30 mars - 10 mai: Bora Bora - 2 mai - 5 mai: Maupiti

Nous quittons Raiatea avec le Maupiti Express, qui comme son nom ne l'indique pas, ne va plus à Maupiti mais emmène toujours des passagers à Tahaa et Bora Bora. C'est un trajet peu cher de 5h sur un bateau relativement comfortable. L'ambiance est très animée avec tous les étudiants revenant du lycée de Raiatea le vendredi soir. On a donc la chance d'observer de près la jeunesse de Bora Bora, représentative ou non de la jeunesse de Polynésie Française. De la musique reggaeton remixant de vieux sons, jouée très fort, et l'attitude typique des ados qu'on trouve partout, sans regard pour les frontières géographiques ou temporelles, au moins durant la moitié du siècle dernier. Nous rejoignons notre hôte helpx, Laura, à l'arrivée. Nous sommes chanceux d'avoir trouvé une autre option de volontariat car il n'y en a pas beaucoup sur les îles. Laura nous accueille avec un grand sourire et nous récupère au port. Il est déjà assez tard et il fait nuit noire autour de nous. Quand nous arrivons à la Villa Rea Hanaa, un petit hôtel cosy sur lequel je vous en dirais plus plus tard, elle nous montre tout de suite notre « studio » pour le mois qui arrive. Waouh ! On est aux anges ! Une petite cuisine, un lit double, des carreaux au sol, une douche juste au bout et des toilettes à 30-40 pas de là dans la buanderie. C'est un palace ! On avait bien profité de la grange de Vaihuti Fresh bien sûr, mais comme une expérience disons et c'était super mais c'est aussi également super de dormir dans un bon lit confortable dans un vrai petit studio ! Nous sommes tellement reconnaissants et avons hâte de commencer le jour suivant !

To leave Raiatea, we take the Maupiti Express, which as its names does not indicate, does not go to Maupiti anymore but still brings passengers to Tahaa and Bora Bora. It is a cheap 5 hours boat ride on a relatively comfy boat, very animated with all the students coming back from Raiatea's high school on this Friday evening. We get to observe up close Bora Bora's youth, representative or not of French Polynesian's youth. Really loud raggaeton music mixing up old and new tunes and the typical teenager's attitude that you find all over the place and across time, at least for the past fifty years or so. We are meeting upon arrival with Laura, our helpx host. We were lucky to find another volunteering possibility as there are not many in the islands. Laura welcomes us with a big smile and picks up from the harbour. It is already pretty late and all is dark around us. When we get to the Villa Rea Hanaa, a boutique hotel which i'll tell you more about later, she directly shows us our « studio » for the next month. Waouh ! We are amazed ! A kitchen for us, a double-bed, actual tiles on the floor, a shower right behind it all and toilets 30-40 steps away, in the next room. It is a palace ! We did enjoy the barn in Vaihuti Fresh don't get us wrong, as an experience, it is really awesome but it also feels pretty amazing to sleep in in a nice comfy bed in an actual studio ! We are beyond grateful and can't wait to start the next day !


Nous apprenons à connaître Sasha et Laura durant les 6 semaines que nous passons à la Villa. Ils sont vraiment adorables ! Ils ont aussi voyagé à travers le monde avant nous, utilisant helpx pour faire du volontariat dans plein d'endroits. C'est vraiment une manière différente de voyage, d'expérimenter la « vrai vie » du pays, de créer de nouveaux liens et des amitiés. Ils ont une vie plutôt internationale, Laura d'Espagne et Sasha de Serbie, ayant vécu et voyagé à travers de multiples pays. Nous parlons pas mal de voyage ensemble mais aussi de la « vie après le voyage », c'est-à-dire à une vie « standard ». Laura a découvert alors qu'elle ne pouvait plus s'y conformer et c'est ainsi qu'ils ont entrepris ce projet fou qu'ils vivent à présent : Ouvrir une villa, créée par un artiste célèbre, Garrick Yrondi, en le transformant en un romantique boutique hôtel à Bora Bora. Ils y sont depuis près d'un an et c'est assez intense !

During the 6 weeks we spend at the Villa, we get to know Laura and Sasha. They are wonderful people ! They also travelled the world before us, using helpx a lot to volunteer in many places. It really is a special way to travel, to experience the « real life » of the country, to create new bonds and friendships. They have quite an international life, Laura from Spain and Sasha from Serbia, having lived and travelled through many countries. We speak a lot about the travels but also about how life is after travelling, how to come back to the « real world » which is to say the « standard way of life » which Laura found she didn't want to bend to anymore and so they took on this crazy project which they are currently living, opening a villa built by a famous artist, Garrick Yrondi, and turn it into a beautiful romantic boutique hotel in Bora Bora. They have been at it for three quarters of a year and it is pretty intense !


Quotidiennement, nous aidons avec le bricolage en réparant ou améliorant des choses qui en ont besoin et en nettoyant aussi un peu. Nous passons notre dernière semaine sur les medias de l'hôtel. Thomas fait une vidéo courte et une longue pour promouvoir l'endroit et je m'occupe d'ajouter du contenu sur le site internet et de le traduire en français. Sasha est également un photographe très talentueux alors le site est déjà superbe visuellement et il faut juste ajouter du contenu écrit. Découvrez la Villa à travers le travail de Tom juste ci-dessous !

On a daily basis, we help with little DIY things that need fixing or improving and some cleaning. We spend the last week on media duties. Thomas making a short and a long video to promote the place and myself, writing the website's content and translating it in French. Sasha is a very talented photographer thus the website is beautiful already and just needs additional written content. Discover the Villa through Tom's work just below !


Ces semaines sont remplies de jours heureux. Nous travaillons à peu près 4h par jour et passons l'aprsè-midi soit à travailler sur les Alterculteurs soit à aller à la plage ou à visiter l'île. Nous avons souvent des repas sympas avec Sasha et Laura et passons également des soirées mémorables ensemble, à cuisiner ou dehors à prendre un verre. Comme si les bonnes choses n'arrivaient pas seules, il se trouve que Sylvain, son ami qui vit à Raiatea, vient également chaque semaine pour le travail à Bora Bora le mardi et aussi pour y acheter de la délicieuse glace à l'italienne. Nous nous revoyons donc et passons encore d'autres bons moments ensemble. Sylvain et sa copine Laura viennent même sur l'île pour une petit séjour romantique et nous passons une super matinée sur la pirogue polynésienne d'un ami de Sylvain (en fait un bateau modifié pour contenir jusqu'à 10-15 personnes et très confortable). Nous avons la chance d'observer un énorme requin citron, d'explorer le jardin de corail sans personne autour et de marcher sur un motu avec un très intéressant jardin botanique. Un autre jour, on se retrouve pour une excursion au motu de Fanfan où nous tombons amoureux des raies léopards qui ressemblent à des oiseaux volant sous l'eau, leur nez ressemblant à un penguin et leur dos de velours noir parsemé de cercles dorés. Elles n'ont pas l'air de ce monde ! Et nous pouvons les admirer tout notre content car nous restons sur le motu tout l'après-midi et elles volent dans ce coin toute la journée. Nous quittons le motu en fin d'après-midi et disons au-revoir à Laura et Sylvain qui restent pour une nuit romantique sur le motu.

These whole weeks are filled with happy days. We work about 4hours a day and then spend the afternoon either working on the Alterculteurs or going to the beach or visiting the island. We often have nice meals together with Sasha and Laura and also spend memorable evenings altogether, cooking dinner or going out for drinks. As if one good thing follows another, turns out Sylvain, Thomas' friend from Raiatea also comes to Bora every week on Tuesday to work and buy delicious homemade ice-cream so we get to meet again and spend more good times together. Sylvain and his girlfriend, Laura, even come here for a romantic stay and we get to spend a pretty amazing morning on Sylvain's friend polynesian canoe (which is actually a modified boat to make it look like a traditional polynesian canoe as it can hold up to 10-15 people and is very comfortable!). We get to see a huge lemon shark, explore the coral garden with no one around and walk around a very interesting garden on a motu. On another day, we go on an excursion at Fanfan's motu, where we fall in love with a bunch of spotted eagle rays (leopard rays as per their french name which is much more fitting!), they look like birds flying underwater, their funny nose like a penguin and their backs and wings spotted with golden circles on their black skin. They look like they are out of this world ! And we get to enjoy their view to our content as we get to stay on the motu all afternoon and they just fly around this corner all day long. We leave the motu and say goodbye to Laura and Sylvain who are staying overnight for a romantic night on the motu.


Sylvain nous le retrouvons chaque semaine. Ca fait un peut comme si on construisait une vie ici à Bora, avec l'amitié de Laura et Sasha et celle de Sylvain ou avec Hilde la voisine, une dame allemande qui vit sur l'île depuis plus de trente ans et qui a des histoires incroyables à nous raconter. C'est un super sentiment et une parenthèse bienvenue à notre voyage.

Après quelques semaines à Bora, nous commençons à organiser notre sortie à Maupiti. Maupiti est une petite île qui n'est pas trop loin et qui est connue pour ses raies mantas qui circulent dans le lagon. Voir des raies mantas en snorkeling ! Il faut qu'on y aille et surtout Thomas qui malgré toute son expérience en plongée n'a toujours pas réussi à en voir une. L'avion pour y aller est plein jusqu'en Juin et de toutes façons les vols courts sont les pires pour l'environnement alors nous cherchons une autre solution.

Heureusement pour nous, Sylvain connaît quelqu'un qui connaît quelqu'un, en fait des pêcheurs de Maupiti qui font régulièrement l'aller-retour pour Bora afin de faire des courses. Nous nous mettons d'accord avec Teimana sur un prix et c'est parti sur un potimarana un jour de grand vent. Le potimarana est un bateau utilisé spécialement pour chaser le Mahi Mahi (dorade coryphène) . Le design a été inventé dans les années 60 par un pêcheur qui voulait pouvoir aller pêcher tout seul (parce qu'il était insupportable apparemment et plus de pilotes ne voulaient sortir pêcher avec lui!) Il a modifié son bateau pour que le moteur puisse être contrôlé par un joystick depuis le devant du bateau où il pourrait ainsi s'assoir et pêcher d'une main tout en controllant le bateau de l'autre. Chasser le Mahi Mahi qui nage proche de la surface de l'eau et pouvant ainsi suivre chacun de ses mouvements instantanément ont fait de lui un pêcheur très efficace et renommé et donc son design est devenu célèbre dans les îles. Aujourd'hui ces bateaux sont conçus pour la vitesse et l'agilité et sont toujours conçus avec ce design spécial.

Sylvain we meet again each week, it feels like building a life here in Bora, surrounded by Laura and Sasha's friendship as well as Sylvain's, meeting Hilde, the neighbour, a german lady who lived here aleady for 30 years and has incredible stories to tell us, it is a great feeling and a welcome rest from our wandering around.

After a few weeks in Bora, we start organizing a trip to Maupiti. Maupiti is a little island not too far which is known for its Manta Rays roaming the lagoon. Seeing manta rays while snorkelling ! We have to get there, especially as Thomas with all his diving experience has not had the chance to see one yet. The plane to get there is full until June and anyhow, short flights are really the worst for the environment, so we look for another solution.

Lucky for us, Sylvain knows a guy who knows Maupiti fishermen who regularly come to Bora for shopping. We agree with Teimana on a price and off we go on a Potimarana boat one very windy day. The Potimarana is a boat designed especially to chase the Mahi Mahi (Dolphinfish). The design was invented in the sixties by a fisherman who wanted to be able to go fishing alone (because he was reportedly so unbearable that the pilots didn't want to go out fishing with him anymore!). He modified the boat so that the engine could be controlled via a joystick from the front of the boat, where he would be able to seat, pilot in one hand and fish in the other. Hunting the Mahi Mahi which swims close to the surface and being able to follow its every move instantly made him a very successful fisherman and thus the design became famous all around the island. Today these boats are designed for speed and agility and still boast this special design.  


Le trajet en bateau est bien agité et le temps très venteux et gris. Les vagues sont immenses et transportent des quantités d'eau phénoménales. Imaginez un volume d'eau aussi grand qu'un immeuble, bougeant avec une telle force sous la surface de l'eau et nous, un petit bateau fragile, avec 5 vies à bord, surfant grâce à l'expérience de notre pilote. C'est une vraie expérience d'humilité.

A l'arrivée à la passe qui nous permettra de rentrer dans le lagon de Maupiti, je me rappelle l'avertissement de Hilde. « N'allez pas à Maupiti quand la mer n'est pas calme. Deux frères de l'île qui avaient l'habitude d'aller pêcher, sont sortis un jour de tempête. Seulement un des deux frères en est revenu après avoir chercher longtemps pour son frère, disparu en mer lorsqu'ils traversaient la passe. » . Effrayant. Je vois Teimana et ses deux amis regardant autour d'eau à l'approche de la passe. Les vagues viennent s'écraser sur les récifs de corail autour du lagon, la passe est assez étroite et il y a un courant suffisamment fort pour être visible qui sort du lagon vers la mer. L'effet résultant est assez chaotique à la passe.

Mais notre bateau à trois têtes et 6 yeux qui regardent dans toutes les directions en même temps donc quand vient le moment, Teimana pousse le moteur et le bateau fait un bond vers l'avant et traverse la passe d'un seul coup vers les eaux plus calmes du lagon. Quelle aventure ! Nous arrivons tout fatigué et salé à la pension, juste à temps pour le dîner.

The boat ride is agitated, the weather is windy and grey,. The waves carry huge amount of water. Imagine a volume of water as huge as a whole building, moving with such power beneath the surface and us, small and fragile raft, 5 lives onboard, carried by the skills of our experienced pilot. It is truly a humbling experience.

Upon arrival at the pass which will get us through and into the lagoon of Maupiti, i remember Hilde's warning. « Don't go to Maupiti if the sea isn't calm. Two brothers from the island used to go out all the time fishing. Once they went on a stormy day. Only one brother returned after searching a long time for his sibling, lost at sea when they crossed the pass to the lagoon. » Chilling. I see Teimana and his two friends looking around on approach of the pass. The waves come crashing down on the coral reef surrounding the lagoon, the pass is quite narrow and a current strong enough to be visible comes out of the lagoon and into the sea. The effect is quite a chaotic situation at the pass itself.

But our boat has three heads, 6 eyes looking around in all directions at once and so when the right moment presents itself, Teimana surges the boat forward and in one leap we are through and into the calmer waters of the lagoon. What an adventure ! We arrive all salty and winded out at the pension, just in time for dinner.  


Gloria cuisine vraiment bien et nous profitons d'un très bon repas revigorant avec une mention special pour son gratin de Uru, fruit de l'arbre à pain, qui nous remplit copieusement l'estomac. Nous dînons avec un couple belge qui loge aussi ici. Ils sont là depuis quelques jours alors nous écoutons leurs conseils. Ils sont vraiment sympas et nous passons une super soirée !

Le jour suivant nous les rejoignons sur une bateau qu'ils ont trouvé avec un pilote pour un prix tout à fait raisonnable et qui nous emmène juste voir les raies mantas. Nous passons un bout de temps à les chercher dans le lagon, la mer y est encore un peu agitée mais vraiment bien plus calme bien sûr. A un moment on se demande si la malédiction de Tom de ne jamais voir de manta est entrain de nous rattraper ici à Maupiti. Mais finalement, nous en repérons une, proche de la passe, nageant contre le courant. Dans l'eau, on nage juste au-dessus d'elle. Magnifique et pleine de grâce, elle a l'air de nager sans effort contre le courant alors que c'est comme de courir un marathon de rester au-dessus en palmant à toute force pour ne pas être emporté par le courant.

Pour célébrer la fin de la malédiction des mantas sur Tom, on décide de se partager une bouteille de rhum et on passe la soirée tous ensemble à mixer des cocktails avec ce qui nous tombe sous la main. Nous avons plein de citrons et pastèques de la généreuse nature de l'île, du jus d'ananas de Moorea et on se retrouve avec plusieurs combinaisons intéressantes plus ou moins délicieuses, qui se terminent de toutes façons avec des Hinano lorsque la bouteille elle-même est terminée. Anne-Catherine et Frédéric sont des gens joyeux avec qui on s'entend facilement et nous sommes tristes de les voir partir alors qu'ils doivent se réveiller très tôt le lendemain pour attraper un avion.

Tom doit passer au-delà de sa gueule de bois le lendemain alors qu'il part plonger. Yannick les emmène dans le lagon et leur explique que la meilleure façon d'admirer les raies mantas est de faire tout l'opposé de ce qu'ils ont appris pour plonger. Retenir sa respiration pour ne pas faire de bulles (sans risque en eau peu profonde), se retenir aux pierres pour se stabiliser et rester sur place, emporter trop de poids pour être sûr de rester au fond.

On a beaucoup aimé notre temps sur l'île mais nous sommes aussi contents de rentrer sur Bora. C'est comme revenir à la maison, même si ce n'est pas chez nous, c'est comme un juste milieu qui est sympa et confortable.  

Gloria cooks really well and we enjoy a very hearty meal with a special mention to her Uru, bread-fruit, gratin which definitely fills us up ! We have dinner with a Belgian couple also staying there. They have been here for a few days and thus we listen to their advice. They are very friendly company and make for a very nice evening !

The next day we join them onto a boat they found with a pilot who agreed for a reasonable price to take us out just to see the manta rays. We spend quite some time looking for them, the sea is still a little agitated though lagoon waters are definitely calmer of course. At some point, we think Tom's curse of never seeing mantas will even reach us here in Maupiti. Finally, we spot one, nearly in the pass, swimming against the current. Into the water, we get to snorkel right above it. Beautiful and graceful, it seems to swim effortlessly against the current while we are running a marathon, palming like crazy to keep from being stirred away by the strong current.

To celebrate Tom's curse lift and our sighting, we all decide to share a bottle of rhum and enjoy the evening mixing cocktails with what we have at hand. Lemons and watermelons we have plenty from the island's generous nature, a pineapple juice from Moorea and we come up with very entertaining, more or less delicious, combinations that end up with some Hinanos in hand once the bottle is finished. Anne-Catherine and Frederic are happy and easy-going and we are sorry to part with them as they wake up early the next day to catch a plane out of the island.  

Tom has to deal with the headache while he prepares for a scuba dive excursion. Yannick takes them away into the lagoon and explains that the best way to admire the manta rays is to do mostly the opposity of what one is taught when learning diving. Hold your breath to avoid making bubbles (no risk as they stay in shallow waters), hold on to the rocks to steady yourself and stay in place, have too much weight on you to make sure you can stay on the sea floor bottom.  

We enjoyed our time there but are also glad to come back to Bora. Feels like coming back to our temporary home, not exactly home but something in between that feels nice and comfortable.


Grâce à Hilde, nous avons appris que le frère de Johnny Ridge travaille dans une boutique de perles sur Vaitape. Nous allons le rencontrer et lui appelle son frère avec qui nous obtenons un rdv. Qui est Johnny Ridge ? A lire ICI [bientôt]. Nous avons pris connaissance de son existence à travers la fédération des associations environnementales en Polynésie Française. Il est connu pour la promotion de l'agriculture naturelle en PF. Il a écrit un livre à ce propos, « evolution farming », inspirée par l'agriculture naturelle et sa propre expérience en climat tropical. Nous avons essayé de le contacter pendant un moment mais finalement, c'est grâce à radio cocotier que nous arrivons à le rencontrer. Nous sommes très impressionnés par sa passion et son projet sur une terre qu'il a réussi à obtenir à Bora Bora. Ce sera très beau et nous avons hâte d'entendre parler de ce projet dans les années à venir.

Thanks to Hilde, we learned that Johnny Ridge's brother works in a pearl shop in Vaitape. We go to meet him and he calls his brother to get us an appointment with him. Who is Johnny Ridge ? Check it out HERE [soon]. We learned about him through the federation for environmental associations in French Polynesia. He is reknown for promoting natural agriculture here. He wrote a book too about « evolution farming », inspired by natural agriculture and his own experience under a tropical climate. We've been looking to contact him for a while but finally, it is through « radio cocotier », the coconut radio, that is the mouth-to-mouth flow of information typical of living on a small island that we managed to meet with him. We were really impressed by his passion and his project on a land he managed to obtain in Bora Bora. It will be beautiful and we look forward to hearing about it in the next years to come.  


Finalement, Avril vient et passe, Mai commence et bientôt, trop vite, il es temps pour nous de quitter Bora Bora, et même la Polynésie Française. Nous reprenons la mer avec le Havaikinui pour retourner sur Tahiti où nous prenons un dernier dîner à la roulotte avec Perrine et Laurent, notre premier hôte airbnb, 3 mois plus tôt. La boucle est bouclée. C'est comme de se réveiller d'une très long rêve. Dire qurevoir à Laura et Sasha n'est pas facile et nous nous promettons de nous revoir, sur la route, sur Bora ou en France, nous savons que ce sera le cas mais c'est quand même un moment nostalgique. Nous devons aussi dire au revoir à Sylvain et sa Laura, et avons aussi hâte de les revoir un jour. Tom est content d'avoir pu raviver cette amitié avec quelqu'un d'aussi bon et avec le cœur sur la main. Bien sûr tout n'est pas rose en PF, mais ca y ressemble pas mal quand même. Hilde, Thierry, Paul, Arii'hau, les Jujus, Laurent, Perrine, Leila... tellement de personnes géniales, tellement de vies dont nous avons croisées le chemin. Si la vie le veut bien, on reviendra en PF un jour, c'est sûr !

Finally, April comes and goes, May starts and soon, too soon, it is time for us to leave Bora Bora, and even to leave French Polynesia. We take the Havaikinui boat back to Tahiti where we have our last dinner from a food truck together with Perrine and Laurent, our very first host in Papeete, 3 months before. The loop is closing. Feels like having to wake up from a very long dream altogether. Saying goodbye to Laura and Sasha is really hard, we promise each other to meet up again, on the road or here or in France and we know we will but it is still a bittersweet time. We are also saying goodbye to Sylvain and his Laura, looking forward to meet them again, Tom happy to have rekindled a friendship with such a good and « heart on hand » person. It feels like French Polynesia is this refuge for nice people of the world, escaping its harshness. Of course, not all is pink and flowers, but it still feels like this. Hilde, Thierry, Paul, Arii'hau, the Jujus, Laurent, Perrine, Leila,... so many good hearted people, so many lives we crossed paths with. If life wills it, we will definitely be back one day !


Vous avez manqué les épisodes précédents? Pas de soucis, cliquez sur le bouton à gauche!

Did you miss the previous episodes? Not an issue, just click on the button on the left!


A ne pas manquer / Not to miss

Articles et vidéos réalisés sur place / Articles and videos made on-site:

Johnny Ridge - portrait of a natural grower in Bora Bora [Soon]

Videos with Johnny Ridge [Soon]

 

Discover the Villa Rea Hanaa  HERE.

Écrire commentaire

Commentaires: 0