4 Novembre : Melliodora à Hepburn, Pat & Meg à Daylesford

Pat & Meg entrance
Pat & Meg entrance

Nous arrivons d'abord à Daylesford. Nous n'avons pas trouvé où dormir alors 10 min avant la fermeture de l'office du tourisme du coin, nous nous pointons là-bas la bouche en cœur. La gentille dame du bureau nous donne 4 pages A4 recto-verso d'endroits où dormir dans le coin. Il n'y a plus qu'à appeler. On trouve une chambre dans un motel de motards. Pas terrible et plutôt cher mais on ne pourra pas faire mieux aujourd'hui. Direction le bar car c'est aussi une brasserie et nous sommes curieux de goûter la bière du coin.

 

Le lendemain nous arrivons chez David Holmgren, à Melliodora dans le village de Hepburn. Je vous laisse découvrir cette visite mémorable ainsi que quelques uns des principes fondamentaux de la permaculture par la même occasion ICI. David est à la fois un intellectuel qui fait des recherches, compile les informations et y ajoute sa pensée critique pour en sortir des concepts et des principes généraux très intéressants et un travailleur du bois, un amoureux de la terre et de son abondance, un pratico-pratique qui a construit sa maison et vit avec Sue, une vie presque sans déchet, dans le partage, la sérénité et l'abondance naturelle. Pour une personne de sa stature, il est humble et accessible, il répond volontiers aux questions et accepte même d'être filmé pour une petite interview. Il fait partie de la solution.

 

Nous quittons Melliodora enchantés pour aller rencontre Pat et Meg, qui vivent dans une banlieue résidentielle et ont intégré la permaculture dans leur quotidien. C'est l'occasion d'aller découvrir un autre type d'auto-suffisance, une autre alternative, une solution pour ceux qui ne sont pas en plein milieu d'une campagne fertile. Nous sommes tous de suite accueillis par de grands sourires, il y a du monde à la maison. Je vous laisse découvrir notre expérience ici.

 

Cette visite parachève le déplacement de notre opinion sur la permaculture. A l'origine, nous trouvions le concept intéressant, avec des applications pratiques certes mais pas nécessairement applicables à une échelle professionnelle, ce qui en faisait un frein dans notre esprit. De plus, la permaculture semble attirer en France à la fois des gens très bien et toute une ribambelle de gens qui « savent mieux que tout le monde », se font certifier et se mettent à enseigner sans jamais avoir réellement pratiqué ce concept qui englobe toute une vie, toute une éthique et des principes que seuls l'expérience et la découverte permettent de comprendre dans leur profondeur. On avait, vous l'avez compris, un avis assez peu positif sur ce qu'on en voyait en France (attention, il y des permaculteurs supers en France, ce n'est pas ce qu'on dit!) même si le concept théorique paraissait plutôt bon.

 

En Australie par contre, nous avons rencontré des gens qui la vivent dans son entier, sans en choisir des techniques qui en elles-mêmes ne constituent pas la permaculture. Des personnes qui ont intégré les valeurs de partage, pour qui les techniques employées pouvaient être diverses et variées du moment qu'elles découlent des principes de la permaculture. Ces principes permettent et encouragent l'innovation précisément parce que la permaculture n'est pas un répertoire de techniques mais un guide de conception.

C'est aussi avec surprise que nous découvrons le caractère central et essentiel de l'habitat, ce cœur de la zone 0 en permaculture, construit à nouveau selon ces principes. Nous sommes loin des buttes ou des lasagnes de jardinage. Tout est fait pour répondre à une utilité. Il y a butte ou lasagne dans le cas où c'est nécessaire, pas parce que « la permaculture dit qu'il faut faire des buttes ».

 

Bien sûr avec le temps, l'application de ces principes favorisant l'innovation, on retrouve des techniques communes à ces lieux de permaculture comme par exemple, planter sur les lignes de niveaux les arbres fruitiers, créer des micro-climats ou en tirer parti en tous cas. C'est le fruit de l'observation et de la réflexion favorisés par les fondations de la permaculture. Une découverte intéressante car finalement la permaculture trace un cadre intelligent au sein duquel, chacun à la liberté et la responsabilité de jouer son rôle. Si ce cadre pouvait traverser les frontières et atteindre l'ensemble de l'humanité demain, on serait sauvé. Tout simplement. On verra demain donc.

 

 

Pour que vous vous fassiez une idée, retrouvez ci-après une petite présentation de la permaculture basée sur des extraits d'un livret de David Holmgren.

David Holmgren teaching
David Holmgren teaching

We are arriving in Daylesford. We haven't a place to spend the night yet so about ten minutes before closure we arrive at the tourist office with a nice question. The kind lady at the desk gives us 4 pages of places where to sleep in the area. Only calls to make. We finally find a room in a biker's motel. The room isn't nice and quite pricey but we can't do better for today. Off to the bar as there is a brewery in town and we are curious to try it out.

 

The day after we are arriving at David Holmgren's place, at Melliodora, in Hepburn. I let you read about this memorable visit and discover some of the permaculture fundamentals principles HERE. David is both an intellectual making his research and compiling information, ading his own critical and analytical thoughts to bring about interesting concepts and principles and also a wood worker, who loves his land and its bountifulness, a pragmatic who built his own house and lives with Sue, a life nearly free of wasted waste, leading a sharing and serene life. For someone so famous, he is humble and accessible, he answers willingly to questions and even agrees to be filmed for a small interview. He is definitely also part of the solution.

 

We leave Melliodora truly enchanted to go and meet Pat and Meg, who live in a residential suburb and have integrated permaculture into their daily lives. It is the chance to go and discover another type of self-sufficiency, another alternative, a solution for those who do not live a bountiful countryside land. We are right away welcomed with big smiles, there is a lot of people at the house. I let you read all about this great experience here.

 

This visit completes our change of opinion on permaculture. Originally we thought the concept interesting, with some practical applications but not really applicable to a profesionnal scale, which somehow had made it a negative point in our mind. Moreover permaculture in France seem to attract both very good people and a whole range of « know-it-all » people who get themselves certified and start teaching without ever having applied the concept themselves which covers a whole life, a specific ethic and some principles that, it seems, only experience and discovery can enable deep understanding. You would have got our point, a rather not so positive opinion on what we had seen so far in France (though there are some very good permaculture people in France, that is not what we are saying) even if the theoretical concept seems good.

 

In Australia, on the other hand, we meet people who are living it in its entirety, without selecting only some techniques which by themselves do not constitute permaculture. People who have integrated the sharing values, for whom the techniques can be various and diversified as long as they derive from the principles of permaculture. These principles enable and encourage innovation precisely because permaculture is not an index of techniques but rather a design guide.

 

It is also surprising to discover the central and essential rôle of the housing, this heart of zone 0 in permaculture, also built along the core principles. We are far from the mounds and other lasagna type gardening techniques. Everything is done according it usefulness. There are mounds or lasagna type beds when it is necessary, not because « permaculture says so ».

 

 

Of course with time, the application of these principles, favouring innovation, common techniques are used in these permaculture practicing places such as planting trees along level lines or creating micro-climates or taking advantage of those that are there. It is the result of observation and thinking both encouraged by the permaculture fundamentals. An interesting discovery as finally, permaculture draws an intelligent framework within which everyone has the freedom and responsibility to play its role. If that framework could go through frontiers and reach the whole of humanity, we would probably be saved. Simple as that. Let's see what tomorrow looks like then.

 

We are putting here below a small section aside on the fundamental principles of permaculture and a little extract of one of David Holmgren's book so that you can up your own mind.


Aparte : La Permaculture - fondamentaux / Permaculture fundamentals

Tout d'abord et le plus important, l'éthique de la permaculture, ses valeurs fondamentales qui précèdent toute réflexions de design :

 

Soin de la terre (du sol, des forêt et de l'eau)

Soin des humains (de soi-même, de ses proches et de la communauté)

Partager justement (limiter la consommation et la reproduction, redistribuer les surplus)

 

De là en découle naturellement une critique de la société moderne « développée » qui ne soutient pas, voir va à l'encontre, de ces valeurs.

 

«Ce même système de pouvoir qui extrait et exploite les moins puissants, apaise le milliard de gens des classes moyennes, la plupart dans l'hémisphère Nord, dans la complaisance avec des coûts bas et même en réduction par rapport au revenu moyen, de la nourriture, de l'énergie et autres biens essentiels. L'échec du marché globalisé à transmettre les signaux de tarissement des ressources et de dégradation de l'environnement a isolé les consommateurs du besoin de développer des façons de vivre plus auto-suffisantes, et désengager la motivation pour des politiques publiques qui auraient pu aider à ces adaptations nécessaires. La marée de biens de consommations nouveaux et pas chers a stimulé la consommation à un point de super-saturation, alors qu'en même temps les mesures sociales et de bien-être ne font que perdre du terrain depuis leur pic dans les années 70.

L'acceptance lâche de la croissance économique à tout prix et les puissants intérêts établis des corporations et des gouvernements, qui ont à perdre dans ce genre de transition, rend claire la nature radicalement politique de l'agenda de la permaculture.» citation tirée du livret Essence of Permaculture de David Holmgren

 

Ensuite les 12 principes fondateurs qui encadrent la réflexion de design de tout projet en permaculture – ils sont accompagnés de proverbe qui visent à prévenir le lecteur :

  1. Observer et interagir – La beauté est dans les yeux de celui qui regarde

     

  2. Collecter et stocker l'énergie – Faites le foin quand le soleil brille

     

  3. Obtenir une production – On ne peut pas travailler le ventre vide

     

  4. Appliquer l'auto-régulation et accepter les retours – Les pêchés du père reposent sur les enfants jusqu'à la septième génération

     

  5. Utiliser et valoriser les ressources et les services renouvelables– Laisser la nature suivre son chemin

     

  6. Ne pas produire de déchets – Ne pas gâcher, ne pas vouloir / Une réparation à temps en épargne neuf plus tard.

     

  7. Concevoir du motif au détail – L'arbre cache la forêt

     

  8. Intégrer plutôt que séparer – Plus on est de fous, plus le travail est léger

     

  9. Utiliser des solutions petites et lentes – Le plus gros ils sont, le plus dur ils tombent / Lent et certain gagne la course

     

  10. Utiliser et valoriser la diversité – Ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier

     

  11. Utiliser les bordures et valoriser le marginal – Ne pensez pas que vous êtes dans le bon chemin juste parce que c'est un chemin très utilisé

     

  12. Utiliser de façon créative et répondre au changement – Une vision n'est pas voir les choses comme elles sont mais comment elles seront

Bien sûr chaque principe s'explique de façon plus longue afin d'en comprendre l'utilisation.

 

 

Pour en savoir plus : les livres de David Holmgren sur le sujet

First of all and the most important, the ethics of permaculture, its fundamental values that precedes any thoughts about design :

 

Care for the earth (husbands soil, forests and water)
Care for the people (look after self, kin and community)
Faire share (set limits to consumption and reproduction, and redistribute surplus)

 

From there naturally stems a critic of the modern « developped » society which does not support, or even goes against, those values.

 

« The same system of power that extracts and exploits the less powerful, soothese the billion or so middle-class people, mostly in the North, into complacency with low, and even falling costs relative to average incomes, of food, water, energy and other essential goods. This failure of global mrakets to transmit signals about resource depletion and environmental degradation has insulated consumers against the need for developing more self-reliant lifestyles, and disabled the drive for public policies which might assist these necessary adaptations. The flood of new and cheap consumer goods has stimulated consumption to a point of super-saturation, while at the same time measures of social capital and wellbeing continue to fall from peaks in the 1970's.

The craven acceptance of economic growth at all costs, and the powerful established corporate and government interests, which stand to lose power from such a transition, makes clear the radical political nature of the permaculture agenda. » quoted from « Essence of Permaculture » by David Holmgren

 

 

Then the 12 fundamental principles which frame the design of any permaculture project – they are associated with a traditional proverb that emphasises the negative or cautionary aspect of the principle :

 

  1. Observe and interact – Beauty is in the eye of the beholder

     

  2. Catch and store energy – Make hay while the sun shines

     

  3. Obtain a yield – You can't work on an empty stomach

     

  4. Apply self-regulation and accept feedback – The sins of the fathers are visited on the children unto the seventh generation

     

  5. Use and value renewable ressources and services – Let nature take its course

     

  6. Produce no waste – Waste not, want no / A stich in time saves nine

     

  7. Design from patterns to details – Can't see the forest for the trees

     

  8. Integrate rather than segregate – Many hands make light work

     

  9. Use small and slow solutions – The bigger they are, the harder they fall / Slow and steady wins the race

  10. Use and value diversity – Don't put all your eggs in one basket

     

  11. Use edges and value the marginal – Don't think you on the right track just because it's a well-beaten path

     

  12. Creatively use and respond to change – Vision is not seeing things as they are but as they will be

 

 

 

 

Of course each principle has a longer explanation in order to understand its use.

 

 

For more information : Books of David Holmgren on the topic



A ne pas manquer / Not to miss

Écrire commentaire

Commentaires: 0