférieurs.

 

Un aileron, puis un autre se rapprochent et d'un coup ils sont là, ils passent à quelques centimètres de mes jambes. Je suis extatique de joie ! Les voilà en vidéo ! Regardez comme ils sont mignons !!!!

 

 

 

On trouve aussi des pingouins aux yeux jaunes il paraît mais nous n'aurons pas autant de chance qu'avec les dauphins et resteront ainsi parmi les plus rares du monde le moment.

At Curio Bay, we are on our way to meet the blue hector dolphins. Very rare and relatively shy from what we've gathered.

 

On the beach, it is very sunny but a chilly wind is blowing. Facing us, across the ocean, the South Pole. Curious feeling.

 

Suddenly three Chinese tourists tell us passing by : «  Dolphins ! ». There they are, if you look closely, you can see three dorsal fins surfacing above the water from time to time, not too far from the shore.

 

Tom urges me on. « Come on, get in your swim suit and hop in the water, go see the dolphins, you are not as sensitive to the cold as myself . » Ok we did live in Brittany, Saint-Malo so the water of the South Pole ocean... Well is it still very cold !

 

One foot, two feet, three swearing words. I go in very slowly. Nobody else is in the water at the moment. We were told not to go look for the dolphins, they come to us when they want to play. So I wait while I progressively lose all feeling in my lower limbs.

 

One fin, then another get closer and then they are there, swimming a few centimeters from my legs. I am beside myself with joy!Here they are in video ! Look at how cute they are !!!!

 

 

Apparently here you also can see yellow-eyed pinguins, however, we won't be as lucky as with the dolphins and they will remain for now some of the rarest of the world for us too.


En vadrouille dans Otago, nous nous pointons à Nugget Point où il y a un très beau phare. Il y a également une cabine en surplomb d'une plage protégée qui nous permet d'apercevoir enfin les fameux pingouins aux yeux jaunes ! On campe dans le pré d'un irlandais qui a mis quelques installations sanitaires et fait payer la nuit pas chère. Il fait frais mais au moins il ne pleut pas.

Wandering in Otago, we come up to Nugget Point where there is a beautiful lighthouse. There is also a hide overlooking a protected beach wich enables to finally get a glimpse of the famous yellow-eyed pinguins !

 

We are camping in the field of an Irishman who put up some basic amenities and offers cheap camping rates. Weather is fresh but at least it's not raining.


Ne pas manquer! / Don't miss it!

Fiche-Lieu / Venue article:

Straw Hat Gardens

0 commentaires