19 Novembre – 25 Novembre : Kangaroo Island et Great Ocean Road

Gaël, notre covoitureur pour un bout de chemin
Gaël, notre covoitureur pour un bout de chemin

A Adelaïde, nous dégustons un délicieux burger (le meilleur de South Australia il paraît) et nous rencontrons Gaël, qui partagera notre trajet et notre voiture de loc jusqu'à Melbourne, lors d'une petite balade dans les hauteurs d'Adélaïde. Gaël fait son premier grand voyage et il débute fort avec un voyage d'un an entier en Australie. Il est déjà sur la fin de son année et nous raconte ses aventures. Lui aussi il fait parti des « good guys », aide-soignant et aimant son métier, il est aussi inquiet de la tournure des choses dans notre société.

 

La situation dans les maisons de retraite est bien préoccupante, il essaye à son échelle d'y amener de l'humain mais avec les horaires et les conditions c'est parfois difficile voir impossible et pourtant, il décrit le sourire ravie d'une vieille dame à qui il fait juste un petit compliment et on se rend compte qu'il ne faut pourtant pas grand chose pour améliorer le quotidien de ces personnes. On se dit que les personnes âgées sont quand même bien délaissées dans notre société « moderne développée » alors que dans les peuples premiers, ceux-ci sont chéris et respectés. Encore un truc qui doit changer.

 

On se dirige vers Kangaroo Island, mais d'abord un petit stop s'impose dans le Maclaren Vale, réputé pour son vin, où Gaël et Tom se font une petite dégustation et sélectionnent quelques bouteilles pour nos repas. Pendant nos courses, Gaël nous rappelle qu'il est possible aussi même en voyage de faire moins de déchets, pas de légumes en sachet par exemple, on retient et plusieurs semaines plus tard, je me rappelle ses conseils chaque fois que nous faisons les courses, c'est juste une habitude à prendre. Cette première soirée, on la passe dans un petit camping pas cher, à côté d'un village très étrange, aux maisons relativement propres, mais entièrement vides. Le temps n'est pas au beau fixe et demain nous allons sur l'île. On s'endort bercé par les vagues à deux pas de nos tentes. Le ferry nous transporte le lendemain dans une jolie petite île.

 

Nous allons d'abord vers un bout de l'île, on a de la chance, il ne pleut pas avant le soir. Nous croisons un koala sur le bord de la route, il est blessé et ne peut plus bouger, il est tout effrayé par ces touristes qui le prennent en photo. Il n'y a pas de réseau et nous ne pouvons pas appeler de secours pour lui. Les autres touristes s'en foutent royalement et repartent sans un regard pour l'animal immortalisé dans leurs photos. Nous croisons heureusement un sanctuaire d'animaux à seulement 1,3km de là, nous nous précipitons à l'intérieur et expliquons où se trouve le koala. Quelques semaines plus tard je leur écris sur leur page facebook pour demander des nouvelles, il est sain et sauf !

 

En arrivant au centre pour les visiteurs du parc, fermé car il est trop tard et donc impossible de payer notre camping, nous constatons que les arbres du parking sont remplis de koalas. C'est un plaisir de voir leurs petites bouilles endormies, ou leurs petits yeux curieux qui nous regardent. Il paraît que l'eucalyptus est un psychotrope puissant, et eux ils en consomment à longueur de journée, je me demande ce qu'ils voient quand ils nous regardent. On croise aussi des petits kangourous. Apparemment, les kangourous de cette île se sont adaptés et sont plus petits et plus costauds aussi. Finalement on trouve un camping sympa, et malgré la pluie on passe une nuit plutôt confortable (d'autant qu'on a récupé à Melbourne des tapis de sol que nous avions commandé, super light et bien conforts).

 

Le lendemain par contre c'est la cata, il tombe des trombes d'eau. On oublie la petite rando mais on va quand même voir entre deux éclaircies quelques endroits incontournables. On admire les lions de mer qui se fichent bien de la pluie eux puis on se fait complètement avoir sur des grosses pierres qui ressemblent à la côte de granite rose quand un nuage sournois décide soudainement de déverser des tonnes d'eau à notre endroit. Trempés jusqu'aux os, nous retournons rapidement à un camping nous changer dans des affaires sèches. Après un aller-retour un peu stressant pour aller chercher le drone oublié dans la cuisine la veille, nous repartons sereins vers l'autre côte de l'île, où nous visiterons, faute d’accalmie, le bar du coin.

 

Nous repartons le lendemain et passons par Robe. On nous l'a conseillé pour sa brasserie locale. Effectivement, après avoir fait la dégustation de la quinzaine de bières présentées et révisé les différences entre blonde, brune, IPA, Ale, Lagger,...etc, nous repartons joyeusement sur la route. Pour prendre le temps de visiter la great ocean road, nous essayons de pousser au plus loin mais le temps se met au gris à nouveau, puis à la pluie.

 

On hésite, on avance puis on recule un peu, nous roulons à la pire période de la journée, celle où tous les animaux semblent vouloir traverser les routes que nous parcourons. Pas de gros dégâts à part un oiseau qui se jette sous les rous mais on croise quand même pas mal de kangourous qui attendent que nous soyons bien proches pour sauter sur le bitume, une énorme biche qui déboule à notre gauche dans la nuit noire, des lapins et un échidné pas trop pressé. Les nerfs de Tom sont mises à rude épreuve. Nous dînons dans une aire de picnic dans un village illuminé des néons un peu glauques des motels. Après avoir brièvement envisagé de poser la tente là ou de dormir dans la voiture, nous retournons au camping du parc national, nous posons la tente. Il pleut dans la nuit. La tente de Gaël n'étant pas top, il finit sa nuit dans la voiture. Notre tente est petite mais étanche, on dort correctement.

 

Quand nous arrivons enfin sur la Great Ocean Road, le temps est très variable. Nous avons croisé la veille à l'auberge, un malaysien orthodoxe (rare!) qui nous explique un peu comment son pays est organisé, c'est fascinant ! 9 états dont 7 royaumes je crois et deux républiques, une royauté constitutionnelle pour chapeauter le tout et une cohabitation plus ou moins réussie de multiples religions. Ce pays est construit à partir de multiples origines éthniques et de cultures très différentes, il apparaît complexe et riche à la fois. Ah le monde d'aujourd'hui n'est pas si standard qu'on le croit quand on arrête de se regarder le nombril, les solutions du vivre ensemble sont différentes partout et ont chacune leurs avantages et inconvénients.

 

Nous faisons le circuit de la Great Ocean Road, de magnifiques roches détachées du rivage se dressent majestueusement au milieu des vagues, l'orange de l'ocre des roches se détache violemment du bleu-gris des vagues et quand un rayon doré perce les nuages pour illuminer le tout, nous sommes servis.

 

Nous terminons la route sur Torquay, une station de surfers où nous profitons de bonnes bières et d'une bonne nuit de sommeil avant le retour à Melbourne. Gaël nous quitte là pour poursuivre ses aventures en Tasmanie, c'était un super compagnon de route et une belle personne qu'on espère bien revoir sur le chemin ou de retour au bercail.

 

In Adelaide, we taste the best South Australian burger, it is delicious. Then we meet up with Gaël who will be sharing our way back to Melbourne in a rental car. We start off together with a walk in Adelaide hights. Gaël is on his first very big trip and starts strong with a year-round trip in Australia. He is already close to the end of his year and tells us about his adventures. He is also part of the good guys, he is a nursing's assistant and loves his job. He is also worried about the way things are turning out in our society.

 

The situation in the retirement homes is dire and he tries at his own scale to bring back some humanity in it but with the hours and the conditions, it is sometimes difficult to near impossible. Still he describes the great big smile of an old lady to whom he makes just a tiny compliment and one realises that it doesn't take much to improve the daily life of these people. Seems like old people are really let down in our so-called « modern and developped » societies whereas in most primary people, they are cherished and respected. Another thing that needs to change.

 

First we are setting off to Kangaroo Island, but we have to stop by the Maclaren Vale, very famous for its wine, where Gaël and Tom have a little tasting and select some bottles for our meals. During our shopping, Gaël reminds us that it is still possible, even when traveling, to produce less waste, such as only taking vegetable in bulk and not using a plastic bag, we learn and some weeks later i still remember his advice everytime we go shopping. It is just a habit to take on really. The first night, we spend it in a cheap little camping close to a very strange village, all the houses are relatively clean but entirely empty. The weather is quite variable and tomorrow we are going on the island. We fall asleep rocked by the sound of the waves on our tents steps. The ferry carries us the next day onto a nice little island.

 

First we go to the other side of the island. We are lucky, it doesn't rain before the evening. We pass by a koala on the border of the road, it is hurt and can't move anymore, it's all scared by the tourists taking pictures. There is no phone network so we cannot call for help. The other tourists don't care at all and leave without even a look back to the animal now featured in their pictures. Luckily we pass by an animal sanctuary only 1,3km away from him, we rush inside and explain where the koala is. Some weeks later i write to them on their facebook page to ask for some news, he is safe and sound !

 

We arrive too late at the visitor center so it is impossible to pay for our camping, however we realize that the trees of the parking are full of koalas. It is such a pleasure to see them all with their sleepy faces or their curious little eyes looking at us. Apparently eucalyptus is a very strong drug, and they eat this all day long, i wonder what they see when they look at us. We also come across little kangaroos. Apparently the kangaroos of this island have adapted and they are smaller and steardier too. Finally we find a nice little camping and even with the rain we spend a rather comfortable night (we did pick up in Melbourne some camping mats that we had ordered which are super light and comfortable).

 

The next day however it is a disaster, it's raining cats and dogs. We forget the little trek we had planned but still go see in between two moments of calm, some of the must-see places. e admire sea lions who really couldn't care less about the rain then we get completly soaked through when going to look at big pink rocks which look like the pink granite coast of French Brittany. We go straight away to a camping place to change and put on some dry clothes. We have a stressful as we double back to go and get the drone forgotten in the kitchen the evening before, but we leave again happy to the other side of the island which we won't see much as with the rain, we spent the time in the local bar.

 

We are leaving the island the next day and pass by Robe. We were tipped off about a nice local brewery. And it is really nice ! Especially after tasting the fifteen different beers they have and having learned the difference between a blond, a dark, an IPA, an Ale, a Lagger,..etc. We start again quite joyously on the road. In order to get some tim to visit the Great Ocean Road, we are trying to push as far as possible but the weather turns greay and then to rain.

 

We are hesitating, we drive on ahead, double back a bit, we are now driving into the worse part of the day, the one where all the animals seem to have an appointment across the road. Not too much damage except for one bird that litteraly throws itself under our wheels but we do pass by a lot of kangaroos who are waiting for us to get close enough to decide to cross the road, an enormous deer coming out on our left from the pitch dark night, rabbits and an echidnea who is not in a hurry. Tom's nerves are put to the test. Finally we end up having some dinner in a picnic area, in a little town illuminated by the neons of some shabby looking motels. After having briefly though about setting the tent there or sleeping in the car, we decide to go back to the national park camping and set the tent up. It is raining during the night. Gaël's tent isn't the best one and he ends up finding refuge in the car. Our tent is small but fairly waterproof so we sleep ok.

 

When we finally arrive on the Great Ocean Road, the weather is again pretty shaky. We met the day before, an orthodox malay (rare!) who explains us how his country is organised. It's fascinating ! 9 states of which 7 kingdoms and 2 republics i think, a constitutional kingdom over the whole lot and a more or less successful cohabitation of multiple relgions. This country is built upon vary varied ethnical and cultural origins, it seems so complex and rich at the same time. Ah the world is not so standard as one may believe when we stop looking into our own belly-button (french expression but thought it carries the right image really), solutions to leave all together are different everywhere and each have their own pros and cons.

 

We make the Great Ocean Road circuit, beautiful rocks freed from the mainland stand there majestuously in the middle of the waves, the orange from the ocre of the rocks brings them out violently against the grey-blue of the waves and when a ray of golden light pierces through the clouds to illuminate the whole landscape, we feel blessed by mother Nature.

 

We finish the road in Torquay, a surfers town where we enjoy good beers and a good night sleep before going back to Melbourne. Gaël leaves us there to pursue his own adventures in Tasmania, he was a great road companion and a beautiful person we hope to meet again on the way or back home.

Plus à voir / More to see

Écrire commentaire

Commentaires: 0