Experimental House - Kaiwaka - New Zealand

Pendant que Thomas fait ses recherches sur la Nouvelle-Zélande, il découvre un personnage pas comme les autres. Yoshi est un japonais qui s'est installé sur l'île du Nord, à côté de Kaiwaka et qui est un inventeur génial utilisant l'énergie solaire et faisant la promotion d'un mode de vie durable. Sa maison entière est une expérience. Il faut qu'on le rencontre !

Quand Thomas le contacte pour lui expliquer notre projet, Yoshi accepte de nous rencontrer et de prendre le temps de nous expliquer son projet. Nous apprenons trop tard que nous aurions pu rester et l'aider, ce que nous aurions été ravis de faire, comme nous sommes accueillis et hébergés pour une nuit très gentiment et c'était une grande joie de rencontrer une personne aussi intéressante et passionnée.

Nos hôtes de woofing nous y déposent en voiture car ils refusent de nous laisser pédaler jusque là car il y a eu récemment un accident de voiture fatal et des camions chargés de ciment conduisent vite sur cette route de terre. Ils nous déposent devant une maison qui a un drôle d'air. Le rez-de-chaussé a l'air d'être construit comme une maison japonaise, le haut a vraiment l'air d'une expérience. Devant il y a un jardin potager. Yoshi a 81 ans dans quelques jours et nous accueille chaleureusement dans sa maison avec toute la gentillesse de l'hospitalité à la japonaise. Nous apprécions le déjeuner avec lui et un de ses amis, un allemand qui s'est installé de l'autre côté de la colline et qui nous ranconte plein d'histoires intéressantes notamment des histoires de constructions en bois incroyables sans clous.

Né en 1938, à Kobe, au Japon, Yoshi vit ses premières années durant la seconde guerre mondiale. Sa famille reçoit à peu près 35 yens par mois pour survivre alors qu'une pomme coûte environ 20 yens à l'époque. Il se rappelle avoir grandi en ayant faim tout le temps. Il devient acousticien. Quand il a 30 ans, il part aux Etats-Unis pour une année. Il réalise qu'avec plus d'argent, les gens veulent finalement plus d'argent plutôt que d'investir dans le développement spirituel de leur esprit. Il visite le monde de salle de concert en salle de concert pour sa spécialité.

En 1990, il participe en tant qu'acousticien à une étude assez large sur l'environnement de l'aéroport d'Osaka et étudie notamment la pollution sonore. Son contact avec ces problèmes environnementaux continue à alimenter sa prise de conscience, déjà éveillée lors de la crise de l'énergie des années 70. Durant ses voyages d'acousticien, il visite la Nouvelle-Zélande et à l'époque la terre est assez peu chère et le yen était fort. Il décide d'y acheter de la terre.

Sans expérience pratique avant, il décide d'y construire une maison expérimentale et écologique. Le rez-de-chaussé donc ressemble à une maison japonaise typique mais les murs sont très bien isolés. Les fenêtres peuvent être barrées avec des panneaux isolants. De plus il y a des petits trous dans le sol et dans le plafond que Yoshi nous explique plus tard. Son concept commence avec la captation de l'énergie solaire de façon durable c'est à dire sans panneaux solaires. Avec les panneaux solaires, on a tendance à oublier que le soleil peut faire bien plus que ça. Le haut de la maison est comme un serre, une pièce vitrée dont les murs sont peints en noir pour récupérer le plus de chaleur possible du rayonnement solaire. Cette chaleur accumulée crée une différence de température entre les niveaux les plus bas de la maison (incluant une cave souterraine). Du coup, à travers ces petits trous dans le sol, l'air frais remonte créant un effet rafraîchissant à travers la maison. De façon inverse, en hiver, il utilise un ventilateur de 20W pour pousser l'air chaud vers le bas, cet air en remontant, réchauffe la maison en même temps.

Il utilise l'énergie solaire pour faire l'eau chaude de la maison avec des tubes exposés au soleil et l'utilise aussi pour cuisiner, quoique cela demande un peu de préparation. Il a un « feu » solaire et un four solaire qui concentrent les rayons du soleil sur un point réduit grâce à des panneaux inclunés couverts d'aluminium. Une fois installé, il faut juste placer un plat avec les aliments à cuire sur ce point et la chaleur peut monter jusqu'à plus de 200°C. Il y cuit aisément des légumes, du riz ou fait du pain.

Il semble que quand on commence à réfléchir à quelque chose de durable et la création d'une vie plus en harmonie avec la nature, quelque soit l'endroit duquel vous commencez, que ce soit de la construction ou cultiver ses légumes, vous finissez inévitablement par repenser chaque aspect de la vie. Du coup, Yoshi a un jardin et même un petit champs de riz qui lui fournissent une bonne partie de sa nourriture. Les gens l'ont appelé de toute la Nouvelle-Zélande pour lui demander des conseils sur la culture du riz car ce n'est pas une culture typiquement locale. Ses toilettes sont connectés à un biodigester qui produit du gaz de cuisine. Quand il n'utilise pas le gaz ou le soleil, il a des petits « feux » chauffés au charbon de façon très efficace, qu'il n'utilise que peu. Les fonctions vitales comme l'énergie pour cuire sont couvertes donc de plusieurs manières.

Sa consommation d'électricité est réduite au minimum mais inclus quand même le confort moderne, il y a des petites pompes ici ou là, quelques ampoules, un ordinateur et une petite machine qui sépare le son du grain de riz après sa récolte ainsi que la machine à laver. La cave est fraîche et utilisée pour la conservation de la nourriture comme des bocaux stérilisés, des conserves, des pommes, du vin...etc. donc il n'a pas besoin de réfrigérateur. En tant que scientifique, Yoshi a des capteurs dans sa maison expérimentale afin de mesurer la température et le taux d'humidité et ainsi valider l'expérience. Il a aussi pas mal de petits gadgets comme un petit moteur sterling juste pour la démonstration de ce qu'il est possible de faire et s'en inspirer pour réaliser de nouvelles inventions pour la vie quotidienne. En tant que chercheur universitaire, il a également développé une façon de présenter cette façon de vivre et synthétiser les points principaux afin de mener, selon lui, une « vie durable ». Vous pouvez la trouver ICI sur son site.

Un des points qui nous touche est le fait que ce mode de vie durable n'est pas complet sans l'art et la culture, le vernaculaire. Yoshi a un petit amphithéâtre avec une très bonne acoustique (bien sûr!) qu'il a beaucoup utilisé pour organiser des festival de musique et autres performances, faisant de grandes fêtes chez lui, connectant les gens entre eux et créant ainsi un sens plus large du partage et de la communauté qui est si important pour recréer une connexion avec la vie elle-même.

 

Dans l'ensemble, nous avons été absolument charmé et impressionné par ce qu'il a créé et comment il mène sa vie. Yoshi est un super enthousiaste qui communique bien sa joie de vivre et semble avoir vécu et vivre une vie riche et ouverte d'esprit comme on le voit dans son sourire et ses yeux pétillants lorsqu'on le rencontre.

While researching New Zealand, Thomas comes across an unusual character. Yoshi, a japanese man who settled down on the North Island, close to Kaiwaka and who is a genius inventor, harnessing the solar power and promotes a sustainable living. His whole house is an experiment. We have to meet him !

When Thomas writes to him explaining our project, Yoshi accepts to meet us and to take the time to explain us his project. We learn too late that we could have stayed and helped out which we would have gladly as we were welcomed and hosted for a night so very kindly and it was a great joy to meet such an interested and passionated person.

Our woofing hosts bring us there by car as they refuse to let us ride our bikes to the place as there was a fatal car accident there some time ago and trucks loaded with cement are driving fast on this dirt road. They drop us in front of a funny looking house. The lower floor is built like a japanese house it seems, the upper part seems pretty experimental. In front there is a veggie patch. Yoshi is turning 81 years old in a few days and welcomes us warmly to his place with all the kind japanese hospitality. We enjoy lunch with him and his friend, a german guy who settled down on the other side of the hill and tells us about many interesting stories including amazing wood buildings with no nails.

Born in 1938, in Kobe, Japan, Yoshi lives his first years in WWII. His family receives about 35 yens per month to survive when at the time an apple would cost 20 yens. He remembers growing up being hungry most of his time. He becomes an acoustician. When he turns 30 years old, he goes to the US for one year. He realizes that with more money, people actually want more money instead of investing in spiritual mind development. He travels the world visting the concert halls of the world for his specialty.

In the 1990, a broad environmental study starts which he participates in as an acoustican to study the noise pollution around the Osaka airport. This contact with these environmental issues feeds his awareness already awakened with the energy crisis during the 70s.

During his travels as acoustician, he,visited New Zealand and at the time land was quite cheap there and the yen was strong. He decided then to buy some land there.

With no practical work experience before, he decides to build a nature friendly experimental house. The ground floor seems a typical japanese house but actually the walls are well-insulated. The windows can be barred with insulative pannels. Moreover there are little holes in the floor and in the ceiling which Yoshi explains afterwards. His concept starts with harnessing the sun's power in a sustainable manner which means no use of solar pannels. With the solar pannels, we tend to forget that actually the sun can provide much more than that. The top of the house is like a greenhouse, a glazed room which walls are painted in black to harness as much heat as possible from the sun. This accumulated heat creates a temperature difference from the lower levels of the house (including an underground cellar) thus through the little holes in the floor the cold air moves up creating a refreshing effect throughout the house. On the reverse in winter, he uses a 20W fan to push the hot air down, this air will then come up again, heating the house at the same time.

He uses the sun's energy to heat his hot water, through black tubes exposed to the sun and also uses it to cook though this requires a bit of preparation to work. He has a solar cooker and a solar oven, which concentrate the sun's rays into a reduced spot through inclinated pannels covered with aluminum foil. Once set-up, you just put the pot with your food in this spot and the heat will come up to more than 200°C. He can easily cook in there veggies, rice or even bake bread.

It seems that once you start unfolding your thoughts around sustainability and creating a more harmonized life with nature, wherever you start, be it building or veggie growing, you ultimately tackle all aspects of life. So Yoshi also has a garden and even a rice paddy which provides a good part of his food. People have called and asked him advice from all over New Zealand on how to grow rice here as this isn't your typical kiwi crop. His toilets are connected to a biodigester that produces cooking gas. When he isn't using this gas or the sun, he has a small very efficient charcoal based cooking pit which he normally does not use. Vital functions such as energy for cooking should be covered by several elements.

His electricity consumption is reduced to its minimum but still including modern comfort, it powers a small pump here and there, some light bulbs, a computer, a little machine that separate bran from seed after the rice harvest and the washing machine. The underground cellar has a rather refreshing temperature and is used to keep conservation goods such as sterilized jars, cans, apples, wine...etc so there is no need for a fridge. As a scientist, Yoshi has sensors in his house to monitor the temperature and humidity levels to validate his house experiment, he also has a lot of little « gadgets » such as a small sterling engine just to demonstrate what is possible and get inspired for new inventions of the daily life. As an academic by trade, he also developped a way to present this way of life and synthesized the main points to lead, according to him, a sustainable life. You can find these HERE on his website.

One of the points that moved us was that the sustainable way of living is not complete without art and culture, vernacularism in particular. Yoshi has a small amphitheatre with a very good acoustic (no wonder!) which he has used many times to organize music festivals and other performances, making big parties at his place, connecting people between each other and creating this wider sense of sharing and community which is so important to recreate connection with life itself.

All in all, we were absolutely charmed and amazed at what he created and how he lived and is living his life. Yoshi is a wonderfully enthusiastic person who communicates well his joy of living and seemed to have lived and to live a rich and open-minded life as his smile and happy eyes tell you when you meet him.


Plus d'information / More information

Vidéos techniques réalisées sur le site / Technical videos made on-site:

Captation de l'énergie solaire / Suntrap

Four solaire et Cuisson solaire / Solar Oven and solar cooker

Culture du riz / Growing rice

 

Site internet: www.ecohouse.co.nz

 

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Roméo (vendredi, 14 juin 2019 00:08)

    Top cette rencontre ^^

  • #2

    martine (samedi, 15 juin 2019 15:33)

    Merci, ça fait rêver. Qu'est-ce qu'un senseur ???