1 février - 18 février: De Katikati à Auckland - Cycling 235km (+1658)

1 février : Riverstone farm glamping - Bistrot The Falls Retreat (by car) – Thames (51km +325m)

Le jour suivant, Karyn nous emmène visiter son coin. Nous passons d'abord chez sa voisine car elle souhaite nous faire découvrir à quoi peut ressembler un endroit quand on y vit pendant 40 ans. C'est une magnifique forêt-verger, une belle maison hollandaise en bois aux dimensions incroyables et de vieilles scènes dans le verger datant de l'époque où ils tenaient des festivals de musique et d'art. On peut encore ressentir les échos de ces moments extraordinaires dans cette forêt de kaki silencieuse à présent, c'est comme de marche dans une bulle hors de ce temps et de cette planète. Nous sommes impressionnés.

The next day, Karyn takes us for a ride to visit the area. We visit her neighbour because she would like to show us what you can do with a place when you stay there for 40 years. There is an amazing forest-orchard there, a beautiful dutch house all wooden and huge in dimensions and old stages dating from the times when they use to hold music and art festivals. You can still imagine by resonance the amazing times that this quiet kaki forest has seen, it is like walking inside a bubble out of this time and out this planet. We are truly impressed.  


Karyn nous emmène ensuite visiter Bowen et plus en avant encore avec nos vélos et notre chargement jusqu'à « The Falls Retreat », un restaurant très mignon avec son grand potager qui fait d'excellentes pizzas et nourriture. Il a une ambiance rustique très agréable et nous apprécions beaucoup ce dernier repas avec Karyn qui nous quitte un peu en catastrophe pour être à l'heure à son rdv d'achat d'une caravane, le début d'une vie nomade qui commence. Elle nous a emmené pas mal en avant sur notre chemin et nous continuons le long de la rivière sur un sentier cycliste très agréable. Nous traversons un incroyable tunnel creusé dans la montagne et nous nous sentons d'un coup comme dans un film. Le monde extérieur s'éteint ne laissant qu'une petite lumière à l'autre bout du tunnel, l'écho de nos voix transforme nos chansons chantées à tue-tête. On a envie de chanter dans un espace qui ressemble à celui d'une cathédrale plongée dans l'obscurité. Dehors, le soleil nous éblouie une seconde et nous réalisons que nous traversons un vieux pont de chemin de fer. Le reste du sentier est très ec, nous n'avons presque plus d'eau à un moment mais nous suivons cette super voie cycliste sur du gravier fin à travers des près emplis de vaches ou d'herbes folles. Nous apprécions beaucoup cette étape bien que nous soyons très fatigués et avons très soif à la fin de la journée quand nous arrivons finalement à Thames.

Karyn takes us then to visit Bowen and onwards with our bikes and luggage to « The Falls Retreat », a very cute restaurant with a big veggie patch which makes excellent pizzas and food, it has a nice countryside feeling to it and we enjoy very much this last meal with Karyn who then has to rush to get to her appointment to purchase a caravan and enter a new nomadic life. She brought us forward quite a lot this way and we continue onwards along the river on a very nice cycle trail. We go through an amazing tunnel within the moutain and suddenly feel like in a movie, the world outside extinguishes to a little light at the end of the tunnel, the echos of our voices distort our loud singing. We felt like singing in such a cathedral like space. Out the sun blinds us a second and we realise we are crossing an old railway bridge. The rest of the way is very dry, we have near to no water left at some point, but follows an amazing cycle trail on fine gravels that goes through fields and fields full of cows and wild grass. We enjoy this ride very much though we are extremely tired and thirsty when we finally get to Thames.  


2 février : Thames – Doc (14km +157m)

Une étape courte mais difficile sous une lourde pluie pour atteindre le camping. Heureusement la pluie s'est arrêtée juste avant que nous montions la tente. Une superbe réserve naturelle.

A short ride but quite difficult ride under heavy rain to get to a campsite. Luckily the rain stopped a bit before we set up camp. A beautiful natural area.


3 février : Doc – Pakaraka -Thames (14km) – Whitianga (by bus 63km)

Après une nuit calme au camping, nous retournons sur nos pas et tournons à gauche sur un chemin de terre pour Pakaraka. Nous traversons une rivière et arrivons sur un terrain tout en collines avec de la forêt et des pâturages. C'est ici, niché au milieu d'un verger en cours de croissance, que nous découvrons Yotam,sa famille et ses jardins. Vous apprendrez plus sur cette belle rencontre et cet endroit magique dans un article publié ICI.

After a quiet night at the campsite, we go back where we came from and on the way turn left onto the unsealed road to Pakaraka. We cross a river and arrive on a hilly land with both forest and pastures. This is where nestled in the middle of a growing orchard we discover Yotam, his family and his gardens. Soon you will learn more about this beautiful encounter and this magical place in a special article HERE.


Après cette visite nous quittons Pakaraka le cœur léger et retournons à Thames où nous espérons attraper un bus pour nous transporter par delà les hautes collines de l'autre côté de la péninsule de Coromandel. Le bus est en fait un mini-bus donc il ne pourra peut-être pas nous prendre avec nos vélos. Mais la journée a si bien commencé que rien ne peut aller de travers ! Et d'ailleurs c'est bien le cas, il n'y a que quatre passagers en sus de nous donc nous pouvons facilement mettre nos vélos démontés à l'arrière.

Arrivés à Whitianga, nous commençons à cherche un lieu pour dormir, en voyant le signe « Pop Inn », on se dit pourquoi pas et on « pop in ». Quel choix parfait ! Une superbe fin à une journée parfaite ! Nos hôtes sont supers sympas ; la chambre très confortable et le prix très raisonnable. Bonne pioche !

After this visit, we leave light hearted back to Thames where we hope to catch a bus to carry us over the high hills that are in the middle of the Coromandel peninsula. The bus is actually a mini-bus so we know there is a chance we get denied boarding with our bikes. However, the day started so nicely, nothing can go wrong ! And it doesn't indeed, there are only four passengers in addition to us so we are able to fit our bikes nicely in the back.

Getting to Whitianga, we start to look for accomodation, seeing a little sign « Pop Inn », we think « why not ? Let's pop in ! ». What a nice choice ! A great ending to a perfect day ! Our hosts are really nice, the room is super comfy and the rate is pretty reasonnable. Nice pick !


4février : Whitianga – Hot Water Beach and Cathedral Cove – Whitianga (40km)

Après l'échec d'un réveil tôt le matin dû sans aucun doute au confort de notre lit, nous traversons avec les vélos sur un petit ferry pour aller voir Hot Water Beach et Cathedral Cove, deux attractions touristiques du coin. Nous apprécions beaucoup Cathedral Cove mais trouvons Hot Water Beach un peu surfait avec ses touristiques qui creusent des trous partout comme des lapins devenus fous, s'asseyant dans de l'eau même pas chaude juste histoire de le faire car il faut creuser assez profond en réalité pour atteindre l'eau chaude et au bon endroit, l'eau de la source est très chaude – trop chaude pour s'assoir dedans confortablement en fait. L'idée est de la mélanger à l'eau de mer, donc il faut un seau et d'autres efforts pour obtenir une mare confortable, ce que personne ne fait finalement.

Failing to start early in the morning due to the bed comfiness, we take our bikes across with a short ferry ride to go and visit Hot Water Beach and Cathedral Cove, two very touristy locations. We enjoy very much Cathedral Cove and find hot water beach a little too much with tourists digging holes everywhere like crazy rabbits, seating in not even warm water just for the sake of it as it requires quite a deep hole a the correct location to get some of this very hot – too hot for seating in comfortably in fact – water from the spring. The idea is to then mix this water to the sea water nearby which requires a bucket and some further efforts to get to a comfortable temperature, which nobody we see is actually doing.


5 février : Whitianga – Coromandel (32km +437m)

Nous quittons les bons soins de nos hôtes de la Pop Inn et commençons une longue journée de vélo. La 309 est une route de gravier tout en courbe qui traverse la péninsule jusque Coromandel, en montant d'abord. Certains virages sont tellement pentus pour les voitures que la route a été goudronnée pour plus de sécurité. Nous nous amusons bien à monter sauf quand Tom fait tomber son portable de sa poche et en retournant dessus regarde trois voitures rouler dessus avant de pouvoir le récupérer – écran encore un peu plus brisé mais toujours fonctionnelle, étonnamment.

En arrivant au sommet, nous décidons de nous arrêter pour déjeuner. Thon, pain de mie, tomate et une pomme, notre repas classique du midi à vélo. Tom qui a eu des soucis avec son drone décide de le sortir pour un petit vol test. Dès que le drone est en l'air, un petit chien noir bien costaud déboule en courant vers moi en aboyant. Toutefois, dès qu'il arrive près de moi, il commence à me lécher et réclamer des câlins. Puis un type se ramène depuis son pré entouré d'une clôture avec un fusil et nous dit « vous savez, on les tire nous ces trucs ici ! ». Sur le coup je me demande de quoi il parle et réalise ensuite qu'il s'agit du drone. Je commence à lui expliquer que Tom est entrain de le tester même si je pense qu'il s'en fiche complètement. De toutes façons dès que Tom pose son drone, le gars disparaît.  

We leave the care of the Pop Inn hosts to start on a big cycling day. The 309 is a winding gravel road going across to Coromandel, up we go. Some curves are so steep for the cars that they have been sealed for more security. We have a good time going up except when Tom loses his phone from his pocket and going back has to watch three cars running over it before he can get it back – screen furthermore broken but otherwise still functionning - surprisingly.

Arriving at the top, we decide to stop for a lunch break. Tuna, bread, tomato and an apple, our standard lunch meal when riding. Tom who had had issues with his drone decides to bring it up for a check. No sooner than the drone is out that a stout black dog comes running towards me, barking. As soon as it arrives though it starts licking and looking for a cuddle. Then a guy comes up from his field surrounded by a fence a rifle in his hand and says « you know we shoot those out there ». On the spot i wonder what he is speaking about and then realize he is speaking about the drone and i start to explain that Tom is ont trying it, even though i am pretty sure it is of utter disinterest to him. Anyhow, Tom brings it down and the guy disappears.

 


Nous remballons et commençons à descendre vers notre première visite, un bois de Kauri. Les Kauri sont d'énormes arbres très hauts et très larges, les sages de la forêt. Nous passons un bon moment sous leur canopée, appréciant l'ombre rafraîchissante après le montée sous le soleil. Notre stop suivant est une belle cascade et finalement une longue pente qui nous rafraîchit durant toute la descente. Nous terminons notre étape chez des hôtes warmshower très gentils qui nous accueillent chez eux. Ils ont un petit potager très abondant et nous emmènent nager à leur plage favorite.

We pack up and start down for our first visit, the Kauri grove. The Kauri are impressively huge and wide trees, the wise people of the forest, we have a great time under their grove, relishing in their shade after the hot ride. The next stop is a beautiful fall and finally a long slope down that refreshes us all the way down. We finish our ride at the home of very nice warmshower hosts who also have bountiful veggie patch and take us for a swim at their favourite beach.


6 février : Coromandel – 996 manaia road (20km +157m)

Le jour suivant, nous nous reposons sur une petite plage, si petite qu'elle nous semble presque privée. Ensuite nous devons rejoindre notre hôte suivant, pas loin, juste de l'autre côté d'une colline assez pentue. Après la redescente de l'autre côté, nous découvrons que la maison de notre hôte est en fait en haut d'une petite colline, nous devons pousser les vélos jusqu'en haut, en nous penchant tellement que nous sommes presque parallèle à la route. Toutefois, la vue d'en haut est assez incroyable.

The next day we have a rest on a little beach, so little it seems nearly private. After this we have to get to our next host, not far, just one the other side of pretty steep hill. After this, we arrive at the end of the slope down to find that our host house is on top a little hill, we have to push the bikes up, bent so low we are nearly parallel to the slope. However the view is pretty incredible up there.


7 février : Manaia – auckland 8,8km (+165)

Avant d'atteindre notre ferry, nous pédalons jusqu'à un fish & chips sur le bord de la route qui est aussi une petite entreprise de pêcheurs qui vend des poissons et des huîtres. Les huîtres sont assez laiteuses et chères mais la sole est délicieuse ! Et pour une raison inconnue, très peu chère ! Nous en profitons pour en manger plus !

Le soir à Auckland nous sommes super contents de retrouver Jennifer et Francis pour un agréable dîner. Ce sont des amis qui viennent de France, en chemin pour un voyage d'échange culturelle avec des Maoris. Nous passons une très bonne soirée ensemble, quel bonheur !

Before reaching our ferry, we ride to a fish&chips shop at the boarder of the road which is first a fishing company which sells fish and oysters. The oysters are quite milky and expensive but the flounder is an absolute delicacy ! And for some reason it is super cheap. We take the chance to get some more !

In the evening, in Auckland, we are so happy to have a very nice dinner with Jennifer and Francis, friends coming straight from France, on their way to a cultural exchange trip together with the Maoris. What a nice evening and a happy time ! 


8 février : Yoshi Experimental House – Kaiwaka - by bus from Auckland

Nous commençons tôt le matin par un bus qui nous emmène jusque Kaiwaka pour notre woofing suivant. Toutefois, dès que nous avons déposé nos vélos et bagages chez eux, ils nous amènent chez Yoshi, dans sa maison expérimentale, à 5km de là. Nous passons une super journée et une nuit avec Yoshi, 81 ans, qui a dédié près de la moitié de sa vie à trouver des solutions pour capter le pouvoir du soleil sans panneau solaire afin de chauffer ou refroidir la maison, cuisiner ou cuire au four. Il fait aussi pousser du riz ce qui est rare en Nouvelle-Zélande – probablement pour des raisons culturelles car il ne semble pas y avoir d'obstacles à en faire pousser dans la région. Pour en apprendre plus sur cet inventeur génial, c'est ICI. Le jour suivant nous marchons vers Valley Vista et retrouvons nos hôtes sur le point de partir pour le marché local, ils nous embarquent et nous apprécions de la délicieuse nourriture là bas pour bien commencer la journée.

We start early in the morning with a bus that takes us over to Kaiwaka's area for our next woofing. However as soon as we leave our luggage with them, they drop us at Yoshi Experimental House, 5km away. We spend a very nice day and night there speaking with Yoshi, 81 years old, who dedicated the second half of his life to finding ways of harnessing the power of the sun without solar pannels for all sorts of usage from cooling and heating the house to cooking and baking. He also grows a rice paddy which is rare in New Zealand – for cultural reasons probably because there seems to be no obstacle to growing it in this region. To find out more about this amazing inventor, click HERE. The next day we walk back to Valley Vista and meet our new hosts coming out of there place, they take us for a ride straight to the local market, where we have delicious food to start the day.  


9 février – 16 fevrier : Valley Vista – Kaiwaka

Nous passons environ une semaine à Valley Vista à travailler avec Beth et Barry. Ils ont un beau terrain qui était avant un pré pour les vaches et qu'ils ont transformé en camping, glamping et petits gîtes. Leur maison est la bleue en haut de la colline. Quand nous y passons, la plupart des autres résidents temporaires sont des travailleurs saisonniers à la nursery de plantes du coin et ils sont presque tous français ! Nous sommes surpris de trouver une communauté comme ça ici mais apparemment c'est parce que la nursery ne veut embaucher que des Français car ils ont eu une bonne expérience avec eux. Ca en fait une petite troupe joyeuse d'une douzaine de français et nous passons un bon moment en leur compagnie ainsi qu'avec Beth et Barry qui nous cuisinent de la bonne nourriture et sont aussi très sympathiques et accueillants.

Nous passons nos journées à jardiner et à ramener les différents potagers à la vie en désherbant et en préparant le sol. Nous semons également et sommes là juste assez longtemps pour voir les premiers radis sortir de terre, on espère que la sécheresse du moment n'affectera pas trop le reste. Pour en découvrir plus sur ce petit bout de terre où il fait bon vivre, cliquez ICI.

We spend about a week at Valley Vista, working with Beth and Barry. They have a beautiful land which use to be a pasture for cows and that they turned into camping, glamping, self-contained units lodging. Their house is the blue one on top of the hill. When we are here, most of the other temporary residents there are seasonal workers at the nearby nursery and they are mostly all French ! We are quite surprised to find such a community there but it appears that this is because the nursery only wants to employ French people as they've had good experiences with them. Anyhow, that makes for a happy group of about a dozen people and we have a very good time in their company as well as with Beth and Barry who cook delicious food and are very nice and friendly hosts.

We spend our days gardening and bringing the veggie patches back to life through weeding and soil preparation. We sow seeds and are just there long enough to see the first radishes come out of the earth, we hope that the drought won't affect too much the rest. To find out more about this beautiful part of earth where it is nice to simply live, click HERE.  


Non ce n'est pas une nuit étoilée! C'est une glow worm cave! Quand Beth et Barry nous sortent voir la région ça donne ça :) / No it is not a starlit sky, it is a glow worm cave! That's what happens when Beth and Barry take us out on a tour to see the area
Non ce n'est pas une nuit étoilée! C'est une glow worm cave! Quand Beth et Barry nous sortent voir la région ça donne ça :) / No it is not a starlit sky, it is a glow worm cave! That's what happens when Beth and Barry take us out on a tour to see the area

Nous aidons également à préparer la nourriture pour le vernissage d'une exposition d'une artiste amie de Barry et Beth. Pour un après-midi nous devenons traiteurs et préparons des petites bouchées crues et cuites pour environ 30 personnes. On aime bien ce moment et la cuisine de Barry et Beth est parfaite pour ce que nous avions à faire. Après le vernissage, nous filons en douce pour une petit dîner sympa dans un restaurant comme c'est déjà la Saint-Valentin. Le restaurant est sympa quoique pas aussi exotique qu'il y a deux ans, au milieu de la jungle costaricaine, où nous avions trouvé un restaurant gastronomique niché dans un petit village au milieu des montagnes.

Les jours passent vite et chacun est rempli de sourires et de joie. Finalement il est temps de partir et d'attraper notre bus du retour. Euriel et Caro, déjà de bonnes amies, Euriel partageant des rêves de ferme comme nous, m'emmènent en voiture avec les vélos et Beth et Barry prennent Thomas et les bagages jusqu'à l'arrêt de bus. Nous nous quittons avec l'espoir, comme d'habitude, de se revoir en France et de pouvoir tous les inviter dans notre future ferme. Après un moment, alors que le bus n'arrive pas, nous commençons à nous inquiéter. Heureusement, Beth et Barry revenant d'une petite pause brunch nous voient sur le bord de la route et s'arrêtent. Nous vérifions ensemble nos emails sur son portable et il se trouve que la société de bus nous a envoyé un petit email une heure avant pour nous dire que finalement ils ne pourraient pas passer nous prendre avec nos vélos aujourd'hui ! Beth et Barry ont alors la grande gentillesse de nous amener nous, nos bagages et nos vélos jusqu'à Auckland, en s'arrêtant même au point de vue qui surplombe toute la région. Plus d'une heure de trajet allé à travers une série de collines pentues sur des autoroutes très fréquentées, nous sommes plus que reconnaissants à Beth et Barry de nous avoir sorti de ce mauvais pas !

We also help prepare food for the opening of an exhibition by an artist, Beth and Barry's friend. For an afternoon we experience full on catering, preparing cooked and called appetizers for 30 people. We have a good time about it and Beth and Barry's kichen is perfect for it. After the opening, we escape for a nice dinner in a restaurant seeing it is already Valentine's day. The restaurant is nice though not as exotic as two years ago, in the middle of the Costa Rican jungle where we had found a gastronomic restaurant nestled in a little village surrounded by the moutains.

The days go by really fast and each is full of smiles and happiness. Finally it is time to go and catch our return bus. Euriel and Caro, fast friends, Euriel sharing similar dreams of farming with us, in one car take me and the bikes and Beth and Barry take Tom and the luggage to the bus stop. We say goodbye with as usual the hope to meet again soon in France and to invite them all to our future place. And we wait for the bus. After a while we start to worry as the bus isn't coming. Lucky for us, Beth and Barry return from a quick brunch run and seeing us, stop by, we check our emails on her phone, turns out the bus company said they won't be able to take our bikes today an hour ago. Beth and Barry have the great kindness to take us and our bikes and our luggage then all the way through to Auckland, even stopping for some scenic views of the area. More than an hour ride through a series of steep hills on very busy highways, we are more than grateful to them for helping us out of this predicament !  


16 février – 18 février : Auckland

Pour nos derniers jours en Nouvelle-Zélande, nous vivons chez Claire et Alex. Claire est une amie du collège du Japon, nous ne nous sommes pas vues depuis plus de 15 ans ! Et pourtant quand nous nous retrouvons enfin, l'amitié semble naturellement se raviver et nous passons de bons moments à rattraper le cours de nos vies et à découvrir comme nos vues sur le monde sont proches malgré les chemins différents entrepris. Nous les suivons au plus grand marché d'Auckland et sommes surpris par la grande variété de légumes, dont pour la plupart nous nous demandons comment les cuisiner. Durant ces deux jours, nous essayons également de vendre nos vélos car il est temps de nous en séparer. Malheureusement nous n'y parvenons pas et Claire accepte gentiment de prendre le temps de les vendre pour nous ce qui enlève un gros poids sur nos épaules. On dirait qu'on n'arrête pas de le dire mais nous sommes sincèrement reconnaissants pour leur accueil et leur aide, ils nous offrent même le luxe d'un lift jusqu'à l'aéroport ! La Nouvelle-Zélande semble remplie de gens gentils, prêts à aider les autres, nous sommes émerveillés de ces actes de gentillesse donnés spontanément à travers tout notre voyage ici, cela nous rend le cœur tout léger et notre opinion sur le futur plus optimiste !

For our last days in New-Zealand, we stay at Claire and Alex's place. Claire is a friend back from middle school in Japan, we haven't seen each other for 15 years ! Yet when we finally meet again, friendship flows naturally and we have a very nice time catching up and discovering how much our views are close even when we have followed separate paths for so long. We follow them to the big Auckland market where we see such a diversity of vegetables, most of which we wonder how to cook, that we are pretty amazed. During these two days, we also try to sell our bicycles as it is time for us to part. Unfortunately, we are not able to do so and Claire kindly accepts to take the time to sell them for us which is a big burden lift off our shoulders. Feels like we keep saying it but we truly are grateful for their welcome and their help, even giving us a lift to the airport ! New-Zealand seems to be full of helpful and kind people, we are amazed at the kindness given freely all through our trip there, it makes our hearts light and our opinion about the future more optimistic !


A ne pas manquer / Not to miss

Pakaraka: Pakaraka farm, planter des betteraves - planting beetroots, integration permaculture/market gardeningfaire pousser sur des pentes - growing on slope

 

Yoshi Experimental House: Yoshi Experimental House, Grenier Solaire - Suntrap, four solaire et cuisson solaire - solar oven and solar cooker, culture du riz - rice growing 

 

Valley Vista presentation

Écrire commentaire

Commentaires: 0