Roebuck Farm - Taranaki - New Zealand - Fr


Nous passons une semaine sur la Roebuck Farm, un haut lieu du market gardening kiwi. Un exemple d'efficacité, d'ergonomie et de réussite d'une méthode qui fait la promotion du manger local, bon et bien.

Le Market Gardening est une méthode systématisée et enseignée notamment par JM Fortier, Curtis Stone ainsi qu'Elliot Colleman, tous des références du domaine.

Il s'agit de produire beaucoup sur une petite surface, en bio et en prenant soin de la vie du sol ainsi qu'en assurant une viabilité économique à l'entreprise.



A l'heure où nous y passons, Jodi Roebuck et sa famille ainsi que Linda qui prend soin du jardin avec Jodi et un woofer, Will y vivent.

Le jardin potager s'étend devant la maison. Il y 90 planches de culture de 9m² chacune, 1800m² et en incluant les chemins et les lieux de stockage et lavage, environ 2000-2500m². Situé une surface plate entourée de collines, le jardin pourrait potentiellement s'étendre à 2ha au total. La production aujourd'hui suffit largement à dégager un revenu pour deux personnes et s'écoule auprès de 5 restaurants, des magasins de détail et sur deux marchés locaux.



Il y a énormément d'éléments remarquables sur la ferme qui possède aussi un troupeau de moutons sur les terres en pente et s'étendant également sur les terres de voisins. Citons en quelques uns pour vous donner un aperçu.



La station de lavage et stokage. Quand on pense au maraîchage, on pense beaucoup aux semis, à la préparation des planches de culture, au désherbage et à la récolte. On imagine beaucoup moins ce qui se passe après la récolte. Pourtant le temps passé sur la récolte afin de la laver, la préparer et la stocker est tout à fait majeur ! Surtout dans un système comme celui-ci où le temps passé au soin des cultures est hyper optimisé et l'importance donnée à la commercialisation des produits implique un soin tout particulier à ce traitement post-récolte. Celle de Jodi est donc super bien organisée. Bien orientée d'abord, ensuite, elle permet de suivre un chemin depuis l'arrivée des légumes jusqu'à leur stockage. Elle est équipée d'un bubbler – vidéo ICI (bientôt) – qui couplée avec la machine à laver modifiée pour sécher les feuilles, rend l'ensemble de la préparation des feuilles hyper efficace.



La préparation des planches de culture. Là aussi tout est fait pour en faire le moins possible et se libérer du temps pour aller surfer. Le sol est couvert par une bâche d'ensilage pendant 8 à 10 semaines en été et 3 mois+ en hiver après avoir été tondu puis le sol est aéré avec la grelinette améliorée et enfin du compost est ajouté. La planche est prête à être plantée ! Lorsqu'une culture est terminée, elle est immédiatement remplacée, les résidus de culture sont d'abord retirés en gros à la main puis avec un rateau et le reste est retourné dans le sol à l'aide d'une houe rotative animée par une visseuse électrique. Impressionnante efficacité !



Le terreau pour les semis. Parmi les principaux légumes à forte valeur ajoutée cultivé chez Roebuck il y a les micro-pousses de divers légumes. La culture de micro-pousses se réalisent dans des bacs à semis (le plus souvent ici sauf pour les petits pois) et est donc grande consommatrice de terreau. En règle générale, même chez les agriculteurs bio, le terreau reste un intrant significatif. Il est généralement fait avec une portion de tourbe qui vient de tourbières qui se vident petit à petit. Certaines recherches sont faites pour trouver une alternative à ce terreau au niveau industriel et la portion de tourbe diminue peu à peu dans les terreaux. Quand il s'agit de faire des micro-pousses, cet intrant devient majeur et donc l'impact écologique grandit. Chez Roebuck, le terreau est fait maison ! La terre de son jardin travaillée depuis quelques années est d'une consistance presque parfaite, y est ajouté du compost fait maison tamisé dans un grand tamis attaché à des poteaux pour rendre le processus plus ergonomique, et le terreau est prêt à recevoir les micro-pousses ! On a été enthousiasmé de voir ce procédé ! De plus l'absence de mottes et l'utilisation plutôt de plaques à trous pour les semis permet également d'utiliser ce terreau ceux-ci. Pour voir tout le procédé en vidéo, voir ICI et ICI


Management du pâturage des moutons. Avant d'être maraîcher, Jodi est un éleveur. Il pratique avec ses moutons le pâturage holistique. Il s'agit d'utiliser les moutons pour améliorer le sol des prairies afin d'en améliorer le contenu afin d'assurer une bonne nourriture aux moutons tout en respectant leur besoin de mouvement. L'idée est d'utiliser des clôtures électriques mobiles afin de déplacer simplement les moutons qui sont placés en densité assez importante dans un pré. La densité fait que les moutons mangent tout ce qu'il y a dans le pré. Ils sont ensuite déplacés gentiment, sans pression, en étant guidé par Jodi qui se place devant plutôt que derrière et utilise sa compréhension de la dynamique du troupeau (qui sont les alphas) et de la zone de fuite de chaque animal afin de déplacer le troupeau. L'idée est de laisser le sol et les plantes se régénérer et de ne faire rentrer des animaux à nouveau sur cette parcelle qu'une fois que celle-ci est prête. En découpant son terrain en petite parcelle, c'est réalisable sans avoir à laisser d'immenses terrains en jachère. Jodi pratique cette façon de faire depuis plusieurs années et ne travaille plus ses sols ni n'apporte de fertilisants à l'inverse des éleveurs plus conventionnels qui doivent faire cet effort et cet investissement supplémentaire.



PLUS D'INFORMATION

Facebook: @RoebuckFarm

Website: www.roebuckfarm.com


VIDEOS REALISEES SUR LE LIEU


sujets: Terreau et Micro-Pousses, petit élevage de moutons, maraîchage bio-intensif (méthode, station de lavage, conseils pour débuter et histoire des débuts)











This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now