Rancho Mastatal - Puriscal - Costa Rica

EN BREF / OVERVIEW

Le Rancho Mastatal est situé à l’entrée du parc national du Mastatal, non loin de la ville provincial Puriscal au Costa Rica, au milieu de la jungle. C’est un immense domaine de 300 acres soit 120 hectares dont seuls 15 acres soit 6 ha sont utilisés soit pour la construction d’habitats et de lieux de vie soit pour la production de nourriture. Le reste du terrain est protégé pour la faune et flore sauvage et fait ainsi parti d’un programme national pour l’environnement.

Il s’agit d’une ferme sœur de la finca Bona Fide au Nicaragua et de nombreux échanges de personnel notamment ont lieu.

Fondée par un couple Robin et Tim en 2000, il s’agit d’une ferme expérimentale et pédagogique en permaculture et agroforesterie qui reçoit près de 1000 personnes chaque année. Elle n’est donc pas autonome mais s’efforce de se fournir localement permettant ainsi aux locaux de vivre également du trafic touristique. On y trouve un véritable petit village en éco-construction, une gouvernance sociocratique de la communauté composée de permanents et volontaires apprentis.

The Rancho Mastatal is located at the entrace of the same named park, not so far from the provincial city Puriscal in Costa Rica, in the middle of the jungle. It is a huge domain with 300 acres which is 120 ha of which only 15 acres that is 6 ha are used for habitat, living space and food production. The rest of the area is protected for the development of the wild fauna and flora and is integrated in a national program for the protection of the environment.

It is a sister farm to Finca Bona Fide in Nicaragua and numerous exchanges of personal take place.

Founded by a couple Robin and Timo in 2000, it is an experimental and pedagogical farm in permaculture and agroforestry. The farm receives about 1000 persons a year. It is therefore not autonomous in food but makes it a point to purchase for its needs locally, enabling the locals to live off the tourism as well. On the domain it is like an entire small scale village is under construction following natural building principles. The community practices sociocraty and is composed of permanents and apprentices.


LA VISITE / THE VISIT

Nous restons trois jours et deux nuits sur la ferme. Le prix un peu cher est raisonnable au Costa Rica surtout qu’il inclut les repas du matin, midi et soir que nous prenons avec toute la communauté et les visiteurs. 

 

We stayed three days including two nights on the farm. Price is a bit expensive but reasonable in Costa Rica especially as it includes the 3 meals of the day that we take altogether with the community and visitors.

LE LIEU / THE LOCATION

We are hosted in a beautiful bamboo structure constituted by an open platform over the jungle and a ground floor with a basic kitchen, a terrace and another room. It is a natural building which is owned by one of their friends but that the Rancho exploits for them. It is accessible through a path in the middle of the jungle. Shower and dry toilets are opened to the jungle as well and mounted on a platform, we go from structure to the next on a little wooden covered bridge.

From this path, we walk about 5 minutes through the hamlet which has one or two houses, a primary school, a high school as well as a bar and a library. A bus arrives from puriscal once a day in the afternoon and goes in direction of Puriscal once at 5am. Roads around lead to other houses or farms disseminated along the way.

The farm has one big block of 235 acres on the one side of the road and of 65 acres on the other side. On the first is the natural preserved domain in which the Rancho has created a small trecking path leading to a natural waterfall. There is also the main building of the farm which is mostly made out of natural building in which there is an office, a room, a modern bathroom, an open kitchen opened to the back of the building which is covered and arranged with a very long table where the meals are taken. At the side, another building also in natural building contains the shop to transform the food and a beautiful round alcove with integrated benches and arranged with cushions where permanents and volunteers can gather around.

In front of the main building are several vegetable garden areas certain of which are dedicated to apprentices which are growing whatever they want. The rest is filled with edible plants and the aim is to notice those that fair the best under this climate and on this ground in order later to generalize their use. Behind, after the meal zone, there are again edible plants as well as a path that leads to beautiful natural building toilets which are connected to a biodigester which provides low pressure methane to the kitchen. This one is completed by a second biodigester based on cowpat as the human production isn’t sufficient.

Further up the road as well as lower than the farm, we find accessible by separate entrances other natural buildings which are small houses inhabited by the founders and some permanents. They each have their own little terrain around where they each grow many edible plants as well. During our stay, one new house there was under construction.

On the other side of the road, there is the fruit forst as well as the plant nursery, a chicken house, a wood shop to build furniture (chairs, tables, beds,…) as well as to make some carpentry work. The forest is organized in order to maximize the number of trees for the space while taking into account the terrain (some parts have steep slopes). Regularly we find nitrogen fiwing trees which are there to help the fruit trees to grow. In this forest, the aim is to determine the species that require the less amendment to produce in order to promote the species that give food with the less work possible. There is little to no watering in this vast orchard. Within the orchard, there is a more or less circular path along which as in a small village, a certain number of natural buildings are builtup for dormitories for the apprentices or the visitors, notably student clases. There is also a nice wooden platform with a roof which is a classroom and yoga area. During out passage there were two houses under construction there. Some houses are impressive and original bamboo structures or equipped with beautiful cob walls and colored mosaic. Regularly, an opened bathroom with shower and dry toilets complete the little village.

Nous sommes hébergés dans une superbe structure en bambous formée d’une plateforme ouverte sur la jungle et d’un rez-de-chaussée contenant une cuisine sommaire, une terrasse et une autre chambre.

 

Il s’agit d’une éco-construction appartenant à un de leurs amis mais que le rancho exploite pour eux. On y accède par un chemin tracé au milieu de la jungle. La douche et les toilettes sèches sont ouvertes sur la jungle et également montées sur une plateforme, on passe d’une structure à l’autre par un petit pont de bois couvert.

De ce chemin nous marchons cinq minutes à travers le hameau qui contient une ou deux habitations, une école primaire et un lycée ainsi qu’un bar et une bibliothèque. Un bus arrive de Puriscal une fois par jour dans l’après-midi et en direction de Puriscal à 5h du matin.  Les routes alentours mènent à d’autres habitations ou fermes largement espacées.

La ferme se compose d’un gros morceau de 235 acres d’un côté de la route et de 65 acres de l’autre. Sur le premier on trouve le domaine naturel et préservé au sein duquel le Rancho a aménagé un petit chemin de randonnée menant à une cascade naturelle. On y trouve également le bâtiment principal de la ferme, réalisé principalement en éco-construction au sein duquel on trouve un bureau, une chambre, une salle de bain moderne et une cuisine ouverte sur l’arrière du bâtiment qui est couvert et comporte une très longue table où se prennent les repas. A côté, un autre bâtiment également en éco-construction contient l’atelier de transformation de la nourriture et une magnifique alcove onde composée de bancs et agrémentée de coussins où les permanents et volontaires peuvent se réunir.

Devant le bâtiment principal, on trouve quelques carrés de potager dont certains sont dédiés aux apprentis qui y font pousser ce qu’ils veulent. Le reste est complètement rempli de plantes comestibles, le but étant de remarquer celles qui se portent le mieux sous ce climat et sur cette terre afin ensuite d’en généraliser l’utilisation. Derrière, après la zone de repas, on retrouve à nouveau des plantes comestibles ainsi qu’un chemin qui mène à de superbes toilettes sèches en éco-construction également et qui sont raccordées à un biodigester qui fournit du méthane à basse pression pour la cuisine. Celui-ci est complété juste à côté par un second biodigester à base de bouses de vaches car la production humaine est insuffisante.

Plus haut le long de la route ainsi que plus bas par rapport à la ferme, on trouve, accessible par des entrées séparées, d’autres éco-construction qui sont les petites maisons habitées par les fondateurs et certains permanents. Ceux-ci ont chacun autour de chez eux du terrain dans lequel on trouve d’innombrables plantes comestibles également. Lors de notre passage, une nouvelle maison y était en cours de construction.

De l’autre côté de la route, se trouve la forêt fruitière ainsi que la nursery des plantes, un poulailler, un atelier pour la construction de fournitures d’intérieur (chaises, tables, lits,…etc.) ainsi que pour certains travaux de charpenteries. La forêt est organisée de façon à maximiser le nombre d’arbres pour l’espace tout en prenant en compte le terrain (certaines parties sont en forte pentes), régulièrement on trouve des arbres non fruitiers utilisés comme fixateurs d’azote afin d’aider les fruitiers à pousser. Dans cette forêt le but est de déterminer les espèces qui demandent le moins d’amendement du sol pour produire afin de promouvoir des espèces qui donnent avec le moins de travail possible. Il y a peu ou pas du tout d’arrosage dans ce grand verger. Disséminés dans la forêt fruitière, on trouve le long d’un chemin plus ou moins circulaire et à la manière d’un mini-village, un certain nombre d’éco-constructions qui constituent les dortoirs pour les apprentis et pour les visiteurs, notamment les classes d’étudiants. Il y a également une belle construction en bois qui est une salle de classe et de yoga. Lors de notre passage, deux maisons en éco-construction étaient en cours de construction. Certaines des maisons sont d’impressionnantes et originales structures de bambous ou sont équipées de jolis murs en cob décorés de mosaïques colorées. Régulièrement, une salle de bain ouverte avec douche et toilettes sèches complètent le petit village.


LA GESTION DE L'EAU ET DE L'ÉNERGIE / WATER AND ENERGY MANAGEMENT

L’eau est fournie par la montage et le parc national du coin. Les eaux grises sont rejetées au pied des arbres fruitiers car le savon utilisé est produit sur la ferme et est donc complètement naturel. L’ensemble des toilettes sont des toilettes sèches. Des toilettes qui produisent du compost pour les arbres fruitiers. Une des toilettes est connecté à un biodigester, qui produit du méthane à basse pression pour la cuisine. Celui-ci est complétée par un biodigester à base de bouses de vache qui alimente la cuisine via les mêmes tuyaux.

Une partie de la cuisine fonctionne avec un rocket stove afin de diminuer la fumée respirée par le cuisinier et qui utilise efficacement le bois. Celui-ci est employé pour les préparations qui seront ensuite stockées. 

 

Water is provided by the mountain and the national park. The grey water are rejected at the foot of the fruit trees as the soap in usage is produced on the farm and completely natural. All toilets are dry toilets (except for the biodigester ones). Toilets produce compost for the fruit trees. One toilet is connected to a biodigester which produces low pressure methane for the cooking. This one is completed by a biodigester working on cow manure in order to feed the kitchen with the same pipes.

Part of the kitchen is equipped with a rocket stove which diminishes the smoke that is breathed by the cook and uses more efficiently the wood. This one is mainly employed for preparation that will then be stocked.

LES DÉCHETS / WASTE MANAGEMENT

La plupart des déchets sont végétaux et donc mis au compost ou aux poules. Les excréments humains sont utilisés via les toilettes à compost ou le biodigester. Le problème des déchets non organiques se posent ici spécialement car le Rancho est très isolé. Bien sûr un maximum est réutilisé car les préparations maison sont nombreuses. Il semblerait que la communauté présente sur le site ne produise que peu de déchets toutefois car il n’y a pas alentour de commerces qui vendraient des choses productrices de déchets. Il s’agit toutefois après le passage des jeunes américains d’une classe de se débarrasser de leurs déchets de produits transformés apportés et consommés sur place. Une consigne d’accueil est la demande à tous les visiteurs de collecter et emporter leurs déchets avec eux.

Most of the waste are vegetables and therefore added to the compost or given to the chickens. Human waste is reused. Non organic waste is a problem in the Rancho as it is quite isolated. Of course a maximum is reused since homemade preparations are numerous. It seems that the community onsite does not produce a lot of waste as there are no shops around that would sell stuff which would produce waste. However, it is required of the North American classes of sudents to collect and carry their plastic waste with them when they leave.


LE FONCTIONNEMENT DE LA FERME / THE WAY IT WORKS

La ferme a été fondée par Robin et Tim. Rapidement, la communauté s’est agrandie de permanents. Il y en a sept. Ils ont tous une maison en auto-construction ou elle est en cours de construction. Ils avaient commencé par inviter des volontaires pour des périodes variées, voir même des séjours courts, toutefois la gestion s’est avérée compliquée, notamment en comptant en plus les périodes d’accueil des élèves. Du coup, ils ont décidé de prendre sept apprentis qui restent entre six mois et un an afin d’apprendre à leur côté, réaliser leur cours certifiant en permaculture et fournir ainsi une main d’œuvre qualifiée pour la ferme. Ceux-ci sont logés dans une éco-construction dortoir et de petites maisons seront également construites afin d’agrandir l’espace pour les apprentis. Chaque apprenti suit donc le programme de formation et entreprend également un projet personnel (par exemple tester de nouvelles fermentations, s’occuper d’un carré de potager avec des plantes de son choix, surveiller la vanille…etc.) Il y a également du staff local pour réaliser notamment les repas du midi et aider au repas du soir. Lorsqu’il y a des classes d’enfants collégiens ou lycéens présents, il y peut y avoir plus de quarante personnes sur le site. En plus ils accueillent également, comme nous, des visiteurs occasionnels.

Les apprentis et permanents se retrouvent chaque matin dans le bâtiment principal après le petit déjeuner pour organiser les activités de la journée. Les quotidiennes sont déterminées par tour d’un mois ou moins selon l’activité. Puis la journée est partagée entre pédagogie et missions ponctuelles nécessaires au Rancho. Une fois par semaine, tout le monde se réunit dans la salle de « réunion » du Rancho, un espace rond, tout en courbes, ouvert mais couvert et agrémenté de coussins. Il s’agit là de réaliser un cercle de confiance où la bienveillance est particulièrement mise en valeur et c’est le moment pour chacun de parler de ce qu’il ressent, de la façon dont il a vécu la semaine et des éventuels conflits ou déceptions. Chaque soir, avant de dîner, et avec l’ensemble des personnes présentes sur le domaine et partageant le repas, tout le monde se donne la main et au hasard de ceux qui veulent, une personne s’empare de la parole et dit ce dont elle est reconnaissante pour cette journée, le cercle se termine par l’apprenti responsable qui décline le menu du soir puis une formule générale de gratitude prononcée tous en même temps.

L’organisation des relations humaines et le facteur humain sont selon Tim le domaine le plus difficile à gérer et qui peut aller jusqu’à l’échec total d’un lieu si mal organisé. Ainsi les permanents sont arrivés au fur et à mesure et selon des relations non clairement définies. Au début tout allait bien mais progressivement des tensions peuvent se créer lorsque la relation entre les individus n’est pas clairement définie. C’est pourquoi Tim travaillait à mettre en place non seulement une gouvernance mais également une sorte de description de poste des permanents de la communauté, car il s’agit non seulement de définir des périmètres de responsabilité mais également bien sûr les droits et reconnaissances en retour de ces responsabilités de façon un peu plus formalisée afin d’éviter les incompréhensions et éventuelles tensions. De même le programme des apprentis est bien défini ainsi que les règles d’accueil des classes et des visiteurs. Dans l’ensemble la gouvernance appliquée est une sociocratie et se déroule selon le mode du consentement, bien plus efficace que le consensus. Ainsi, le consentement veut dire qu’à moins d’être totalement opposé à la décision pour des raisons très fortes, la décision portée au sein de la communauté est prise en l’état. Il s’agit pour chacun de savoir si l’on peut vivre avec cette décision et non pas d’être d’accord ou non avec celle-ci.

The farm was founded by Robin and Timo. Rapidly the community grew with permanent residents. They are seven. Each have their naturally-built house or it is under construction. They had started up by inviting volunteers for all kinds of time periods, even short stays, however managing this got complicated especially in addition to welcoming classes of students. Hence they decided to take seven apprentices that stay between six months to a year in order to let them learn and take a certifying course in permaculture as well as provide a qualified help for the work on the farm. The apprentices are hosted in a dormitory and small houses are also being built to increase the apprentice space. Each apprentice follows the training program and starts up a personal project (for example test new fermentations, take care of a piece of the vegetable garden with plants of one’s choice, take care of the vanilla,…etc.). There is also local staff to make the lunch meals and help with the dinner preparation. When there are classes of students, there can be more than 40 people onsite. Moreover, they also host occasional visitors like us.

The apprentices and permanents gather each morning in the maint building after breakfast to organize the activities of the day. Daily tasks are allocated on a monthly rotating basis. The day is spent between training and punctual missions necessary for the Rancho. Once a week everyone gathers in the meeting alcove, a round space, opened and arranged with cushions. There they create a trust circle when kindness is the first principle, it is the time to speak about what each one feels, what they lived through the week and possible conflicts or disappointments. Each evening, before dinner, with everyone present at the Rancho and sharing the meal, everyone takes hands and randomly, those who wishes it can speak up and say what they are thankful for for this day. The circle ends by the responsible apprentice which announces the evening’s menu and a general gratitude formula is uttered by everyone.

The organization of the human relations and the human factor are the most difficult part to manage and can go up to a complete failure according to Timo. The permanents have arrived progressively and their relationships were not clearly defined. At first everything went well but progressively tensions can get created when the relation between individuals is not clearly defined. That is why Timo was working to set up not only a governance but also responsibility perimeters as well as the rights and recognition going with these in a bit more formalized way in order to avoid misunderstandings and possible tensions. As well the apprentices program is well defined as well as the rules to welcome classes and visitors. The applied governance is a sociocraty which uses consent instead of consensus which is much more efficient. Consent means that unless you are totally opposed to a decision for stron reasons, the proposed decision is adopted as is. It is up to each individual to decide whether they can live with this decision and not whether they agree or not with it.


L'ÉCO-CONSTRUCTION / NATURAL BUILDING

Le Rancho Mastatal est impressionnant notamment par ses éco-constructions qui composent un véritable village à travers le domaine. Non seulement elles sont nombreuses mais sans cesse améliorées de la première à la plus récente et très souvent magnifiquement décorées. Voir la vidéo éco-construction ici.

Il y a deux constructions remarquables entièrement en bambous dont une réalisée par un architecte de passage dont la base est de 1m² alors que les étages supérieurs ont une surface largement plus grandes. D’autres constructions combinent plateformes en bambous et murs en cob, un mélange de fine paille, de chaux et d’argile/terre. Les constructions sont toutes terminées par un enduit de chaux lisse qui donnent aux murs un aspect lisse et doux. Des couleurs sont introduites à ce moment ainsi que des décorations avec des petites pierres ou mosaïques insérées dans les murs. Chaque construction a une petite touche artistique, voir une grande, et présente son caractère spécifique.

Les salles de bains sont toutes ouvertes et couvertes. Certains toilettes et douches ont la face ouvertes tournées vers la jungle de sorte que l’on prend sa douche ou fait ses besoins face à un superbe panorama de jungle. Elles sont toutes disposées en hauteur sur une plateforme notamment pour placer les cuves à compost en dessous suffisamment basses. Elles sont joliment travaillées toutes en courbe et parfois agrémentées de mosaïques. L’une d’elle a même été travaillée en tadelakt, ce qui produit une surface extrêmement douce et lisse, tout en restant chaude au toucher.


The Rancho Mastatal is impressive for its natural buildings which compose a real village across the property. Not only are they numerous but they are always improved from the first one to the more recent ones and often beautifully decorated. See natural building video here.

There are two remarkable constructions in bamboo, of which one was designed by an architect who passed by. It has a 1m² base while the upper floors have a much larger surface. Other constructions combine bamboo platforms and cob walls (straw, lime and earth/clay). Constructions are mostly finished with a lime wash which give to the walls a soft and smooth aspect. Colors are introduced at this moment as well as decorations with small stones or mosaic inserted in the walls. Each construction has an artistic touch and has its own character.

Bathrooms are all opened and covered with a roof. Some toilets and showers are facing the jungle in a way that you can enjoy a beautiful panorama of the jungle. They are all located on elevated platforms notably to place compost trays below them. They are very well worked all in curves and sometimes arranged with a mosaic. One of them has even been finished with tadelakt, a technique that produces an extremely soft surface while staying warm to the touch.

LA PRODUCTION DE LA FERME

Avec plus de 1000 visiteurs toute l’année, le but de la ferme n’est pas l’autonomie alimentaire, en tous cas pas au niveau du domaine lui-même mais plutôt par intégration au sein de l’écosystème local car tout ce qui n’est pas récolté sur la ferme provient du village et des fermes productives environnantes. Tim pense beaucoup à l’intégration du Rancho au sein de la communauté locale et promeut une autonomie à ce niveau. Ainsi la ferme réalise notamment toutes ces expériences d’arbres fruitiers et plantes pour ensuite réaliser des formations de locaux et tenter de distribuer la connaissance acquise afin d’augmenter la résilience et l’indépendance de la communauté face au reste du pays et du monde.

Toutefois, on trouve sur le domaine beaucoup de plantes comestibles qui atterrissent dans les assiettes en salade ou en plat et en sauces et boissons (du kefir ou des smoothies…ETc.) préparées sur place. Du katuk par exemple, une plante aux petites feuilles à goût de noisettes. Du Açaï, une plante récoltée pour en faire une boisson. Du yucca, de la moutarde, des petits poivrons piquants.  Des arbres fruitiers, il y a plus de 40 espèces différentes : mandarines, bananes, ananas, mangosteen, rambutan, peach palm, mangues, citrons, oranges mais aussi de la vanille, des heliconias pour les colibris, du poivre sur des arbres fixateurs d’azote.

La ferme produit également son propre savon afin de s’assurer que les eaux grises ne sont pas polluées par des produits chimiques et en met à disposition de tous les invités à cet effet ;

Il y également une trentaine de poules, pour les œufs, et des ruches pour le miel. Il y a eu des chèvres comme une expérience, toutefois, le soin à apporter est trop important par rapport à la production de lait et de fromages. De plus, aussi proches d’un verger immense, celles-ci sont bien dangereuses.

With more than a 1000 visitors per year, the aim of the farm is not food autonomy, at least not in itself but rather by integrating the local ecosystem as everything that does not come from the farm comes from the village and the surrounding productive farms. Timo thinks a lot about integrating the Rancho in the local community and to promote autonomy at this level. The farm does all these experiences with fruit trees and plants and then trains the locals in an attempt to share the acquired knowledge and increase the resilience and independence of the community.

However, onsite are a lot of edible plants which end up in salads or meals or sauces or drinks (such as kefir or smoothies,…etc.) prepared onsite. Katuk for example a delicious plant with leaves that have nice nutty taste. Açaï a plant which is harvested to make a drink out of it. Yucca, mustard, small spicy peppers.

There are more than 400 different species of fruit trees: mandarine, banana, mangosteen, rambutan, peach palm, mangos, lemons, oranges and also vanilla, heliconias for the colibris, pepper on nitrogen fixing trees.

The farm also produces its own soap to ensure the grey waters are not polluted by chemical products and makes them available to all guests for this purpose.

 

There is also about 30 chickens, for the eggs and beehives for honey. There used to be goats as an experience, however the care to bring is to important compared to the production of milk and cheese. They were also very dangerous in the middle of the orchard.


RETROUVEZ PLUS D'INFORMATIONS